Aller au contenu principal

Une journée Cap'Vert pour adapter les élevages caprins au changement climatique

La quatrième édition de la journée technique Cap’vert, organisée sur le site Inrae de Lusignan, a rencontré un franc succès. Cette année, le changement climatique a été le fil conducteur des six ateliers et de la visite du dispositif expérimental Patuchev.

« Le premier enjeu de notre filière est l’installation en production caprine, a rappelé Mickaël Lamy, président du comité régional de l’Anicap (Brilac), en ouverture de la journée technique Cap’vert sur le site Inrae de Lusignan le 13 octobre 2022. La transition agroécologique est un défi tout aussi important. Nous sommes engagés au travers de notre feuille de route régionale et du plan de filière de l’Anicap pour réduire notre empreinte environnementale et adapter nos systèmes d’élevage au changement climatique. »

Réduire la dépendance aux achats

La journée Cap’vert est l’occasion de présenter de nouvelles références, d’écouter les questions et d’apporter des réponses aux éleveurs et acteurs de terrain venus en nombre. Ils ont été plus de 400 à participer aux six ateliers et à la visite du dispositif expérimental Patuchev.

Franck Moreau, représentant l’Anicap, a souligné l’importance des sites de recherche et développement dans la structuration technique de la filière caprine. Petite filière qui sait optimiser ses ressources, outils et financements. « Le sujet crucial de l’alimentation des animaux est abordé de façon détaillée aujourd’hui. Historiquement, l’accès au foncier était difficile pour les élevages caprins, entraînant des situations de forte dépendance aux achats d’aliments. Nous travaillons aujourd’hui collectivement pour être plus autonomes à l’échelle des territoires et des exploitations ».

Bibliographie

Retrouvez toutes les publications et présentations de la journée technique Cap’vert sur le site redcap.terredeschevres.fr.

Quels leviers d’action pour atténuer son empreinte carbone ?

Un travail de simulation a permis d’estimer l’impact de certaines pratiques sur l’amélioration du bilan carbone de l’élevage caprin. Différents leviers sont mobilisables en élevage.

Dans le cadre des travaux du RedCap*, trente élevages de chèvres du Poitou ont été suivis avec l’outil de bilan environnemental Cap2er (niveau 2). Des simulations ont permis d’estimer l’impact de modifications de pratiques sur la réduction de leur empreinte carbone. Si des ajustements sont nécessaires pour adapter les calculs à l’ensemble des systèmes caprins, les premières pistes sont intéressantes.

Favoriser l’autonomie alimentaire : ne plus nourrir les chèvres avec des tourteaux de soja importés diminue de 4 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) ; substituer un aliment du commerce à 18 à 22 % de MAT, par une céréale ou un méteil autoproduit et un correcteur azoté diminue de 5 à 8 % les émissions de GES.
Implanter des haies : 1 000 m de haies compensent 2,1 % des GES émis.
Limiter les apports en azote minéral, par la valorisation de la matière organique produite sur l’élevage et les légumineuses (luzerne, trèfle violet, pois, féverole…) pour une réduction de 3 à 6 %.
Limiter les gaspillages par la pesée des aliments, animaux et matières organiques épandues, optimiser la conduite du troupeau et allonger la longévité des chèvres pour diminuer le renouvellement impacte de 2 à 5 % le bilan carbone.
Mettre en place du pâturage (trois mois de pâture représentent 7 % d’émissions de GES en moins).
Avoir une conduite souple, et limiter les distances parcourues en tracteur (regroupement de parcelles proches de l’exploitation) permet de compenser les émissions de 0,5 %.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Accueillez-vous des stagiaires sur votre exploitation ?
Accueillez-vous des stagiaires sur votre exploitation ?
La formation des futurs éleveurs et éleveuses de chèvres, que ce soit par baccalauréat professionnel, BTS ou certificat de…
Les démonstrations de découpe sont toujours impressionnantes. Paul Tribot Laspière, du service qualité des carcasses et des viandes à l'Institut de l'élevage, a présenté les différentes modalités de présentation des morceaux.
À la reconquête de l’engraissement des chevreaux
Après trois années d’essais et d’échanges pour une meilleure valorisation de la viande de chevreau, le projet ValCabri a présenté…
La revalorisation du prix du lait de chèvre se poursuit
La revalorisation du prix du lait de chèvre se poursuit
La hausse générale du prix du lait de chèvre est de 78,50 € en août par rapport à 2021. L’Ipampa lait de chèvre est, lui,…
Rencontres installation caprine en Nouvelle-Aquitaine
Le 2 décembre prochain, l'Anicap et le Brilac organisent à Melle (79) une journée d’échange  sur l'installation-transmission à…
D’après les hypothèses de l’Institut de l’élevage, le coût de production des producteurs fermiers caprins augmenterait en moyenne de 240 à 500 euros les 1 000 litres par rapport à 2021.
Augmenter le prix de ses fromages face à la hausse des intrants
Aliments, engrais, matériaux… mais aussi énergie, emballages, coût de la main-d’œuvre, chez les producteurs fermiers, tous les…
Éleveurs contre teufeurs et squatteurs de terrains agricoles
Voir ses terres ou ses bâtiments occupés sans son avis par des personnes pas toujours respectueuses ne plaît à personne. Pourtant…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre