Aller au contenu principal
Font Size

Insémination artificielle
Ne pas sous-alimenter en période de reproduction sécurise l´IA

Un déficit alimentaire détériore la réussite de l´IA, alors qu´il n´affecte pas la fertilité en monte naturelle. L´Inra du Pin dispose de résultats récents.


L´effet du niveau alimentaire est plus important en reproduction artificielle que naturelle, si l´insémination est faite en début de période de reproduction. L´expérimentation conduite à l´Inra du Pin dans l´Orne a montré que sur un lot de vaches en déficit alimentaire de
1,5 UFL/jour, soit environ à 10 % de déficit énergétique, les résultats de réussite de l´insémination artificielle sont variables selon les années. « Sur les cinq ans d´expérience, nous avons enregistré les mêmes taux de réussite en IA, à savoir 60 %, pour les deux conduites alimentaires sur deux des années. Sur les trois autres campagnes, nous avons mesuré un allongement de durée de l´anoestrus post-partum sur le lot des vaches qui était en déficit alimentaire, conduisant à un taux de réussite de l´IA très fortement réduit », explique Dominique Dozias de l´Inra du Pin.
Une partie des vaches sont inséminées au pré à l´Inra du Pin car la période de reproduction débute le 1er mars et se termine fin juin-début juillet. ©S. Bourgeois

Long anoestrus en déficit énergétique
L´anoestrus a été allongé de 20 à 50, voire 70 jours par le déficit énergétique. « Pour sécuriser la réussite de l´IA en période hivernale, il ne faut pas trop sous-alimenter les femelles, au moins pendant sa période de reproduction qui débute 21 jours avant l´IA. »
Pour le troupeau expérimental de l´Inra, il est aussi fait en sorte d´éviter la mise à l´herbe qui représente une forte transition alimentaire durant la période d´implantation de l´embryon, soit les 30 jours suivant l´IA.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande