Aller au contenu principal

Engraissement
Les protéagineux conviennent aux jeunes bovins

L´emploi des protéagineux en complément d´une ration de base de maïs ensilage permet à des jeunes bovins de réaliser des performances comparables à celles obtenues avec du tourteau de soja.


Les résultats d´essais conduits dans les stations des Etablières (Vendée), de Jalogny (Saône-et-Loire) et de la Jaillière (Loire-Atlantique) par l´Institut de l´élevage, Arvalis, et les Chambres d´agriculture, ont montré que l´emploi des protéagineux en complément d´une ration de base de maïs ensilage permet à des jeunes bovins de race à viande, à l´engrais, de réaliser des performances comparables à celles obtenues avec du tourteau de soja. Avec le pois, trois essais ont donné des résultats concordants dans ce sens. Avec le lupin aussi, les performances évaluées au cours de deux essais ont été similaires à celles permises par le tourteau de soja. Par contre avec la féverole, un essai a montré une perte de croissance de 7 % par rapport à un régime avec tourteau de soja.
« Dans certains essais, les rations étaient déficitaires en PDIN. Mais compte-tenu du recyclage par les animaux d´urée endogène, on peut tolérer une certaine marge pour ce déficit et les performances ont été peu affectées », explique Philippe Haurez de l´Institut de l´élevage.
©S. Bourgeois

©S. Bourgeois

Associer un peu de soja peut être intéressant
Toutefois, associer aux protéagineux une petite quantité de tourteau de soja (400 à 500 grammes par jour et par JB) a permis dans deux essais de maintenir un meilleur équilibre PDIN/PDIE, ce qui contribue à sécuriser le régime. Et ceci a permis de réduire de 30 % les quantités nécessaires de graines protéagineuses. Ce qui peut être intéressant vu les quantités importantes nécessaires à l´engraissement d´un jeune bovin : 600 kilos de lupin ou 900 kilos de pois ou de féverole.
Pois et féveroles peuvent être distribués broyés grossièrement ou bien aplatis. « Un broyage trop fin augmente le risque d´acidose. » Le lupin peut être distribué entier mais il est préférable de lui faire subir un broyage grossier. Par contre les veaux d´élevage valorisent bien les graines entières, par exemple sous la forme d´un « mélange à croquer » constitué de protéagineux et de maïs grain entier. « Du foin ou de la paille de bonne qualité doivent être mis à disposition des jeunes bovins à l´engrais de façon permanente. Une transition alimentaire doit être ménagée. Et mélangé au fourrage, le concentré favorise l´étalement de la consommation », conseille Philippe Haurez.
Le lupin doit être broyé au fur et à mesure de son utilisation. ©S. Bourgeois



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Une enchère record à 15 400 € pour un futur reproducteur Charolais prometteur
Une vente aux enchères conjointement organisée par Charolais Expansion et le herd book charolais à l’occasion du dernier concours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande