Aller au contenu principal
Font Size

Races à très petits effectifs
De l´Armoricaine à la Casta en passant par la Ferrandaise.Tour de France des races en conservation

Une quinzaine de races bovines autochtones comptent moins de 1000 vaches et font l´objet d´actions visant à aider leur conservation. Parmi elles, une dizaine sont ou peuvent être conduites en système allaitant. Voici un portrait rapide de ces belles locales.


Armoricaine
Effectif 141 femelles inventoriées en 2005
Origine : centre et nord Bretagne ; obtenue au19è siècle à partir de taureaux Durham sur le cheptel breton pie rouge ; robe rouge ou pie-rouge avec des cornes en croissant horizontales dirigées vers l´avant ; taille moyenne.
Aptitudes et projets : race traditionnellement traite (4500 kg de lait) avec de bonnes aptitudes bouchères ; en système allaitant, elle produit des veaux gras rosés clairs ou des taurillons précoces ; peu sensible au froid ; précoce et très facile à engraisser.
Par une bizarrerie administrative elle n´est pas éligible à la PMTVA.
©Ina-PG

Saosnoise
Effectif : 1096 femelles inventoriées en 2005
Origine : population issue des races Mancelle et Durham avec des influences Maine-Anjou et Normande ; originaire de la Sarthe ; robe de différents types dits caille-blond, manceau, durham ou percheron ; grand format (vaches de 1,40 m au garrot et 800 kg ou plus) et gène culard très fréquent ; tête longue et massive ; gène culard présent chez une vache sur trois.
Aptitudes et projets : la Saosnoise est une race d´herbage produisant des carcasses lourdes de grande qualité bien adaptées au marché local.
©S. Bourgeois

Nantaise
Effectif : 514 femelles inventoriées en 2005
Origine : bocages humides de Loire-Atlantique ; robe fauve clair, parfois gris, avec les muqueuses aréolées et le pourtour des oreilles clair ; c´est un rameau de l´ancienne race Vendéenne ou Poitevine, au même titre que la Maraichine ou la Parthenaise.
Aptitudes et projets : longévité, fertilité, rusticité et capacité laitière. Elle est élevée en zone herbagère en système allaitant, avec production de veaux blancs ou rosés et de boeufs de 3 à 4 ans pour des filières courtes.
©S. Bourgeois

Maraichîne
Effectif : 648 femelles inventoriées en 2005
Origine : marais littoraux atlantiques allant du sud Loire à la Gironde ; robe semblable à celle de la Parthenaise en plus délavée, parfois grisée, et cornes en lyre ; les femelles adultes font 1,40 m en moyenne au garrot et de 600 à 800 kg.
Aptitudes et projets : supporte l´alternance de conditions extrêmes de sécheresse et d´humidité et l´hétérogénéité qualitative des prairies de marais ; bonne longévité ; autrefois mixte et réputée pour la qualité du beurre produit avec son lait, elle est aujourd´hui conduite en système allaitant avec production de boeufs ou de veaux rosés.
©S. Bourgeois

Béarnaise
Effectif : 138 femelles inventoriées en 2005
Origine : Pyrénées-Atlantiques ; rameau montagnard autrefois trait de l´ancienne « Blonde des Pyrénées » ; robe froment et grandes cornes en lyre ; femelles adultes de 550 à 650 kg.
Aptitudes et projets : tempérament montagnard avec une remarquable aptitude à la marche ; s´accomode de périodes de pénurie alimentaire et de milieux très difficiles ; production de veaux de lait blancs ou rosés d´un bon rendement.
©Institut de l´Elevage

Castaou Aure-et-St-Girons
Effectif : 194 femelles inventoriées en 2005
Origine : région du Couserans en Ariège et Vallée d´Aure en Hautes-Pyrénées ; robe châtain à poils serrés dits « poils d´ours », muqueuses roses et cornes en lyre basse ; vaches adultes de 1,35 m et 500 à 600 kg.
Aptitudes et projets : très rustique : sobre, vive et résistante aux intempéries ; elle était traite et son lait transformé en fromage ; essentiellement conduite en système allaitant aujourd´hui avec production de bons veaux de lait à ossature très fine ; convient pour la production de boeufs pour marchés très spécialisés.
©Y. Kerveno

Ferrandaise
Effectif : 895 femelles inventoriées en 2005
Origine : les deux parties montagneuses du Puy-de-Dôme (chaîne des Puys et Monts du Livradois - Forez) ; robe rouge et plus rarement noire avec deux types de panachure : « barrée » quand la panachure est irrégulière, et « poudrée » ou « brégniée » quand les flancs sont colorés et la tache latérale fragmentée.
Aptitudes et projets : très rustique, aujourd´hui utilisée tant en système laitier (3500 kg de moyenne) qu´en système allaitant où elle excelle dans la production de veaux rosés ou de broutards. Le gène culard (mh) est présent chez une vache sur trois mais les éleveurs sont plus sensibles à la rusticité de la race.
©F. d´Alteroche

Villard de Lans
Effectif : 335 femelles en 2005
Origine : le plateau du Vercors en Isère et Drôme ; robe froment et muqueuses claires, grande taille (vaches de 1,40 m au garrot et 700 à 750 kg) ; sans doute apparentée aux anciennes races Blondes du Sud-Est de la France et de Franche-Comté aujourd´hui disparues.
Aptitudes et projets : s´accomode de fourrages grossiers s´ils sont de qualité, supporte bien la chaleur ; race traditionnellement traite (3 500 kilos de lait) et utilisée pour le travail ; en système allaitant elle donne des veaux lourds rosés clair aux qualités gustatives réputées.
©B. Compagnon

Mirandaise (dite autrefois Gasconne aréolée)
Effectif : 628 femelles inventoriées en 2005
Origine : Gers. Robe blanche pouvant se teinter de gris ou de roux, avec les muqueuses aréolées ; plus grande que la Gasconne qui a les muqueuses noires : les vaches adultes font 1,40 m au garot et 700 kg.
Aptitudes et projets : forgée pour le travail des terres lourdes, exigeant solidité des membres et des pieds, docilité et résistance à la chaleur ; elle réussit très bien dans la production de veaux de lait fermiers très fins et dans la production de boeufs de 4 ans de qualité.
©Institut de l´Elevage

Lourdaise
Effectif : 229 femelles inventoriées en 2005
Origine : Hautes-Pyrénées ; robe froment-crème ou blanche et muqueuses claires avec cornes en lyre basse ; taille moyenne (1m35 au garrot et 650 kg) ;
Aptitudes et projets : à l´origine réputée pour sa production beurrière, elle est aujourd´hui surtout conduite en système allaitant. Les veaux de lait gras parfois culards sont appréciés.
©Ina-PG
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande