Aller au contenu principal

Régler sa perche sur enjambeur en cinq points

Avant de régler ses outils de travail du sol et autres outils interceps, il est capital de bien ajuster la perche qui va les soutenir. Fabrice Dulor, directeur chez Boisselet, nous en explique les principaux fondamentaux.

Le bon fonctionnement des outils interceps s'appuie sur un bon réglage de la perche.
Le bon fonctionnement des outils interceps s'appuie sur un bon réglage de la perche.
© L. Vimond

Appelée perche ou âge en vignes étroites (de 0,9 m à 1,30 m), le support d’outils s’intégrant entre les roues avant et arrière d’un tracteur enjambeur existe sous deux formes : les perches poussées ou les perches tirées suivant le porte-outils du tracteur enjambeur. Les partisans des perchées tirées prennent souvent l’exemple des charrues de grandes cultures pour justifier une traction naturelle. Ceux vantant les perches poussées argumentent notamment du plus grand espace exploitable entre les roues.

Découvrez aussi ces réglages en vidéo : [TUTO VIDÉO] Bien régler sa perche d'enjambeur

Quoi qu’il en soit, les deux types de perches doivent globalement répondre aux mêmes réglages pour un travail du sol optimal. Pour cet article, nous sommes partis sur la base d’une perche poussée.

1 – Régler l’horizontalité

 

 
La barre de poussée à visser règle l'horizontalité de la perche. © L. Vimond
Dans la mesure du possible, il faut se placer sur sol plat, horizontal, afin de réaliser les premiers réglages. Le palonnier avant du tracteur, s’il existe, doit être à mi-course, afin de profiter à la vigne du maximum d’amplitude (vers le bas et vers le haut). Un repère est bien souvent installé sur l’enjambeur pour trouver cette position.

 

À l’aide du vérin de relevage, abaisser la perche à sa position la plus proche de celle de travail. À l’aide de la barre de poussée à visser (de type troisième point sur un tracteur interligne), s’assurer de la bonne horizontalité de la perche, voire d’une légère tendance à piquer : cette dernière se justifie notamment pour rattraper du jeu dans les articulations. Hormis quelques rares exceptions, une perche qui talonne – l’avant est surélevé par rapport à l’arrière – demandera plus d’effort, fera davantage chauffer l’huile des outils interceps animés hydrauliquement et rendra sûrement le travail des outils insatisfaisant.

Bien régler l’horizontalité implique donc d’avoir une barre de poussée toujours bien entretenue.

2 – Un guide-perche qui maintient sans frotter

 

 
Le guide-perche doit être positionné pour maintenir la perche parallèle au rang. © L. Vimond
Destiné à maintenir la perche poussée bien droite, parallèle au rang, le guide-perche veille à limiter les usures sur les articulations, la perche poussée ne demandant naturellement qu’à dévier vers la gauche ou la droite. Veiller à ce que le guide-perche soit bien aligné, afin de ne pas générer d’efforts latéraux et/ou de frottements.

 

3 – La chaîne gère la profondeur

 

 
Le réglage du terrage s'appuie sur un palonnier placé en position centrale. © L. Vimond
À l’avant de la perche, la chaîne sert à régler la profondeur de travail. Elle s’accroche à l’avant de la perche et à un vérin de gestion de profondeur (tracteur récent) ou à une barre gérant la profondeur de l’outil. Relié au palonnier, ce vérin ou cette barre permettra de régler le terrage (gestion constante et régulière de la profondeur de travail, quel que soit le profil du sol).

 

Si le tracteur est amené à travailler dans des vignes pentues, le conducteur abaissera sensiblement le palonnier en montée, le tracteur ayant naturellement tendance à s’alléger de l’avant. Dans la descente, il fera l’inverse. En pilotant depuis le palonnier, il ajuste la profondeur de travail en maintenant son terrage.

4 – Le dévers se règle à la vigne

 

 
Le dévers se règle à la parcelle, outil levé. © L. Vimond
Une fois les premiers réglages effectués, le conducteur peut se rendre à la vigne pour les derniers paramétrages. Qu’il soit mécanique ou hydraulique, le réglage du dévers s’ajuste à la vigne, en jugeant de la qualité de travail effectuée. Lors de chaque changement de réglage, veiller à relever l’outil à l’arrêt pour ne pas sursolliciter inutilement la mécanique.

 

5 – Régler l’écartement des outils

 

 
La glissière d’écartement coulissant sur la perche fait bouger une bielle qui écarte ou resserre les outils mécaniques, afin de les positionner correctement par rapport au rang. © L. Vimond
Celui-ci peut être mécanique ou hydraulique. La glissière d’écartement coulissant sur la perche fait bouger une bielle qui écarte ou resserre les outils mécaniques, afin de les positionner correctement par rapport au rang. Ne pas hésiter à s’arrêter après avoir avancé sur quelques mètres, pour regarder au sol la qualité du travail effectué et confirmer ou ajuster les réglages effectués.

 

Point subsidiaire, pour des questions de sécurité, sur la route ou lors des manœuvres de bout de rang, il est important d’avoir une vingtaine de centimètres de dégagement, sous la pointe des outils, lorsqu’ils sont relevés. Ne pas hésiter à s’aider du palonnier avant, afin d’optimiser cette marge de sécurité. Enfin, en position route, la chaîne de gestion de profondeur/terrage doit impérativement être reliée à un point fixe du châssis de l’enjambeur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Georges Paire a réalisé une masse en béton de 400 kg déportée sur la gauche afin de contrebalancer le poids de sa prétailleuse située sur un mât à l'avant droite.
[Astuce] « J’ai créé une masse déportée sur la gauche du tracteur pour faire un contrepoids à la prétailleuse avant droite »
Georges Paire, du domaine des Pothiers à Villemontais dans la Loire, a réalisé une masse en béton de 400 kg déportée sur la…
L'Agile d'Alpego propose un recentrage automatique, qui permet de travailler au plus près du rang.
[VIDEO] - Les fraises interceps pour mulcher et désherber les vignes
Travaillant au pied du rang, les fraises interceps font leur retour et suscitent la curiosité des viticulteurs.
Christian Creton a confectionné une paire de bineuses interceps mécaniques à l'aide de lames de déchaumeur et de paliers agricoles.
[Astuce] « J’ai bricolé une paire de bineuses interceps mécaniques pour mes vignes »
Viticulteur à Cascastel-les-Corbières, Christian Creton a confectionné à moindre coût une paire de bineuses interceps mécaniques.
Sud-Ouest : la grêle ravage les vignes
La grêle est tombée sur environ 3 000 hectares en Gironde et Dordogne le 2 juin. Elle a également saccagé des zones des Landes et…
Le tressage de la vigne est une opération longue et minutieuse, consistant à entremêler les tiges entre elles afin d'éviter tout rognage.
Le non-rognage de la vigne, qualitatif mais chronophage
Les vignerons qui viennent au tressage ou à l’enroulement de la vigne le font pour diverses raisons. Respect du végétal, qualité…
Vigne touchée par la grêle dans le Médoc
Orages dans le Sud-Ouest : les vignes du Médoc meurtries par la grêle
Après la vague de chaleur, de violents orages ont touché le Sud-Ouest de la France, et en particulier la Gironde, de Bordeaux à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole