Aller au contenu principal

VITICULTURE
IRRIGATION UNE URGENCE

Le Languedoc-Roussillon voudrait développer l’irrigation, condition à la préservation de la qualité et la compétitivité du vignoble. Le projet reste suspendu à de nombreuses questions concernant l’accès à cette ressource et son partage.

EN LANGUEDOC-ROUSSILLON,
23 000 ha de vignes bénéficient
de l’irrigation, soit 10 %
du vignoble.
EN LANGUEDOC-ROUSSILLON,
23 000 ha de vignes bénéficient
de l’irrigation, soit 10 %
du vignoble.
© CA 34/J.-C. Tsakonas

“Aujourd’hui, dans le Sud de la France, il y a urgence à irriguer dans certaines zones ”, estime Hernan Ojeda, chercheur à l’Inra. Convaincu de la nécessité d’irriguer, il insiste sur le fait que les zones où la contrainte hydrique est telle qu’elle affecte la qualité sont nombreuses. “ Les vignes qui produisent 40 hl/ha parce qu’elles ont manqué d’eau sont le synonyme d’une mauvaise qualité et non d’excellence. Et qui dit mauvaise qualité, dit une rentabilité médiocre. Par ailleurs, une vigne qui présente des baisses de qualité à cause d’un stress hydrique, est une vigne dont la productivité est affectée depuis longtemps. Ce qui n’est pas bon non plus pour la rentabilité. ”

10 % du vignoble irrigué

Depuis quelque temps, l’irrigation est devenue le grand chantier politique et syndical dans le Sud de la France. Le message est clair : assurer la rentabilité et donc la pérennité du vignoble ne se fera pas sans l’eau. Aujourd’hui, le Languedoc-Roussillon est la principale région irriguée en France avec, selon Hernan Ojeda, 23000 hectares de vigne qui bénéficient d’un apport d’eau, soit 10% du vignoble de cette région. Cependant, souligne-t-il, cette surface est en augmentation sous l’effet de sècheresses successives sévères auxquelles se confrontent les vignerons. Et tout l’enjeu actuel est de pouvoir bénéficier du projet de la région, Aqua Domitia, qui vise à amener l’eau du Rhône jusqu’aux portes de Béziers et de Narbonne. Les viticulteurs cherchent à se mobiliser pour mettre en oeuvre des projets de construction de réseaux secondaires afin de bénéficier de cette nouvelle ressource en eau. Trois projets, celui des Vignerons du Pays d’Ensérune, de la cave de Roquebrun et de l’Occitane sont déjà bien avancés comme en témoigne Alain Selponi, technicien de la cave l’Occitane. “ Nous projetons d’irriguer environ 1 000 hectares de vignes pour un budget global de 6 à 8 millions d’euros. L’irrigation se fera au goutte-à-goutte, comme la quasi majorité des projets, et l’utilisation de l’eau sera gérée de manière collective grâce à des outils de mesures disponibles à la cave qui permettront de raisonner qualitativement et quantitativement les apports. ” Cette gestion collective a été souhaitée par la région et est souvent retenue dans le cadre des projets comme le souligne Henri Cabanel, conseiller général de l’Hérault. “ Les Associations syndicales autorisées (ASA) permettent une bonne gestion de la consommation de l’eau par secteur. ” Elles intègrent différents utilisateurs d’eau comme les communes, des maraîchers, des sociétés d’entretien des espaces verts… D’autres projets pourraient se rajouter à ces trois programmes dont la réalisation dépend de l’accord de l’Union européenne en faveur d’une aide financière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[VIDEO] Vignes gelées : objectif bois de taille !
Après un gel conséquent, il est important de s’occuper des rameaux restants ou qui repoussent, afin d’assurer la pérennité du cep…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole