Aller au contenu principal

Deux ans pour concrétiser un projet de méthanisation

Se lancer dans la méthanisation est un parcours de longue haleine et d’ampleur financière. Conseils méthodologiques avec les CER France pour mener à bien son projet.

Les premières unités de méthanisation (ici, celle du Gaec de Vautournon dans l’Indre, réalisée en 2011) permettent désormais d’avoir des références fiables sur la faisabilité technico-économique des modèles « à la française ».
Les premières unités de méthanisation (ici, celle du Gaec de Vautournon dans l’Indre, réalisée en 2011) permettent désormais d’avoir des références fiables sur la faisabilité technico-économique des modèles « à la française ».
© Cécile Julien

Concrétiser un projet de méthanisation demande un long parcours. « Il faut souvent compter deux ans, entre les premiers contacts et le début des travaux, dont un an rien que pour les formalités administratives », prévient Stéphane Bisson, consultant énergies au CER France Orne. Pour réussir cet ambitieux projet, seul ou à plusieurs, encore faut-il passer tous les obstacles. Le premier peut être réglementaire. Avant de se lancer, il faut vérifier la réglementation environnementale et sanitaire, qui dépendra des produits transformés puis épandus, ainsi que les règles d’urbanisme de sa commune.
Ensuite, les gisements de produits méthanisables doivent être quantifiés, tant en interne (effluents d’élevage, couverts) qu’en externe (déchets agroalimentaires, déchets verts). « Privilégiez un maximum d’autonomie d’approvisionnement », conseille Stéphane Bisson. Le seul volume n’est pas suffisant, il faut aussi estimer la saisonnalité, les éventuels coûts d’approche, le temps de travail. En France, contrairement à l’Allemagne, la méthanisation se fait en valorisant prioritairement des effluents d’élevage. Leur diversité rend la conduite plus délicate et les investissements souvent plus conséquents. Des produits à méthaniser dépendra le choix de la technologie de méthanisation, donc les coûts d’investissement et d’exploitation. « Il faut choisir la bonne entreprise car vous allez travailler ensemble pendant au moins 15 ans », souligne Stéphane Bisson. « Les aspects de maintenance, de dépannage doivent être contractualisés avec rigueur. »
Le choix technique doit également tenir compte du temps de travail nécessaire à cette activité supplémentaire. « Si le fonctionnement courant demande une heure à une heure et demie par jour, il ne faut pas oublier le temps pour gérer les approvisionnements », souligne le conseiller. Les intrants quantifiés et la technologie choisie, reste à estimer les produits de la méthanisation. Elle produit du biogaz qui peut être valorisé par l’injection dans le réseau de gaz ou par la production d’électricité et de chaleur. L’injection dans le réseau n’est possible que pour quelques exploitations à proximité d’une conduite. La valorisation de la chaleur issue de la cogénération est nécessaire économiquement. D’ailleurs, le prix de rachat de l’électricité tient compte de cette valorisation.

Bien calculer la rentabilité


Place ensuite à la recherche d’un financement. Quitte à élaborer plusieurs scénarios avec des puissances différentes pour atteindre la meilleure rentabilité de son investissement. La possibilité de subventions doit alors être vérifiée. Mieux vaut en minimiser les montants dans le calcul de rentabilité. Le coût de l’assurance doit également être chiffrée. Il faudra aussi choisir la structure juridique la plus adéquate. Si plus de la moitié des matières transformées viennent de la ferme, la vente de gaz, d’électricité et de chaleur peuvent rester dans le giron de l’exploitation. Sinon ou pour impliquer des tiers dans ce projet, une structure juridique dédiée à cette activité est à envisager. Le calcul de rentabilité doit également intégrer les incidences de la méthanisation sur l’agronomie et la mécanisation de l’exploitation. Ce ne sera plus du fumier qui devra être épandu mais un digestat liquide. Ce qui peut demander du matériel supplémentaire. Ces premiers éléments donnent une approche de la faisabilité du projet, en termes financiers et économiques, de sa cohérence avec le fonctionnement de l’exploitation, de la valeur ajoutée qu’il lui apportera. À chacun de faire son choix en fonction de sa capacité à s’investir dans cette nouvelle activité et de ses capacités financières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La végétation (ici un mélange moha –trèfles) est bien consommée par les animaux.
Un éleveur bio expérimente le pâturage des porcs charcutiers
Carl Sheard est éleveur de porcs bio dans la région des Pays de la Loire. Il expérimente la pratique du pâturage des porcs en…
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
L’EARL de la Foutelais approvisionne la société Bordeau Chesnel en porcs charcutiers engraissés dans un bâtiment alternatif de…
Le nouveau bloc maternité de la Scea Binard se compose de deux salles de 90 places équipées de cases maternité « bien-être » pour un investissement total de 7 200 euros par place (dont un surcoût lié au terrassement).
Deux salles maternités de 90 places de truies conçues pour le confort de travail
La Scea Binard vient d’investir dans un bâtiment maternité doté de deux grandes salles de 90 places. Les associés de l’…
Les éleveurs ont construit une fosse de réception en béton d’une capacité de 15 tonnes. Les céréales sont reprises par une vis de diamètre 160 mm puis par un élévateur à godets qui les envoie vers les trois cellules de stockage.
"Nous baissons le prix de nos aliments porcs grâce à notre fabrique à la ferme"
Philippe et Guillaume Vasseur fabriquent les 800 tonnes d’aliments annuels nécessaires pour leur atelier de multiplication de 130…
Kevin et Benjamin Coupu ont saisi l’opportunité d’un nouveau débouché de valorisation pour investir dans un bâtiment d’engraissement alternatif de porcs sur paille avec un raclage en V des déjections.
Jeune installé en porc : « Devancer les contraintes pour en faire des opportunités »
Kevin et Benjamin Coupu sont installés depuis 2018 sur l’exploitation familiale. Ils ont repris en complément une ferme voisine…
Sylvain Serandour. «L’été, en début de soirée, les cochons sont nombreux à venir profiter de la fraîcheur de la courette.»
Les cochons valident leur bâtiment bien-être
Un an après la mise en route de leur engraissement alternatif de 1 200 places, Sylviane et Sylvain Serandour se disent satisfaits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)