Aller au contenu principal

Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC

Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.

Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a dévoilé ce 21 mai les derniers arbitrages sur le Plan stratégique national français dans le cadre de la nouvelle PAC qui s'appliquera à partir de 2023. Les ovins-caprins seraient plutôt gagnants avec une augmentation des aides directes (paiements directs et ICHN) estimés à 3 % en 2027 selon les simulations du ministère. Même si les soutiens de la PAC sont plutôt stables, tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne avec une stabilité pour les grandes cultures et la polyculture-élevage, une augmentation de 2 % pour les bovins laitiers mais une baisse de 3 à 4 % pour les bovins allaitants.

Lire aussi : Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?

En effet, l’enveloppe consacrée aux paiements couplés des productions animales, dont les aides ovines et caprines, sera progressivement abaissée, notamment pour pouvoir financer un soutien croissant aux protéines végétales. Mais la poursuite progressive de la convergence du paiement de base profitera globalement aux ovins/caprins, à l’élevage allaitant et aux zones intermédiaires. « La convergence est une nécessité, a expliqué Julien Denormandie. Nous sommes actuellement à 70 %. Arriver à 100 % est inéluctable, mais nous devons le faire dans le souci de la progressivité. » Le niveau de convergence serait ainsi à 85 % en 2027 avec une limitation des pertes à 30 %.

Lire aussi : Quels sont les enjeux de la future PAC pour les éleveurs ovins ?

Le paiement redistributif restera inchangé avec une majoration des aides aux 52 premiers hectares. Il concernera 10 % de l’enveloppe des aides du premier budget.

L’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) sera préservée grâce à un complément de l’État de 108 millions d’euros par an. Le montant de 1,1 milliard d’euros pour les zones difficiles est donc maintenu malgré une modification des règles de financement européen. Le ciblage de l’ICHN sur les secteurs de l’élevage sera également maintenu. Très discutées, les aides du second pilier pour l’agriculture biologique seront portées à 340 millions d’euros par an, contre 250 millions d’euros actuellement.

Lire aussi : Les éleveurs de ruminants veulent une PAC qui rémunère l’existant

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre