Aller au contenu principal

Les éleveurs de ruminants veulent une PAC qui rémunère l’existant

Les éleveurs de ruminants et les agriculteurs de montagne veulent maintenir les aides couplées et revaloriser l’ICHN.

Le maintien des aides couplées est vitales pour les élevages de ruminants. C'est les signal fort qu’attendent les éleveurs de la part des pouvoirs publics qui reconnaissent ainsi l’importance de l’élevage tant dans la gestion agroécologique des territoires que dans la souveraineté alimentaire de la France. © J. Diependaele
Le maintien des aides couplées est vitales pour les élevages de ruminants. C'est les signal fort qu’attendent les éleveurs de la part des pouvoirs publics qui reconnaissent ainsi l’importance de l’élevage tant dans la gestion agroécologique des territoires que dans la souveraineté alimentaire de la France.
© J. Diependaele

Réunis au sein d’Alliance, les éleveurs de ruminants (bovins, ovins, caprins) affichent leurs positions communes pour la future Politique agricole commune. La FNO, la FNB, la FNPL et la Fnec réaffirment leur volonté de préserver « un modèle durable caractérisé par une forte valorisation de l’herbe et des fourrages produits sur nos fermes pour tendre à l’autonomie alimentaire des troupeaux, à l’origine de nombreux services rendus aux territoires et à l’environnement. » Pour la prochaine PAC, ils demandent que le service d’entretien des 13 millions d’hectares de prairies soit rémunéré, que les aides couplées soient maintenues à leur niveau actuel et que l’ICHN soit revalorisé et ciblé sur les productions animales. « L’élevage de ruminants est la seule activité économique à même de maintenir dynamisme et lien social sur des territoires subissant de forts handicaps naturels », précise le communiqué du 11 janvier. « Dans le schéma vert du premier pilier, les productions les plus durables doivent être rémunérées en priorisant la valorisation des services environnementaux existants rendus par l’élevage de ruminants, tel que l’entretien des prairies (stockage de carbone, préservation de la biodiversité…), et la production des fourrages destinée à nos troupeaux pour tendre à l’autonomie alimentaire, notamment protéique. »

Rémunérer les services environnementaux de la prairie et de l'élevage

Les agriculteurs des massifs français embrayent le pas dans un communiqué du 13 janvier en rappelant que leurs « exploitations familiales et herbagères produisent, chaque jour, une multitude de produits d’excellence, tout en rendant des services inégalables en matière d’entretien des paysages, d’animation des territoires et de protection de l’environnement ». Pour compenser leur vulnérabilité, les agriculteurs des Alpes, de Corse, du Jura, du Massif central, des Pyrénées et des Vosges demandent également le maintien des aides couplées à leur niveau actuel, le renforcement de l’ICHN, la rémunération des services environnementaux réels ou le maintien de l’éligibilité des surfaces agropastorales aux aides surfaciques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre