Aller au contenu principal

Le Salon de l’herbe mise sur l’autonomie protéique et fourragère

Le Salon de l’herbe revient avec un pôle technique tourné vers les fourrages de qualité et l’autonomie protéique. Rendez-vous à Villefranche-d’Allier les 1er et 2 juin.

Les experts de l’herbe et des fourrages ont répondu aux questions des éleveurs au Village de l’autonomie fourragère et protéique.
Les experts de l’herbe et des fourrages répondront aux questions des éleveurs au Village de l’autonomie fourragère et protéique.
© Salon de l'Herbe

Graminées, légumineuses, maïs fourrage ou méteils seront les stars de la plus grande vitrine végétale de France. Le Salon de l’herbe et des fourrages se tiendra dans l’Allier les 1er et 2 juin après deux ans d’absence pour cause de confinement. Pour ces retrouvailles entre l’herbe et les éleveurs, le salon garde sa recette d’une allée unique qui boucle au milieu de 42 hectares de démonstrations, d’essais de matériels et de vitrines végétales.

Cette année, le pôle technique prend le nom de Village de l’autonomie protéique et fourragère pour mettre en lumière des solutions qui mènent à davantage de souveraineté alimentaire dans les élevages. Ce pôle technique, animé par Arvalis, l’Institut de l’élevage et Semae avec l’aide de nombreux partenaires, diffusera les connaissances éprouvées sur des leviers à actionner pour développer son autonomie. Il permettra d’exposer les premiers résultats des essais agronomiques et zootechniques issus de Cap Protéines.

De l’herbe sur pied comme support de démonstration

Des microparcelles de graminées, légumineuses et prairies multiespèces serviront de support pédagogique au choix des espèces. Cinq mélanges céréales-protéagineux immatures illustreront la diversité des compositions selon que l’on recherche du stock ou de la qualité. Des protéagineux de printemps seront aussi mis en avant. Différentes vitrines végétales permettront de comparer le semis des prairies multiespèces en fin d’été, à l’automne ou au printemps, sur sol nu ou sous couvert. L’occasion d’observer par soi-même la réussite de l’implantation.

Dans l’atelier récolte, les matériels de fauche présentés montreront comment régler correctement les outils pour concilier rapidité de séchage, préservation de la qualité et maîtrise des coûts. Un zoom sera fait sur l’enrubannage et l’usage de conservateurs pour l’ensilage. Les éleveurs pourront également retrouver les informations nécessaires pour bâtir des rations plus autonomes en protéines en recherchant au maximum la complémentarité et la valorisation des ressources produites sur l’exploitation. 25 conférences Salon de l’Herbe d’une demi-heure détailleront ces points techniques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Les achats d'aliments concentrés représentent généralement une part importante des coûts de production.
Face à l’inflation, une aide publique pour l’alimentation animale
La guerre en Ukraine a entraîné une flambée du coût des matières premières agricoles, déjà à un haut niveau avant ce conflit.…
Faites vous-même votre aménagement en 3D.
Votre bergerie en 3D
« Des dizaines de plans de bergerie et de parcs de contention sur la page Web EquipInnovin » « Si vous souhaitez construire…
Le choix du chien de conduite doit s'effectuer suivant plusieurs critères. Les qualités au travail des deux parents est un incontournable.
Les cinq questions à se poser avant d’acheter un border collie
L’Association française du border collie a été créée en 1979 dans le but d’assurer la promotion et la sélection du border collie…
L'élevage ovin permet le maintien de surfaces enherbées qui stockent plus de la moitié des gaz à effet de serre émis par la production d'agneaux.
Faut-il arrêter l’élevage d’ovins pour sauver la planète ?
    Sindy Throude, chargée de mission élevage ovin et environnement à l’Institut de l’Élevage. © DR  « L’arrêt de l’élevage…
« J’ai appris à marcher au milieu des brebis de la ferme familiale »
Installé avec ses parents il y a quatre ans, Clément Rouquié a pris la suite de son grand-père sur l’exploitation familiale…
Le marché de Réquista est le premier marché ovin de France. Les vendeurs sont pour la plupart aveyronnais, mais certains n'hésitent pas à parcourir une longue distance pour vendre leurs animaux.
Réquista, le marché aux ovins qui a su remonter la pente jusqu’au sommet
C’est en Aveyron que se situe le premier marché aux ovins de France, celui de la commune de Réquista. Après avoir connu une forte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre