Aller au contenu principal

« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »

Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier ovin et le statut de Gaec. Il se lance dans la sélection en race Suffolk.

Je m’appelle Baptiste Soulat et j’ai grandi à Saint-Hilaire-la-Treille dans le nord de la Haute-Vienne. Mon père était salarié sur la ferme de mon enfance avant de s’installer en 2016 en production bovine. J’ai suivi un cursus de formation agricole classique, au sein du CDFAA (Centre départemental de formation des apprentis agricoles) de la Haute-Vienne en finissant par le certificat de spécialisation ovin en 2018. Ce n’est qu’en 2020 que je me suis associé avec mon père en créant à la fois l’atelier ovin et le Gaec familial sur 191 ha.

Des brebis issues de l’élite Suffolk de France

J’ai commencé avec 40 brebis de race pure Suffolk pour arriver aujourd’hui à 80. Les brebis sont toutes inscrites et issues des meilleurs élevages de la race.

Mes béliers, je les choisis d’abord à l’œil, au phénotype. Je les veux racés, avec des pattes pas trop grosses et surtout « carrés ». Je confirme ce choix en regardant leurs indexations et surtout leur valeur laitière. Je m’attache également à la famille à laquelle ils appartiennent. Ayant beaucoup d’animaux de la famille 5, je recherche aujourd’hui à diversifier les familles.

Je pratique la synchronisation et l’insémination sur une quarantaine de brebis en semence congelée. L’idée est d’avoir les meilleurs béliers pour mes meilleures brebis. La mise à la reproduction est calée sur les entrées en station de contrôle individuel. Je pratique également la lutte naturelle et la lutte en main avec des lots de 20-25 animaux. Je laisse généralement les brebis durant trois cycles. J’envisage à l’avenir la transplantation embryonnaire.

Une attention particulière sur la ration des agneaux

J’alimente mes brebis avec du regain de trèfle et dactyle et je leur distribue un méteil (pois, féverole, triticale, avoine) associé à un correcteur azoté. Les agneaux sont alimentés avec un aliment complet de chez DFP Nutraliance. Les reproducteurs et futurs reproducteurs sont alimentés quant à eux avec un mash (mélange de matières premières non broyées) de chez Aliment Bétail Limousin. Je porte une attention particulière à ne pas « brûler » les agneaux de sélection pour ne pas altérer leur carrière.

Je vends surtout des reproducteurs via mon organisme de sélection. Il m’arrive de vendre également à la boucherie quelques agneaux que je considère comme non conformes à mes attentes via une coopérative ou en vente directe et je vends mes réformes à un abatteur local.

En tant que passionné de la race Suffolk je participe aux différents concours de la race, dont le prochain sera celui du Salon international de l’agriculture, à Paris.

Je possède également un atelier de 150 vêlages en race limousine où tout est engraissé et vendu autour de 18-20 mois. Avec mon père, nous nous intéressons également à la génétique bovine avec notamment l’introduction du gène sans corne et culard.

Les plus lus

Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Emilien Chaillou avec ses brebis lacaune.
« En Bretagne, nous désaisonnons nos brebis laitières en bio »
En Ille-et-Vilaine, Émilien Chaillou et Johanna Colleau conduisent leurs brebis laitières en bio et à contre-saison pour répondre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre