Aller au contenu principal

Contenu partenaire
McDonald’s France mise sur la labellisation bas-carbone

Le rendez-vous de la cinquième étape du McDonald's AgriTour était donné à Roanne, dans le bassin Charolais. Une région qui concentre deux filières : la filière blé et la filière bovine. Dans sa stratégie de diminution des émissions de gaz à effet de serre, McDonald's a dialogué avec les agriculteurs autour de la labellisation en bas-carbone des exploitations.

McDonald’s affiche ses ambitions: l’objectif de réduire de 35 % les gaz à effet de serre d’ici 2030 est lancé. Ce chiffre correspond aux émissions directes et indirectes par transaction par rapport à 2005. Les filières agricoles et agroalimentaires sont des acteurs de cette ambition. À travers son AgriTour, McDonald’s joue la carte de la concertation. « Nous sommes ici pour échanger et nous challenger sans tabou », indique Sandie Boudet, cheffe de projets Filières durables et nutrition santé McDonald’s France.

Lors de la cinquième étape de l’AgriTour à Roanne, les agriculteurs ont évoqué les freins et les leviers durant des ateliers de réflexion consacrés à la labellisation bas−carbone, à l’agroforesterie ou aux synergies entre grandes cultures et élevage.
© V.Arbelet

 

256 exploitations locales approvisionnent McDonald’s à travers des contrats en cascade de l’amont vers l’aval


En Bourgogne−Franche−Comté et en Auvergne−Rhône−Alpes, McDonald’s pèse dans l’économie locale avec un total de 66,9 millions d’euros d’achats réalisés et 256 agriculteurs sous contrat. Grâce aux efforts de ses producteurs français, McDo dispose déjà de résultats concrets. Aucun insecticide de stockage n’est utilisé dans la filière blé depuis 2019. 129 000 hectares de biodiversité sont entretenus par les élevages bovins en contrat, selon les diagnostics CAP2ER.

Des projets de réduction du carbone


McDonald’s veut amplifier le mouvement avec les acteurs de la filière agricole. La labellisation bas−carbone des fermes est une des pistes évoquées. L’État a élaboré un système de certification des projets de réduction de carbone. SICAREV accompagne, par exemple, ses adhérents dans la démarche. La coopérative réalise un diagnostic et un plan d’action. La tonne de CO2 stockée est valorisée 30 euros. Dans les systèmes extensifs du Massif, les marges de manœuvre sont faibles. « Mais certaines exploitations peuvent espérer 6 000 ou 7 000 euros de revenus supplémentaires », indique Guillaume Hamart, technicien SICAREV Coop. Deux leviers sont intéressants à travailler. Passer l’âge au premier vêlage de 36 à 30 mois permet de faire chuter son empreinte carbone de 5 %. Les émissions seront aussi réduites de 2 % avec un intervalle vêlage−vêlage qui baisse de 380 à 365 jours.

McDonald’s et les agriculteurs : des obligations réciproques


Cette « stratégie filière durable » est appelée à s’amplifier. Cependant, François Garrivier, président du Comité filière bovin viande AURA et élu de la chambre d’agriculture de la Loire, alerte. « Même si McDo joue le jeu de l’approvisionnement français, cette journée permet aussi de rappeler l’enjeu du renouvellement des générations, grâce à une juste rémunération de notre production. » L’occasion pour Sandie Boudet d’insister sur la volonté de « McDonald’s à s’inscrire dans le temps grâce à la contractualisation et que tous les maillons de la filière travaillent conjointement pour accompagner techniquement et financièrement la transition des exploitations agricoles ».

« Nous sommes favorables à l’évolution de nos pratiques

 
Remi Duperroux, agriculteur à Neuilly−le−Réal (Allier) : « Sur notre ferme familiale, nous nous sommes engagés dans la démarche bas−carbone et en HVE. En reprenant des terres, nous avons adopté un système plus extensif. Nous avons également replanté des haies. Nous sommes favorables à l’évolution de nos pratiques. »

 

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey
Comment McKinsey compte influencer l’évolution de l’agriculture française
Le cabinet de consultants McKinsey a mis en place un simulateur d'agriculture régénératrice hébergé sur le campus Hectar, créé…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
Laurie Poussier, future agricultrice : « je veux juste parler de mes petits bonheurs parce que je suis heureuse au quotidien »
Laurie Poussier sera officiellement éleveuse en 2023, avec comme projet la création d’une savonnerie artisanale à la ferme. La…
Publicité