Aller au contenu principal

Pâturage : attention aux diarrhées au printemps !

Attention, une diarrhée brutale peut mettre une vache par terre
© J.-M. Nicol

Youpi ! C'est le printemps. L'herbe est abondante et pousse dru, les vaches sont impatientes de gagner la pâture. Mais il faut craindre des perturbations digestives et métaboliques car cette herbe jeune est riche en eau, en potassium, pauvre en sodium, en magnésium, en fibres efficaces, et elle transite à vive allure dans le rumen et l'intestin où elle finirait bien par fermenter. Et pourquoi saliver quand il y a tellement d'eau dans cette herbe ? Les vaches les plus exposées à ces perturbations se recrutent donc parmi les plus gourmandes et celles qui salivent le moins.

C'est une situation propice aux coliques mais vous en êtes rarement le témoin à cette période de gros travaux. Elles font dégringoler en quelques heures la production d'une bonne laitière, même lorsqu'elles finissent par s'estomper, et elles se compliquent parfois de torsion d'organes (cæcum ou caillette) ou d'occlusion intestinale. Il n'est pas rare que l'épisode de colique se termine par l'apparition soudaine d'une diarrhée aqueuse qui peut, en raison de perturbations métaboliques minérales, mettre une vache par terre sans perte de vigilance. Lorsque  l'herbe est riche en substances moussantes, que la salive peu abondante ne permet pas de disperser, il arrive aussi que des vaches météorisent quelques heures seulement après le lâcher. Si vous voyez ne serait-ce qu'une vache simplement ballonnée, vous feriez bien de rentrer illico le troupeau pour lui distribuer du foin et du sel, quitte à le ressortir quelques heures plus tard sous étroite surveillance.

Après quelques jours d'un mauvais temps qui stresse les vaches sans complément fourrager, le magnésium sanguin accuse le coup, particulièrement chez celles qui ont vêlé depuis peu. La production fléchit, elles deviennent nerveuses et en perdent parfois l'équilibre. Ce sont des signes avant-coureurs de tétanie. Coliques, diarrhée brutale, ballonnement, faiblesse musculaire, raideur… voilà un cocktail de signes auxquels il faut être attentif au printemps !

C'est le moment des troubles digestifs

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière