Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pâturage : attention aux diarrhées au printemps !

Attention, une diarrhée brutale peut mettre une vache par terre
© J.-M. Nicol

Youpi ! C'est le printemps. L'herbe est abondante et pousse dru, les vaches sont impatientes de gagner la pâture. Mais il faut craindre des perturbations digestives et métaboliques car cette herbe jeune est riche en eau, en potassium, pauvre en sodium, en magnésium, en fibres efficaces, et elle transite à vive allure dans le rumen et l'intestin où elle finirait bien par fermenter. Et pourquoi saliver quand il y a tellement d'eau dans cette herbe ? Les vaches les plus exposées à ces perturbations se recrutent donc parmi les plus gourmandes et celles qui salivent le moins.

C'est une situation propice aux coliques mais vous en êtes rarement le témoin à cette période de gros travaux. Elles font dégringoler en quelques heures la production d'une bonne laitière, même lorsqu'elles finissent par s'estomper, et elles se compliquent parfois de torsion d'organes (cæcum ou caillette) ou d'occlusion intestinale. Il n'est pas rare que l'épisode de colique se termine par l'apparition soudaine d'une diarrhée aqueuse qui peut, en raison de perturbations métaboliques minérales, mettre une vache par terre sans perte de vigilance. Lorsque  l'herbe est riche en substances moussantes, que la salive peu abondante ne permet pas de disperser, il arrive aussi que des vaches météorisent quelques heures seulement après le lâcher. Si vous voyez ne serait-ce qu'une vache simplement ballonnée, vous feriez bien de rentrer illico le troupeau pour lui distribuer du foin et du sel, quitte à le ressortir quelques heures plus tard sous étroite surveillance.

Après quelques jours d'un mauvais temps qui stresse les vaches sans complément fourrager, le magnésium sanguin accuse le coup, particulièrement chez celles qui ont vêlé depuis peu. La production fléchit, elles deviennent nerveuses et en perdent parfois l'équilibre. Ce sont des signes avant-coureurs de tétanie. Coliques, diarrhée brutale, ballonnement, faiblesse musculaire, raideur… voilà un cocktail de signes auxquels il faut être attentif au printemps !

C'est le moment des troubles digestifs

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Canicule : Les vaches n’apprécient pas le stress thermique
La chaleur n’est pas bonne pour les vaches, surtout les hautes productrices. Au-delà de la baisse de l’ingestion et de la…
Vignette
Quels équilibres sur les marchés mondiaux du lait à horizon 2030 ?
L'Union européenne, deuxième zone productrice de lait et exportatrice, devrait progresser plus lentement en collecte à l'avenir…
Vignette
La brumisation, un petit confort supplémentaire
Couplée à une ventilation efficace, la brumisation peut réduire la température de quelques degrés. Mais, l’effet réel des…
Vignette
« Le passage au bio a sauvé mon exploitation robotisée »
Nicolas Roybin a mené sa conversion au bio de main de maître, tout en maintenant la productivité du troupeau et en atteignant son…
Vignette
La France, pas une terre de lait ?

«On est face à un paradoxe français. Nos produits laitiers ne sont pas portés par…

Vignette
Sodiaal attend " du mieux " en 2019
Le plan d’économies et les efforts déployés pour créer de la valeur ajoutée devraient commencer à porter leurs fruits en 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière