Aller au contenu principal

Prix du lait : les contrats tripartites de l’APLBC seront réévalués

Avec la forte inflation actuelle, les hausses de prix décidées fin 2021 entre l’APLBC, LSDH et plusieurs enseignes de la grande distribution, s’avèrent insuffisantes pour passer l’année. Un second round de négociations doit avoir lieu d'ici l'été.

« LSDH n’étant pas sur les marchés de commodité beurre et poudre de lait, elle ne peut pas profiter de l’embellie des cotations, déplore Olivier Legrand, président de la section Laiterie Saint Denis de l’Hôtel à l’APLBC(1). Il faut absolument passer des hausses en grande distribution pour assurer un prix du lait qui nous permette de faire face à la flambée des charges. »

395 € à 405 € pour des laits différenciés

C’est qui le patron ? ! (CQLP) a déjà voté une hausse du prix du lait de base à compter du 1er juin, à 0,43 €/l (0,39 €/l jusque-là) – et donc de la brique de lait qui sera vendue 1,03 €/l en magasin. « Reste à voir si les quantités achetées par le consommateur baissent à cause de la hausse. Cela peut s’avérer contre-productif pour nous, étant donné que le prix à 0,43 € porte sur les volumes vendus », explique Olivier Legrand. Les deux autres contrats équitables - avec Auchan et Carrefour - ont le même prix du lait que CQLP.

Près de 70 % du lait des adhérents APLBC section LSDH est sous contrat tripartite avec différentes enseignes de la grande distribution. Les négociations de l’hiver avaient abouti pour Lidl à relever le prix du lait de 380 € à 405 €/1 000 l en filière non OGM à partir de mars 2022. Aldi a augmenté le prix du lait de 370 à 395 €, en filière non OGM. Le contrat avec Système U prévoit 405 €, avec un cahier des charges Bleu blanc cœur contre 375 € jusque-là. Le prix garanti par Leclerc est passé de 370 à 385 €, sans cahier des charges.

Une certaine inertie

« Ces hausses nous paraissaient satisfaisantes, mais depuis la guerre en Ukraine, le prix est insuffisant. Il y aura des rencontres avec les enseignes d’ici juillet pour obtenir des hausses. Nous nous basons sur l’indicateur prix de revient du Cniel, avec une indexation sur l’Ipampa pour être plus réactif. Avant, le tripartite donnait de la visibilité à un an, voire plus, aux producteurs. Aujourd’hui, l’instabilité des marchés nous contraints à nous revoir plus souvent. »

L'éleveur rappelle que ces dernières années, les contrats tripartites ont permis à LSDH de payer un prix du lait parmi les plus élevés en France en lait conventionnel. « En 2021, il était en moyenne à 393 €/1 000 l TPQC(2) pour les producteurs en équitable, et à 382 € sur l’ensemble des producteurs. »

(1) Association des producteurs de lait du Bassin Centre - 500 exploitations pour 300 millions de litres de lait, liées à LSDH, Triballat Rians et Chavegrand.
(2) TPQC : toutes primes et qualités confondues.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-François et Olivier Glinec, avec Groupie, croisée montbéliarde de 11 ans, fille de la doyenne du troupeau de 16 ans.
« Nos vaches font en moyenne 7,5 lactations »
Dans le Finistère, avec un système très économe, le troupeau du Gaec de Trevarn bat tous les records de longévité. Si le niveau d…
Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour
Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques…
Un nouvel essai est actuellement en cours à Derval sur une vingtaine de génisses de première année pour mesurer s'il y a un gain de temps de travail avec la clôture virtuelle.
« Nous avons testé les clôtures virtuelles sur les génisses »
La ferme expérimentale de Derval a expérimenté à l’automne 2020 et au printemps 2021 les clôtures virtuelles Nofence sur une…
Les niches avec courettes sont une solutions pour se conformer au nouveau règlement bio.
En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés
Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé…
Suite au passage à la méthode Single Step, les éleveurs devront modifier leurs critères de choix de taureaux.
Sélection génétique : Avec la nouvelle méthode Single Step, un taureau montbéliard sur deux sort du Top 100 en lait
En montbéliarde, le lait et la longévité sont les caractères les plus impactés par le passage au Single Step. Il faudra en tenir…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière