Aller au contenu principal

APLBC et LSDH concluent un troisième contrat équitable

Avec Carrefour, la Laiterie Saint-Denis-de-l'Hôtel et l'organisation de producteurs APLBC ont conclu un accord pour un lait équitable, après celui d'Auchan et de CQLP - C'est qui le patron?!.

« Ce lait équitable pour Carrefour répond au même cahier des charges que celui pour Auchan, avec un retour pour le producteur de lait au minimum de 390 €/1 000 l prix de base, ce qui fait environ 410 €/1 000 l de prix payé, sur les volumes vendus », indique l'organisation de producteurs APLBC (Associations des producteurs de lait du bassin Centre : environ 500 exploitations représentées, pesant 300 millions de litres de lait, livrant LSDH, Triballat Rians, Chavegrand). Il y a aussi une exigence d'un minimum de pâturage de 120 jours par an, et d'une alimentation sans OGM, sans huile de palme. 326 exploitations sont engagées dans le cahier des charges du lait équitable.

Le respect du cahier des charges repose sur des autocontrôles, des contrôles extérieurs par un organisme certificateur en élevage, à la laiterie et à l'OP. Un commissaire aux comptes valide la transparence des comptes et le critère équitable. Selon le décret du commerce équitable, l'acheteur doit octroyer un montant supplémentaire à l’OP, destiné aux projets collectifs et au renforcement de l'autonomie de l'organisation.

La LSDH réussit à se hisser dans le top cinq des laiteries rémunérant le mieux ses producteurs collectés. Elle a plusieurs contrats tripartites en lait conventionnel : équitable, BBC, non OGM. Près de 98 % des exploitations collectées sont engagées en non OGM (objectif 100 % dans deux ans) et 75 % sont en cahier des charges équitable pour C'est qui le patron?! (CQLP), la marque distributeur (MDD) d'Auchan, et à présent la MDD de Carrefour.

Sur 2020, un prix payé moyen à 395 €/1 000 l pour un élevage sous cahier des charges équitable

Le prix est construit à partir d'un prix de base : 325,70 € les 1 000 litres en 2020. S'ajoute un ajustement GMS (grande et moyenne surface) : retour sur les volumes vendus sous contrat tripartite Lidl, Auchan, Carrefour, Système U... S'ajoute une prime non OGM (environ 14 €/1 000 l en 2020). S'ajoute une prime équitable, selon les volumes vendus sous cahier des charges équitable. « En 2020, environ 35 % des volumes collectés sous cahier des charges ont effectivement été vendus comme lait équitable. Avec Carrefour, cette proportion augmentera. Pour l'instant, les enseignes affirment que les ventes de lait différencié et équitable se maintiennent ; il n'y a pas d'effet négatif lié à une éventuelle baisse du pouvoir d'achat », souligne Olivier Legrand, président de la section LSDH à l'APLBC. Au final, en lait équitable, le prix payé moyen des éleveurs livrant LSDH et adhérents à l'APLBC est d'environ 395 €/1 000 l en 2020, grâce à ces divers contrats.

Trois entreprises qui construisent avec les producteurs

L'APLBC représente environ 500 exploitations laitières, livrant la LSDH, Triballat Rians et Chavegrand (contrat tripartite avec Lidl pour le camembert), sur 5 régions et 17 départements, pour 300 millions de litres de lait.

T. Rians ne fabrique pas sous MDD (marque distributeur) et n'a donc pas de contrat tripartite, mais la formule de prix contractuelle est conforme à Egalim, avec une prise en compte des coûts de production. Elle a permis aux éleveurs laitiers d'être rémunérés correctement (377€ en moyenne sur 3 ans en prix TPC TQC).

"Nous travaillons avec trois entreprises qui respectent les producteurs ; il y a du dialogue, une construction avec les producteurs, pour chercher ensemble de la valeur ajoutée. Et cela se concrétise par une dynamique laitière qui tient, avec un nombre d'exploitations adhérentes APLBC qui est à peu près stabilisé ; contrairement aux exploitations qui livrent d'autres laiteries. On entend parler de cessations importantes", conclut Olivier Legrand.

 

Les plus lus

Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

Robot de traite : quel gain de production laitière lors du passage de la salle de traite au robot ?

Le passage de la salle de traite au robot de traite s’accompagne d’un gain de production par vache laitière. À paramètres…

En 2023, Baptiste et Léo Blanchard ont séché 600 tonnes de foin à 87 à 93 % MS, 350 tonnes de maïs grain et 40 tonnes de bois déchiqueté.
Foin : « Avec un séchoir à plat autoconstruit dans un ancien bâtiment, nous limitons l’investissement »

Éleveurs en Mayenne, Baptiste et Léo Blanchard ont transformé un ancien bâtiment à taurillons en séchoir en grange à plat.…

vaches à la traite
Contrôle laitier : le rendement des vaches laitières a augmenté en 2023

Les résultats 2023 du contrôle laitier montrent une hausse de la productivité de 60 kg à 8938 kg de lait par lactation.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière