Aller au contenu principal

Maïs fourrage : les étapes à suivre pour réussir son ensilage

Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous faites pas piéger. C’est le grain qui commande, pas les feuilles. Voici quelques repères rappelés par Arvalis pour s'approprier la méthode d'observation de remplissage du grain au champ et réussir son maïs ensilage.

Pour parvenir à ce stade optimal une analyse visuelle du grain est possible afin de déterminer au mieux la période de récolte optimale. Quelles sont les étapes à suivre pour réussir son ensilage de maïs fourrage ?
 

La floraison : pour un premier aperçu

Quand récolter le maïs pour le meilleur ensilage ? Bien observer la stade floraison vise à réduire le pourcentage de parcelles de maïs fourrage récoltées trop tardivement, afin de préserver la valeur alimentaire.

Ce qu'on appelle la date de floraison du maïs, c'est le jour où la moitié des plantes ont des soies visibles à l'aisselle des feuilles", rappelle Michel Moquet, ingénieur fourrage chez Arvalis Institut du végétal. C'est le premier indicateur de la précocité de la culture. Il faut aller visiter les parcelles au moment de la floraison pour en connaître la date précise. La qualité de l’ensilage en dépend !

Une fois le stade floraison noté, « il faut entre 550 et 700 degrés-jour (base 6-30°C), selon la précocité de la variété, pour atteindre le stade optimal de récolte de la plante entière. Cela représente de 45 à 70 jours selon les régions et le climat », détaille Michel Moquet.
 

L'observation des grains pour une bonne maturité : la lentille vitreuse

Pour déterminer à quel stade récolter le maïs, il est ensuite vivement conseiller de visiter les parcelles de maïs fourrage trois semaines après floraison pour observer le remplissage des grains et affiner une dernière fois la date optimale de récolte.

A cette période, il est facile de repérer la lentille vitreuse qui apparait à l’extrémité des grains. La lentille vitreuse, jaune dorée et difficilement rayable à l’ongle, correspond au dépôt d’amidon vitreux. Quand on voit la lentille vitreuse au sommet de la majorité des grains, on se situe autour de 25-26 % de MS plante entière pour des maïs à bon gabarit, encore bien verts. Sur les variétés à grains dentés, cela correspond à l’apparition d’une dépression au sommet de la majorité des grains. Pour des maïs à gabarit moyen, avec des feuilles qui commencent à dessécher, à ce stade, on sera déjà autour de 28-29% MS.

L’objectif est d’ensiler un maïs fourrage aux alentours de 32 % MS plante entière. A ce stade, l’amidon est réparti en trois tiers dans les grains des couronnes centrales des épis : amidons laiteux, pâteux et vitreux.

A partir du stade « lentille vitreuse visible sur la majorité des grains », il reste 6 à 8 points de matière sèche à acquérir pour atteindre le stade optimal de récolte, 32 % MS plante entière. En besoin en températures, cela représente environ 150 degrés jours (base 6-30). En jours de calendrier, cela fait 10 à 20 jours selon les régions, la période de récolte et le scénario climatique de la fin de l’été et de l’automne… Pour estimer la maturité de la parcelle, Il est conseillé de se référer à la grille de maturation des grains élaborée par Arvalis.

Une vidéo d'Arvalis permet de mieux comprendre l'importance d'une bonne maturité des grains et aide à bien appréhender la méthode d'observation.
 

plaquette

Les différentes périodes de mise en place du rendement du maïs

 

Arvalis


Références pour estimer les dates des différents stades de la culture du maïs fourrage

 

Arvalis

 

 

 

Les astuces pour analyser son ensilage de maïs

Même sans tamis secoueur, il est possible de contrôler le travail effectué par l’ensileuse dès la première remorque. Une méthode proposée par le Spel du Rhône s’avère particulièrement simple. Prenez un litre d’ensilage de maïs et renversez-le sur un plateau. Étalez le tout et comptez le nombre de grains entiers ; il ne doit pas excéder deux. Repérez ensuite le nombre de particules indésirables, c’est-à-dire les particules longues (de plus de 2 cm) dont la coupe n’est pas nette. Si la coupe est franche les vaches de trieront pas des particules de 3 à 4 cm. On ne doit plus voir non plus de rondelles de rafles. L’objectif est de comptabiliser 6 particules indésirables au maximum.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
La ferme de Grignon a baissé de 800 g par vache et par jour le tourteau de colza 35 et a pu éviter d'acheter un camion de 30 tonnes de tourteau de colza tanné ce printemps.
« Nous avons limité l'explosion du coût alimentaire sur l’atelier vaches laitières »
Quentin Bulcke, responsable de la ferme expérimentale de Grignon, témoigne des actions ayant permis d'économiser du tourteau de…
Le prix du lait standard conventionnel payé aux producteurs a augmenté de 21% sur les six derniers mois de l'année.
Prix du lait : les coopératives visent 500 €/1000 litres
Lors de sa conférence de presse de rentrée, les coopératives membres de la Coopération laitière ont assuré vouloir augmenter…
La brique de lait Merci! est depuis juillet à 0,92 €/l, avec un prix primes comprises garanti aux éleveurs de 480 €/1000 l pour un lait en non-OGM, avec du pâturage.
Prix du lait : l’OP Saint-Père exaspérée par Les Mousquetaires
Alors qu’Intermarché (Les Mousquetaires) se targue d’accepter des hausses de tarifs sur les produits laitiers, l’organisation de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière