Aller au contenu principal

Marchés laitiers : un équilibre fragile des prix du beurre et de la poudre de lait

Les cotations européennes de beurre, de poudre de lait écrémé et des fromages d’exportation (edam, gouda…) sont relativement stables depuis novembre 2023. Entre faiblesse de la collecte dans les pays exportateurs et mollesse de la demande chinoise, les marchés laitiers ont trouvé un équilibre qui reste fragile.

porte containers port du Havre - 400 m de long - plus de 21 000 containers - parmi les plus grands au monde en septembre 2022
Sur les dix premiers mois de 2023, les importations chinoises de l'ensemble des produits laitiers ont reculé.
© A. Conté

Après s’être redressées en début d’automne 2023, les cotations françaises de beurre se sont légèrement effritées début janvier 2024, et celles de poudre de lait écrémé baissent légèrement depuis novembre. Les prix des fromages d’exportation (Edam, gouda…) européens se sont stabilisés après avoir progressé en 2023. Les résultats du Global dairy trade (Nouvelle-Zélande) donnaient une petite hausse pour le beurre, mais une légère baisse pour la poudre maigre et le cheddar.

Des collectes d’automne en retrait dans beaucoup de pays exportateurs

La Rabobank estime que l’année 2024 pourrait voir une hausse des prix sur les marchés mondiaux. Parce que « les stocks dans les régions d’exportation sont confortables mais pas lourds ». L’offre laitière est donc « scrutée de près par les acheteurs internationaux de produits laitiers ».

Or les dernières statistiques montrent des collectes d’automne en retrait dans la majorité des zones exportatrices. En Nouvelle-Zélande, elle baisse de 0,6 % de juin à novembre par rapport à la campagne précédente. Aux États-Unis, la collecte est en recul depuis juillet 2023 et affiche -0,6 % en novembre par rapport à novembre 2022. En Argentine, la collecte de novembre affiche -4 %. Dans l’Union européenne, elle diminue de 1,7 % en octobre 2023. Elle devrait continuer de reculer en novembre, avec plusieurs pays qui décrochent : Pays-Bas (-3,9 %), Italie (-1,4 %), Irlande (-19 %), France (-4,8 %). En Allemagne, la collecte était aussi en retrait depuis mi-octobre par rapport à 2022, et début décembre, la statistique allemande donnait une collecte à -2,4 % par rapport à 2022.

Baisse des importations chinoises en 2023

Les prix ne grimpent pas pour autant, du fait d’une demande mondiale peu dynamique. En outre, la locomotive chinoise ne tire plus le marché mondial. « En Chine, la production laitière demeure dynamique (+4,6 % en 2023, à 41 millions de tonnes de lait collecté), grâce au développement de méga fermes, tandis que la demande intérieure plafonne depuis la crise du Covid-19 », analyse l’Institut de l’élevage.

Sur les dix premiers mois de 2023, les importations chinoises de l’ensemble des produits laitiers ont reculé de 14 % par rapport à la même période 2022. Et sur septembre et octobre, le repli était de 12 %. Les poudres grasses et de beurre ont particulièrement décroché en 2023. À l’inverse, les achats chinois de crème et de fromage étaient dynamiques. Le début 2024, les importations de poudres de lait devraient rester ralenties, d’après l’Institut de l’élevage.

Sources : ZMB, Clal, FAM

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Robot de traite : quel gain de production laitière lors du passage de la salle de traite au robot ?

Le passage de la salle de traite au robot de traite s’accompagne d’un gain de production par vache laitière. À paramètres…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière