Aller au contenu principal

Canicule : Les vaches n’apprécient pas le stress thermique

La chaleur n’est pas bonne pour les vaches, surtout les hautes productrices. Au-delà de la baisse de l’ingestion et de la production, l’immunité, les pieds et la reproduction sont mis à mal.

Le stress thermique démarre dès 20°C

Les vaches dégagent beaucoup de chaleur. Plus elles produisent, plus leur température monte. Dès 20-22°C, elles commencent déjà à avoir du mal à s’autoréguler. Elles ont beau ouvrir la bouche, augmenter leur fréquence respiratoire, transpirer et chercher de l’ombre, elles souffrent ! Il faut dire que la taille de leurs poumons les handicape. Leur capacité pulmonaire est trois fois inférieure à la nôtre, à poids équivalents ! Pour s’adapter, les vaches modifient leur comportement alimentaire : elles boivent plus, mangent moins et ruminent moins. Ce changement impacte la microflore ruminale et altère leur production. Elles se couchent moins et restent plus longtemps debout pour se refroidir.

La qualité du lait est impactée

Chez les vaches soumises à un stress thermique, les cellules augmentent, les quantités de lait et les taux diminuent. « En août dernier, nous avons observé une augmentation du taux cellulaire moyen de 55 % chez nos élevages adhérents, avec un pic à 350 000 cellules par millilitre en Normandes et 330 000 en Prim’Holstein », illustre François Normand, d’Elvup dans l’Orne. Entre juillet et novembre, l’écart de TB a été de 3,8 points et celui de TP de 2,8 points en Normandes, et respectivement de 4,8 et 2,2 en Prim’Holstein.

Le nombre de mammites cliniques augmente en raison d’une baisse de l’immunité et d’une plus grande pression infectieuse. Sans oublier l’impact des mouches dans la transmission des pathogènes. Il faut freiner leur propagation tôt dans la saison. Le maintien du post-trempage limite la transmission de pathogènes et permettra aussi une hydratation des trayons irrités par les UV. « Il ne semble pas qu’un germe en particulier se développe plus qu’un autre. Sur nos élevages, les coliformes et streptococcus uberis sont principalement en cause, commente Annette Fichtl, vétérinaire. L’été, l’hygiène apparaît encore plus essentielle, notamment la propreté des vaches et des zones de couchage. »

Les vaches taries sont particulièrement sensibles

Durant le tarissement, la baisse d’immunité liée au stress thermique est très préjudiciable. Les vaches taries deviennent plus sujettes aux maladies liées au vêlage (métrites, non-délivrances) et se montrent également plus sensibles aux mammites et troubles respiratoires en lactation suivante. Leur fertilité est pénalisée, de même que la réponse immunitaire en cas de vaccination. Leur colostrum est de moins bonne qualité (-10 point d’IgG avec un indice THI supérieur à 70), ce qui expose davantage les veaux aux maladies. Leur gestation peut être raccourcie (jusqu’à -7 j).

Le stress thermique provoque aussi des dérèglements hormonaux et diminue la perfusion sanguine de la glande mammaire, ce qui nuit au développement de celle-ci. Le début de lactation est fortement pénalisé, la vache réduisant fréquemment sa production de plusieurs kilos. « Nous avons estimé cette perte à 155 kilos de lait sur la lactation suivante en intégrant les données météo moyennes du département de l’Orne, sur les bases d’un tarissement de deux mois et d’une modélisation américaine », détaille François Normand. L’aire de vie des taries est à rafraîchir en priorité. « Veillez aussi à distribuer une ration appétente et équilibrée, de faible niveau énergétique (<0,8 UFL), et à un abreuvement suffisant (60 à 150 l). »

La reproduction elle aussi est perturbée

Les perturbations hormonales associées au déficit énergétique et au stress oxydatif perturbent le développent des follicules. Les ovocytes sont de moins bonne qualité. Les œstrus sont plus courts et moins intenses, d’où une moindre expression des chaleurs. Au final, le taux de réussite à l’insémination peut baisser jusqu’à 30 %, selon des données étrangères. Côté mâle, ce n’est guère mieux. La spermatogénèse aussi en prend un coup. Mieux vaut privilégier l’insémination que la monte naturelle en période de stress thermique, ou au moins contrôler la gestation. Ces périodes ne sont pas propices non plus au transfert embryonnaire, et les techniques d’induction de chaleurs ne sont pas un remède efficace dans ces situations.

La fécondité aussi est pénalisée, notamment en raison d’une perfusion sanguine de l’utérus plus limitée et d'un dysfonctionnement de la muqueuse utérine. Le risque d’avortement et de mortalité embryonnaire est plus marqué.

Lire aussi l'article lait/les-cles-pour-bien-choisir-ses-ventilateurs

Lire aussi l'article lait/la-brumisation-un-petit-confort-supplementaire

Lire aussi l'article comment lutter contre le stress thermique sur le plan alimentaire

Lire aussi l'article "Nous avons minimisé l'impact du stress thermique pour nos 110 laitières"

Lire aussi l'article La chaleur ne réussit pas non plus aux veaux

Lire aussi l'article Le-stress-thermique-plombe-la-fertilite-de-10-points

Lire aussi l'article Les-vaches-souffrent-de-stress-thermique

 

Ce qu’il faut faire pour limiter l’impact de la chaleur

canicule
•Distribuer la ration le soir, ou deux fois par jour en visant 60-70 % apportés le soir. Multiplier les distributions limite les échauffements, stimule la prise alimentaire et écrête les pics de fermentations ruminales.
Donner libre-accès à l’eau, propre et de préférence fraîche. La chaleur accroît les besoins en eau. À 30°C, les laitières consomment entre 100 et 150 l/j selon leur niveau de production. Vérifier si le débit et le nombre d’abreuvoirs (un point d’eau pour 15-20 VL ou 8 cm de linéaire d’eau par VL) sont suffisants.
•Apporter des fourrages appétents et très digestibles, ils sont mieux consommés et conduisent à moins de production de chaleur dans le rumen. Nettoyer l’auge plus souvent car les aliments s’échauffent et se dessèchent. Au silo, avancer de 20 à 30 cm/j et, si besoin, appliquer un conservateur hétérofermentaire pour la stabilité aérobie.
•Prévenir l’acidose avec 18 % de cellulose et 22-25 % d’amidon dans la ration et en apportant 250-300 g/j de bicarbonate de sodium. Attention aussi à compenser les pertes de minéraux par la sueur et à maintenir le bilan alimentaire anions-cations (Baca) à 300-400.
Réduire les temps d’attente et les déplacements, éviter les regroupements. Limiter le temps passé dehors aux heures chaudes !
•Dissiper la chaleur dans le bâtiment en ouvrant les bâtiments. Une ventilation dynamique peut être nécessaire. Si vous investissez, privilégiez d’abord les vaches taries. Au pâturage, aménager des zones d’ombre. Une zone de douchage à l’entrée de la salle de traite ou à proximité du robot rafraîchit l’atmosphère et limite aussi les mouches.

Définition

L’indice THI (Temperature Humidity Index) permet d’évaluer l’inconfort thermique des herbivores. Il prend en compte la température mais aussi le niveau d’humidité relative de l’air, qui accentue l’effet de la chaleur. Chez les laitières, le seuil de stress thermique léger est estimé à 68.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière