Aller au contenu principal

Les vaches souffrent de stress thermique

Même dans les régions du nord de la France, les vaches peuvent être touchées par le stress thermique.
Même dans les régions du nord de la France, les vaches peuvent être touchées par le stress thermique.
© Infographie Réussir

Dès 22 °C, une vache laitière peut commencer à souffrir de stress thermique et sa production baisser. Une enquête menée par Lallemand à travers différents pays d’Europe révèle que les vaches françaises ne sont pas épargnées. Les températures et l’humidité ont été relevées en continu dans différents élevages pendant les étés 2013 et 2014, pour calculer l’index THI (température/ humidité) et évaluer ainsi le niveau de stress thermique. « Même pendant des étés modérés, le stress thermique est bien une réalité, en France et en Suisse en particulier, constate Jean-François Floquet, de Lallemand. Globalement, en été, les élevages français passent en moyenne dix heures par jour au-dessus du seuil de stress. Les pertes de lait calculées se situent autour de 2,4 kg par jour en moyenne. »

Quatre heures passées en stress thermique suffisent pour réduire la production

Le sud de l’Hexagone est fortement atteint, avec 12 heures par jour en stress thermique mesuré dans les Pyrénées Atlantiques. Mais plus surprenant, la Bretagne et la Mayenne sont aussi fortement touchées, avec des pertes de lait estimées à 2 kg par vache par jour(1). « Un index THI de 68, qui correspond par exemple à une température de seulement 22 °C pour 45 % d’humidité, est la limite entre la zone de confort de la vache et le stress thermique. Il suffit de quatre heures passées en condition de stress pour réduire la production laitière de plus d’un kilo par jour ! Si une vache commence à montrer des signes cliniques (halètement, baisse d’ingestion, etc.), il est déjà trop tard. L’efficacité ruminale, le statut antioxydant, et la production laitière sont déjà affectés. »

 

Lire aussi l'article Comment lutter contre le stress thermique sur le plan alimentaire

Lire aussi l'article "Nous avons minimisé l'impact du stress thermique pour nos 110 laitières"

Lire aussi l'article Thermotool-une-application-de-gestion-du-stress-thermique

Lire aussi l'article Le-stress-thermique-plombe-la-fertilite-de-10-points

Lire aussi l'article La-brumisation-un-petit-confort-supplementaire

Lire aussi l'article Les-cles-pour-bien-choisir-ses-ventilateurs

 

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière