Aller au contenu principal

Les récoltes de maïs fourrage ont déjà commencé

Les premiers chantiers d’ensilage de maïs fourrage ont déjà débuté.

Dans les conditions climatiques actuelles, de nombreux chantiers de récoltes de maïs commenceront avant le 15 août.
Dans les conditions climatiques actuelles, de nombreux chantiers de récoltes de maïs commenceront avant le 15 août.
© Arvalis

Après un mois de juillet historiquement chaud et sec, les récoltes de maïs fourrage ont d’ores et déjà commencé en terres superficielles où le maïs est desséché. « Les premières récoltes devraient débuter avant le 10 août en région Rhône-Alpes, Franche-Comté et Poitou », estime l’Institut du végétal dans une note diffusée le 2 août. Aucune pluie significative n’étant annoncée pour les prochains jours et avec des températures prévues au-dessus des normales, rapidement, les régions Pays de la Loire, Nord Aquitaine, Centre, Lorraine et Champagne suivront.

Ces estimations se basent sur le stade optimal de récolte, autour de 32-33 % de matière sèche plante entière en prenant en compte les températures relevées jusqu’au 30 juillet et les valeurs prévues jusqu’au 8 août. Mais Arvalis alerte : « Attention, en situation de stress hydrique très marqué, le taux de matière sèche du maïs peut évoluer très rapidement et les modèles de prévision peuvent être mis en défaut. »

Ensiler au bon moment

Du fait des conditions climatiques, l’évolution rapide des maïs va donc se poursuivre, notamment dans les terres les moins profondes. Il convient donc de suivre l’état des maïs en observant en cœur de parcelle le gabarit des plantes, l’état du feuillage, la fertilité des épis et le remplissage des grains.

Pour les situations les plus critiques, le nombre de feuilles vertes, le nombre de grains en place, la proportion des surfaces desséchées dans les parcelles sont les critères à prendre en compte pour décider d’ensiler ou d’attendre. Ainsi, en absence de grain, ou moins de 300 à 500 grains/m², l’ensilage est recommandé s’il reste moins de 4-5 feuilles vertes. Pour les maïs à plus de 1 500 grains/m² et avec au moins 4-5 feuilles vertes au-dessus ou au niveau de l’épi, il est nécessaire d’attendre l’évolution normale du grain.

Définition

Nombre de grains/m2 = nombre moyen d’épis/m2 x nombre moyen de grains/épi.

Pour estimer le nombre de grains viables par m², il faut compter le nombre d’épis par m² sur au moins trois fois 10 m² (ex. : 13,33 m x 0,75 m d’écartement) et le nombre de grains par épi (= nombre de rangs x nombre grains par rangs) sur au moins trois fois 20 épis successifs. Cette opération est à réaliser à l’intérieur du champ, sur des zones représentatives.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière