Aller au contenu principal

Maïs fourrage : bien observer la date de floraison pour prédire la date de récolte

C'est le première épisode de la série de recommandations d'Arvalis Institut du végétal, pour la récolte du maïs fourrage. Bien observer la stade floraison vise à réduire le pourcentage de parcelles de maïs fourrage récoltées trop tardivement, fin de préserver la valeur alimentaire.

floraison femelle du maïs
Le stade floraison pour le maïs ensilage, c'est la floraison femelle.
© Arvalis Institut du végétal

"Ce qu'on appelle la date de floraison du maïs, c'est le jour où la moitié des plantes ont des soies visibles à l'aisselle des feuilles", rappelle Michel Moquet, ingénieur fourrage chez Arvalis Institut du végétal. C'est le premier indicateur de la précocité de la culture. Il faut aller visiter les parcelles au moment de la floraison pour en connaître la date précise. La qualité de l’ensilage en dépend !

Cette année, les floraisons devraient être observées avec environ 5 jours de retard par rapport à 2020, ce qui correspond à une année normale à légèrement tardive. "L'essentiel des parcelles devrait fleurir sur la dernière décade de juillet, avant la mi-juillet dans le Centre-Ouest et le Nord Aquitaine, et début août sur la bordure maritime Nord et en Limousin". Michel Moquet rappelle une petite astuce pour ne pas se faire surprendre : "Ce stade arrive 8 à 10 jours après la sortie des panicules au sommet des plantes, phénomène bien visible depuis le bord du champ."

Une fois le stade floraison noté, "il faut entre 550 et 700 degrés-jour (base 6-30°C), selon la précocité de la variété, pour atteindre le stade optimal de récolte de la plante entière. Cela représente de 45 à 70 jours selon les régions et le climat", détaille Michel Moquet.

Rappelons que le stade optimal pour réaliser un maïs ensilage plante entière se situe à 32 - 33% de matière sèche plante entière. Certaines années, l’évolution du taux de matière sèche peut être très rapide en fin de cycle. Noter avec précision la date de floraison améliore la prévision de la date de récolte et permet de mieux anticiper.

Profiter des visites de parcelle pour éradiquer le datura

Michel Moquet rappelle également de profiter des visites de parcelles pour éradiquer le datura, une adventice très concurrentielle et surtout très toxique pour les hommes et les animaux, même à faible dose. Il est donc très important d'identifier et d'arracher les premières plantes, souvent en bordure de parcelles, ou dans les zones sans végétation, avec des gants !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
L’insémination par l’éleveur fait toujours plus d'adeptes
Près de 5 400 éleveurs (+ 6 %/2019) ont réalisé eux-mêmes les inséminations dans leur troupeau en 2020. L’IPE a représenté 12 %…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière