Aller au contenu principal

En Argentine, une hausse de collecte en trompe l'oeil

La panne structurelle de la ferme laitière argentine est bien réelle, selon Raúl Cata, de la Société rurale argentine.
La panne structurelle de la ferme laitière argentine est bien réelle, selon Raúl Cata, de la Société rurale argentine.
© M.-H. André

Le dynamisme mou de la collecte de lait contraste avec le développement spectaculaire de la filière grains, le volume des récoltes de grains (soja, maïs, blé, tournesol) en Argentine ayant quasi quadruplé en 20 ans, de 35 millions de tonnes (Mt) à 130 Mt lors de la dernière campagne. Pire, selon Raúl Cata, de la Société rurale argentine, qui porte la voix des grands éleveurs laitiers du pays, les hausses de production laitières récentes seraient un trompe l’œil. « La hausse de 4% de notre collecte de lait entre 2020 et 2021 est due à la fermeture des pizzerias pendant la pandémie de Covid-19 : l’effondrement de ce débouché massif de mozzarella (souvent vendu au noir, NDLR) a gonflé les stocks de lait déclarés », assure-t-il. Le phénomène expliquerait aussi, en partie, la hausse interannuelle de 7% intervenue entre 2019 et 2020.

Les statistiques de la production laitière argentine sont à prendre avec des pincettes. Le pays produisait 10,3 milliards de litres (Mdl) en 1999 et ce chiffre serait passé à 11,5 Mdl en 2021, selon le ministère de l'Agriculture argentin. Le début de l'année 2022 connaîtrait une hausse minime. Minime, pour trois raisons énumérées par Raúl Cata : « Un épisode de sécheresse subi lors de cet été austral a réduit l’offre d’ensilage de maïs ; et puis, l’explosion des cours du maïs et du soja a une incidence directe sur la valeur des baux ruraux renégociée chaque année ; enfin, la menace d’une suspension de nos exportations laitières plane toujours. Le gouvernement se dit en guerre contre l’inflation des prix alimentaires et il taxe déjà les poudres de lait à la douane, à hauteur de 9% de leur valeur FOB (1), et les fromages à 4,5%. »

Pourtant, en vingt ans, l’Argentine a consolidé sa place d’exportateur de poudres et surtout, son marché intérieur a grossi, avec une population argentine qui est passée de 35 à 45 millions d’habitants, soit une demande de 2,3 Mdl/an ou une consommation moyenne de 230 l/an/hab - à titre de comparaison, la consommation de l’UE à 27 est de 277 kg eq. Lait/habitant. Mais ces débouchés n'ont pas dopé la production laitière. Les exploitations souffrent d'un prix du lait insuffisant au regard de leurs charges. Le coopératisme a perdu une grande partie de son influence passée sur la formation des prix. Le pays a perdu environ 20 000 élevages depuis la fin des années 1990. Aujourd’hui, l'Argentine n’en compte plus que 10 000 environ.

(1) Free on board : hors coût de transport, taxe, assurance

« Les investissements avaient été mis en pause »

L'élevage XXL l’estancia San Jacinto, située à Mercedes, à 60 km de Buenos Aires, illustre la réalité des grandes exploitations laitières argentines. Sur cette exploitation de 7 300 hectares, il y avait, jusque vers l’année 2010, six salles de traite et 1 500 vaches laitières ; il ne reste à présent plus que deux ateliers et 850 holstein qui assurent une production similaire à celle de leurs aïeules, soit 21 000 l/j en creux de saison, en été et hiver austral, et de 25 000 à 28 000 l/j en automne et au printemps, renseigne le gérant de l’élevage, Juan Bereterbide qui précise que 1 000 ha sont actuellement utilisés pour le pôle lait.

L’état corporel des laitières de cet élevage, classé « top » là-bas, est passable,  comme l’est celui de la salle de traite de 2x16 postes, au sol craquelé et dont l’aire d’attente, sauf le couloir d’entrée, est en terre. Le dernier investissement réalisé a été dans des trayeuses automatiques. « Cela fait deux, trois ans que nous avons recommencé à parier sur le lait », témoigne Juan Bereterbide.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le tournesol se montre moins souple qu’un maïs pour une récolte au stade optimal. Ici, le stade apparaît un peu dépassé. Seuls les deux premiers étages foliaires devraient être sénescents.
L’ensilage de tournesol en élevage laitier, un essai qui reste à transformer
La coopérative Agrial a testé l’ensilage de tournesol aux niveaux agronomique et zootechnique. Le premier bilan conclut à une…
La contractualisation de la viande issue du cheptel laitier, c’est maintenant
À compter du 1er janvier 2023, la contractualisation voulue par la loi Egalim 2 devient obligatoire pour les vaches de…
Dans le Grand Ouest, 46 % des exploitations étaient en situation critique en 2021 !
Les trésoreries des exploitations laitières du Grand Ouest sont préoccupantes
L’Observatoire de l’endettement et des trésoreries montre une situation 2021 meilleure que 2020 en moyenne pour les éleveurs…
Le prix du lait en Europe monte encore en septembre
Le prix du lait en Europe monte encore en septembre
Malgré la baisse des cotations laitières, le prix du lait continue de progresser légèrement dans certaines laiteries. Les prix…
La protection des races menacées reste au programme des MAEC pour la PAC 2023-2027, comme la  froment du Léon.
Pac : Ne pas louper les MAEC !
Si vous avez peu d’efforts à fournir pour entrer dans une MAEC, il serait dommage de passer à côté. Les éleveurs bio auront…
Danone propose aux éleveurs des volumes de lait supplémentaires à produire, mais peine à augmenter suffisamment le prix.
En Normandie, Danone revalorise le prix du lait
Face à un prix calculé par la formule contractuelle trop bas par rapport à l’inflation des coûts en élevage, Danone a revalorisé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière