Aller au contenu principal

Filière protéine végétale en alimentation humaine
Réflexion pour un nouvel étiquetage des alternatives végétales aux produits animaux au Japon

Le parti politique au pouvoir a lancé une consultation sur ce sujet avec notamment les acteurs de l'agroalimentaire du pays.

Les plats traditionnels japonais fabriqués avec des alternatives à la viande devront le mentionner prochainement de façon claire
© takedahrs/Pixabay

« Le fait que le Japon n’a pas encore discuter de l’appellation pour les produits végétaux alternatifs aux produits issus de l’élevage est un verrou pour le développement entrepreneurial du secteur », a reconnu Kono Taro, responsable des relations publiques du Parti Démocratique Libéral (au pouvoir dans le pays), lors d’une conférence de presse le 3 novembre 2021 et cité par le media en ligne Food Navigator Asia

Cette intervention a pris place alors que ce nouveau segment de production alimentaire connaît une certaine croissance dans le pays, avec une dynamique tirée par certains restaurants expérimentant de nouvelles cartes intégrant des plats végétaux alternatifs, des industriels de la viande comme Nippon Ham et Ito Ham lançant des produits alternatifs ou encore un certain nombre d’acteurs dédiés à la production de substituts comme Next Meats (alternatives au porc, au thon, au lait avec une usine de production située à Singapour).

Le Parti Démocratique Libéral a donc lancé un questionnaire auprès des entreprises concernées pour pouvoir prendre position sur le sujet. Il apparaît que ce document est formulé de telle manière à ce que le secteur puisse se développer du point de vue desdites entreprises. Les secteurs concernés par le questionnaire sont les marchés de la viande, des produits laitiers, de l’œuf et des produits de la mer.

Les entreprises traditionnelles et les nouveaux entrants sollicités

Les termes, par exemple, de « viande à base de soja » ou encore de « lait d’avoine » pourront être utilisés tant que le fabricant fait apparaître clairement que la production n’est pas à base de produits animaux. La consultation permet aussi d’utiliser une expression comme 100 % végétal mais l’étiquetage devra confirmer que 100 % des ingrédients sont issus des plantes, y compris les additifs. Autres mentions possibles : « soja utilisé », « pas de viande utilisée », « ceci n’est pas un produit laitier »…

Les premiers ressentis issus de cette enquête devraient permettre au gouvernement japonais d’avoir une attitude plus que positive pour soutenir le développement de cette industrie. Pour Yuya Makino, directeur des relations presse et du marketing de Next Meats, cette approche doit permettre « un essor de la fabrication de plats végétaux alternatifs représentatifs de la culture culinaire nippone », ce qui est le fil rouge de la jeune entreprise proposant des yakiniku et des gyudon. Les industriels de la viande Nippon Ham et Kewpie se sont eux aussi aussi prononcés en faveur de ce type d’approche et utilisent déjà des étiquetages du type de ceux proposés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Marché des engrais : relâchement de la tension sur les prix des produits azotés

Après la flambée des cours des engrais en réaction à l’invasion de l’Ukraine fin février, le mois d’avril enregistre un…

Terrena présente ses résultats 2021 et confirme la pertinence de son plan à horizon 2030
Les indicateurs financiers sont bons pour le groupe et la coopérative de Loire-Atlantique.
Céréales et oléoprotéagineux bio : la flambée des cours inquiète la filière

Le marché bio continue à subir l’onde de choc provoqué par le contexte du conflit en Ukraine et la flambée des cours de…

La Fête du pain de retour en 2022 !
Après deux années blanches pour cause de Covid-19, l’évènement national revient du 16 au 22 mai 2022.
Production mondiale de blé 2022/2023 en repli, à cause de la guerre en Ukraine, selon l'USDA
Les stocks mondiaux de blé tombent à 267,02 Mt pour 2022/2023, contre 279,72 Mt en 2021/2022
Prix des céréales le 16 mai : l’Inde met le feu aux cours mondiaux du blé… et du maïs

Les principaux cours des contrats Blé et Maïs ont bondi, lundi 16 mai 2022, tant en Europe sur Euronext que sur…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne