Aller au contenu principal

Pourquoi le Maroc devrait encore importer beaucoup de céréales en 2024/2025?

Yann Lebeau, responsable du bureau de Casablanca au sein du département relations internationales d’Intercéréales, a fait le point sur la situation, lors de la matinée export du 20 mars 2024 précédent la Bourse de l’exécution à Paris.

© _Marion-Pixabay

Les importations marocaines de céréales devraient encore être très importantes pour la campagne 2024/2025. La raison : une sécheresse dramatique qui a une nouvelle fois frappé le pays, empêchant les agriculteurs locaux de semer. « D’habitude, toutes céréales confondues, c’est-à-dire blé tendre, blé dur, orges…, la sole nationale peut s’élever à environ 4,8 Mha. Nous sommes à 1,2 Mha cette année ! », explique Yann Lebeau, responsable du bureau de Casablanca au sein du département relations internationales d’Intercéréales, lors de la matinée export du 20 mars 2024 précédent la Bourse de l’exécution à Paris.

 

Lire aussi : Les dons de blé russe aux pays africains ne bénéficient guère aux populations, selon Intercéréales

 

En conséquence, le Maroc ne devrait pas réinstaurer de taxes à l’import, et continuer d’importer. « Il se pourrait qu’il y ait à peine de quoi resemer », ajoute Yann Lebeau. Ainsi, l’origine France aura des opportunités.

Toutefois, il s’agit de tempérer les choses. Certes, le Maroc a, et aura, des besoins. Mais à court terme, le pays a des stocks, et surtout, connaît une certaine congestion dans ses ports. « Il y a 27 bateaux, dont 18 en attente à Casablanca », explique Yann Lebeau. Ensuite, « il y a un retard, qui est habituel, dans le paiement d’aides publiques (primes) aux meuniers marocains. Ainsi, ces derniers sont actuellement plutôt attentistes dans leurs achats », précise-t-il. 

Les plus lus

Le bioéthanol pourrait représenter 1 % de la SAU française en 2035

Si la France compte 30 millions de voitures en 2035 dont 5 millions fonctionnant à l’E 85 à raison de 3,5 litres/100 km alors…

Prix des céréales - Nette progression des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 3 et le 6 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Net rebond des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 2 et le 3 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Repli des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme en récolte 2023 mais hausse en récolte 2024

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 1er et le 2 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Marché des engrais : tendance baissière en azote et phosphore

Malgré un contexte géopolitique incertain au Moyen-Orient engendrant la crainte de pressions sur les matières premières, le…

Tour de plaine en France : des surfaces de tournesol attendues stables entre 2023 et 2024, voire en légère baisse

Les pluies ont perturbé les semis de tournesol en France, qui se profilent sans grande évolution d'un an sur l'autre. 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne