Aller au contenu principal

Soja : les faibles coûts de production, un atout clé pour la culture

Les coûts de production du soja sont faibles, surtout en situation non irriguée et dans le cas d'utilisation de semences de fermes. Chiffres clés.

L'itinéraire technique du soja est peu gourmand en intrant, les coûts se concentrant sur le poste semences lorsqu'elles sont certifiées.
L'itinéraire technique du soja est peu gourmand en intrant, les coûts se concentrant sur le poste semences lorsqu'elles sont certifiées.
© G. Omnès

Le soja dispose d’un atout de taille : ses faibles charges opérationnelles. En conduite non irriguée, les coûts se concentrent principalement sur le poste semences (environ 150 €/ha en cas de semences certifiées, et 35 €/ha pour l’inoculum). Ce poste est fortement minoré en cas d’utilisation de semences de ferme, ou si la fréquence de retour du soja dans la parcelle permet de se passer d’inoculation.

Le poste désherbage est estimé le plus fréquemment entre 60 et 100 euros/hectare, et la fertilisation se cantonne à des apports de PK (50 à 100 €/ha). La violente augmentation du prix des engrais azotés est un élément qui joue fortement en faveur du soja, puisque celui-ci ne nécessite aucun apport dès lors que l’inoculation est effective.

Dans les situations irriguées, la facture augmente nettement, avec des coûts pour ce poste qui peuvent dépasser 300 euros/hectare selon le nombre de tours d’eau.

Une prise de risque limitée

Bruno Schmitt, de la chambre d’agriculture de l’Oise, estime les charges autour de 250 euros/hectare dans son secteur, pour des producteurs utilisant régulièrement des semences de ferme. Lorsque le prix de vente avoisine 320-350 euros/tonne, comme c’était le cas avant la hausse brutale des cours des sojas non OGM, pour un rendement moyen de 2,5 tonnes/hectare, la marge est proche de 600 euros/hectare en non-irrigué.

Avec les prix actuels, la marge remonte aux alentours de 1250 euros/hectare. Mais il faut compter avec les risques liés à la sécheresse dans les parcelles non irriguées : en 2020, les rendements dans l’Oise ont chuté à environ 1,5 tonne/hectare.

« Dans notre région, la question de la valorisation reste ouverte, reconnaît Bruno Schmitt. L’atout du soja est toutefois que, les mauvaises années, on ne gagne rien, mais on ne perd pas d’argent, comme cela a pu être le cas avec la betterave. » Le technicien met également en avant l’absence de matériel spécifique au soja, ce qui permet de s’essayer à la culture sans réaliser de gros investissements.

Dans le Sud-Ouest, où les rendements sont supérieurs (autour de 4 t/ha), les marges du soja irrigué sont comprises, dans les situations les plus courantes, entre 580 et 1300 euros/hectare.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
Prix du blé record à 300 euros : peut-il encore augmenter ?
Tiré à la hausse par de faibles stocks mondiaux, le coût de l’énergie et une forte demande, le prix du blé à Rouen de la récolte…
Démineur. Julián Domínguez a été nommé ministre de l’Agriculture, dix ans après avoir quitté ce poste, pour traiter le dossier explosif du blé OGM.
250 000 tonnes de blé OGM récoltées en Argentine : quelles conséquences pour les marchés mondiaux ?
L’Argentine va récolter en décembre 250 000 tonnes de blé OGM tolérant à la sécheresse, faisant peser des risques énormes pour la…
Grâce à des rendements records, la production française de maïs pourrait se hisser à 15,5 millions de tonnes contre 13,5 Mt il y a un an, malgré le repli de 10 % des surfaces.
Récolte 2021 de maïs : rendements records en vue !
Le rendement moyen du maïs en France devrait avoisiner 11 tonnes à l’hectare, selon l’AGPM, établissant un nouveau record. La…
Les critiques se durcissent contre la HVE, jugée insuffisamment exigeante par les partisans du bio pour accomplir la transition agroécologique.
HVE : vrai progrès environnemental ou écoblanchiment ?
Futur sésame des éco-régimes de la PAC, au même titre que l’AB, la certification HVE cristallise les oppositions. Pas assez…
Les moutons réduisent de 50 % la biomasse de colza en consommant les feuilles, comme on le voit dans la partie pâturée à gauche.
Colza : le pâturage régule le développement sans compromettre le rendement
Des cultures sur pied comme le colza et des couverts d’interculture peuvent être consommés par des troupeaux d’ovins. Sans…
Aurélien Vadot, Gaec Les Agrons à Thurey en Saône-et-Loire.  "J’espère que ce drainage me permettra de pouvoir rentrer plus tard dans les parcelles pendant l’automne et plus tôt au printemps."
« J'espère gagner 10 à 15 q/ha sur blés et maïs grâce au drainage »
Pour Aurélien Vadot, agriculteur du Gaec Les Agrons à Thurey (Saône-et-Loire), le drainage doit permettre de pouvoir travailler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures