Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Covid-19] Ruée sur les sachets de farine dans les grandes surfaces

Les ventes en sachet ont explosé dans la grande distribution. Pour les meuniers, cela ne compensera pas l’effondrement de l’activité des boulangeries artisanales.

Les ventes en sachets ont été multipliées par deux ou trois depuis le début du confinement, amenant les meuniers à adapter leurs lignes de production. © G. Omnès
Les ventes en sachets ont été multipliées par deux ou trois depuis le début du confinement, amenant les meuniers à adapter leurs lignes de production.
© G. Omnès

Des rayons de supermarchés vidés de leurs pâtes et de leur farine : ces scènes, inédites depuis la seconde guerre du Golfe en 2003, ont de nouveau fait la une après l’annonce du confinement. De nombreux consommateurs se sont précipités dans les grandes surfaces pour faire des stocks de denrées de première nécessité qui se conservent facilement, à commencer par ces produits céréaliers. Pour la farine, les ventes ont plus que doublé, certains meuniers évoquant une multiplication par vingt ! Le confinement a suscité chez les Français un regain d’intérêt pour le pain maison, plutôt que de se rendre quotidiennement à la boulangerie. Et la confection de gâteaux est un passe-temps efficace lorsqu’il s’agit de garder des enfants à domicile.

Un marché du sachet très minoritaire

Du côté des meuniers, il a fallu s’adapter pour répondre à cette brusque augmentation des ventes en sachet qui ne représentent habituellement que 5 % des 3,9 millions de tonnes de farine consommées par an. « La meunerie française est sur le pont pour fournir et la disponibilité en blé est suffisante, mais elle est confrontée à des difficultés de transport et d’approvisionnement en emballages », explique Aurore Bescond, secrétaire générale adjointe de l’Association nationale de la meunerie française (ANMF). Horaires rallongés, renforcement des équipes d’ensachage… tout est fait pour alimenter les magasins, ce qui n’empêche pas des ruptures de stock temporaires. Mais l’explosion des ventes en sachet est l’arbre florissant qui cache une forêt bien plus mal en point. Cette hausse des volumes sur un segment minoritaire est en effet bien loin de compenser la perte sur le débouché de la boulangerie artisanale, qui représente le tiers de la consommation française. Au cours des premières semaines de confinement, les boulangeries ont en effet vu leur activité divisée par deux, ce qui va se répercuter violemment sur les ventes des meuniers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
 © V. Marmuse / CAIA
Météo : les cultures seront-elles confrontées à un été chaud ou très chaud ?
Les prévisions trimestrielles de Météo France tablent sur un été plus chaud que la normale. D’autres prévoient un été moins chaud…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Stratégie « de la ferme à la table » : Bruxelles place la barre environnementale haut
Un quart de la surface européenne en bio, baisse de 50 % de l’usage des phytos et de 20 % de l’utilisation d’engrais… Dans la…
Le broyage des bords de chemin est à éviter durant le printemps et l'été pour préserver sa faune et sa flore. © Hommes et Territoires
Grandes cultures : faire de ses bords de chemin des refuges à auxiliaires sans les adventices
Un bon entretien de ses bords de chemin permet d’éviter les propagations d’adventices tout en favorisant la biodiversité utile…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures