Aller au contenu principal

Industrie betteravière
« Nous avons bien anticipé l´évolution du secteur sucrier » estime Philippe Duval

Conséquence de la réforme du règlement sucre en préparation, il faut s´attendre à une sévère restructuration du secteur au sein de l´UE à 25. Commentaires de Philippe Duval, président du directoire de Tereos*.


Pour Philippe Duval, président du directoire de Tereos, la réforme proposée par la Commission européenne dans le secteur du sucre va se traduire par « un fort développement des échanges intracommunautaires de sucre. Jusqu´à présent, les marchés sont restés fortement nationaux, chaque pays produisant son sucre. A l´avenir, le marché va devenir vraiment européen », a-t-il expliqué, s´exprimant lors des quatrièmes rencontres Agriculture et Mondialisation organisées par l´Ifri. Sous l´effet des négociations du cycle OMC de Doha, du panel perdu par l´UE et de l´accord « tout sauf les armes », le nouveau règlement sucre se caractérisera par des droits de douane plus faibles, des prix intérieurs réduits et la perte des exportations de sucre hors quota. « La facture pour l´UE à 25 va être sévère. Tout ceci va se traduire par une réduction de l´activité sucrière européenne de 30 %. De vingt, la production va tomber à quatorze millions de tonnes au grand bénéfice du Brésil qui va récolter au moins 80 % des parts de marché perdues. D´une trentaine de sociétés sucrières actuellement présentes dans l´UE, on pourrait tomber à cinq ou six », au terme des restructurations.
L´activité de raffinage devrait aussi souffrir en subissant une perte de marge de moitié. Le renchérissement de l´énergie et le différentiel de coût de main-d´oeuvre « devraient pousser à raffiner en local. D´exportateurs de sucre brut, les pays les moins avancés vont devenir progressivement exportateurs de sucre blanc ».
« Compétitivité supérieure en France »
Philippe Duval évalue que la France bénéficie au sein de l´Union européenne d´une « compétitivité sensiblement supérieure, de l´ordre de 20 %, ce qui devrait lui permettre de sauver la mise du point de vue des quantités ».
Rappelant que l´on voit venir ces évolutions depuis plusieurs années, le dirigeant de Tereos a souligné la stratégie d´anticipation du groupe sucrier coopératif. « En devenant numéro deux européen avec un production de 2,5 millions de tonnes, nous avons bien anticipé la perte des marchés exports et nos chances sont sauvegardées. Parallèlement, nous avons investi au Brésil et en Tchéquie pour ne pas rester en marge de la progression régulière du marché mondial ». L´activité dans ces pays représente aujourd´hui la moitié de la production de Tereos.

* Groupe agro-industriel coopératif spécialisé dans la transformation de betteraves, canne et céréales en sucres (Béghin-Say) et en alcools.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures