Aller au contenu principal

L'usage des pesticides en agriculture ne diminue pas

Le Nodu, indicateur du nombre de doses unités de produits phytosanitaires en agriculture , ne veut pas baisser. Ce qui indique que l'usage des pesticides en agriculture, en France, ne diminue pas.

Contrairement aux objectifs du plan Écophyto, l’usage des pesticides en agriculture ne diminue pas. Au contraire la tendance est à l’augmentation avec + 5 % en moyenne glissée sur trois ans entre 2008 et 2013. Et entre 2012 et 2013, le Nodu a fait un bond de 9,2 %. Les conditions météorologiques n’y sont pas étrangères. Les conditions humides du printemps 2013 ont été favorables aux maladies (déjà le cas en 2012, d’où une hausse des fongicides) et les excès d’eau ont favorisé les limaces et adventices, explique la note du ministère de l’Agriculture sur la tendance 2008-2012 du recours aux produits phytosanitaires.

Prairies et jachères non consommatrices de pesticides diminuent

Rapporteur sur le projet Agro-écologie et Écophyto, Dominique Potier trouve une deuxième explication à l’augmentation globale du Nodu : des prix des céréales élevés qui incitent les producteurs "à aller chercher le dernier quintal" en traitant au maximum pour obtenir les meilleurs rendements possibles. Enfin, une troisième explication est plus subtile. Les cultures non consommatrices de pesticides telles que les prairies et jachères diminuent inexorablement au fil du temps au profit de cultures sur lesquelles sont appliquées des phytos et notamment celles qui en consomment le plus telles que le blé tendre, le colza, la pomme de terre… Des données à manier avec précaution car dans le même temps, les surfaces agricoles baissent.

Le Nodu, indicateur complexe mais fiable

Le Nodu, nombre de doses unités, est un indicateur élaboré et choisi en 2008 pour permettre de suivre de la façon la plus fiable possible l’intensité du recours aux pesticides. Il attribue à chaque substance active une dose unitaire à l’hectare correspondant aux réalités des pratiques de terrain. Le Nodu ne traduit pas les quantités de matière active appliquées mais des doses efficaces de pesticides pour mettre sur un pied d’égalité des produits très pondéreux au grammage à l’hectare important et des spécialités actives à de très faibles doses. Le Nodu est calculé sur les quantités de produits vendues à l’année, ce qui peut être en léger décalage avec les réelles utilisations, certains de ces produits étant stockés. Il vaut mieux étudier l’évolution du Nodu sur plusieurs années pour juger des pratiques phytosanitaires. Le Nodu est exprimé en dose et, en 2013, il approchait les 90 millions de doses à l’hectare.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures