Aller au contenu principal

TRACTEURS DE PLUS DE 120 CHEVAUX
Les quatre cylindres ont leur mot à dire

Bien que démocratisés dans l’offre des constructeurs, les tracteurs à quatre cylindres de 120 chevaux et plus ont du mal à convaincre, victimes de nombreux préjugés.

Les préjugés ont la dent dure! Bien qu’aujourd’hui la majorité des tractoristes proposent des trac- teurs motorisés par un bloc quatre cylindres délivrant 130 à 140 chevaux, voire même jusqu’à 155 chevaux, une grande majorité d’agricul- teurs n’envisagent qu’un six cylindres lorsqu’ils projettent d’investir dans un tracteur de 120 à 160 chevaux. Manque de poids, donc de traction, pour le travail du sol, mauvaise répartition des charges avec un combiné de semis, moins de couple, etc. Les arguments en défa- veur du quatre cylindres puissant fusent... le plus souvent à tort.

DES COUPLES MAXI COMPARABLES

Les normes antipollution ont en effet eu comme bénéfice d’introduire certaines technologies, comme l’injection par rampe commune, la gestion électronique ou encore le refroidissement du turbo. Ces améliorations techniques ont permis aux blocs quatre cylindres d’atteindre des puissances élevées, mais aussi d’étaler les plages d’utilisation, avec des caracté- ristiques couple/puissance comparables à leurs équivalents en puissance en six cylindres. Et ceci sans pénaliser la consom- mation. Le tableau, en haut ci-contre, montre des valeurs de couple maximal comparables entre les modèles quatre et six cylindres de puissance identique. Au regard des performances moteur, il devient ainsi envisageable de réaliser les mêmes travaux qu’avec des six cylindres. Des tests compa- ratifs réalisés en 2008 par la chambre d’agriculture de Poitou-Charentes entre un Fendt 414 et un 714 ont confirmé les valeurs très proches de couple et de puis- sance entre les deux tracteurs.

PLUS LÉGER ET PLUS MANIABLE

Les tracteurs quatre cylindres sont plus courts et proposent un empattement moindre (13 à 43 cm selon les marques) que leurs équivalents en six cylindres. Leur plus grande maniabilité et leur aisance aux travaux de manutention n’est pas à mettre en doute.Seule exception à la règle, le 6 534 Premium de John Deere. Remplaçant depuis le début de l’année le 6 530 Premium (le plus petit tracteur six cylin- dres de la gamme),il hérite du châssis de son prédécesseur tout en logeant un bloc quatre cylindres. Il bénéficie d’un léger gain de poids du fait des deux cylindres en moins, tout en conservant le rayon de braquage et la répartition des charges des modèles six cylindres. Chez les autres constructeurs, le gain en empattement s’accompagne souvent d’un gain de poids, en moyenne autour de 500 kg. C’est un atout peu contesté pour des travaux d’épandage d’engrais ou de pulvérisation, le céréalier chassant les kilos superflus pour tasser au minimum le sol. En revanche, avec un combiné de semis, les avis sont plus partagés, poin- tant du doigt l’équilibre et le relevage. Avec des valeurs de 5,8 à 9,2 tonnes, les capacités de relevage des gros quatre cylindres sont difficiles à prendre en défaut. Quant au manque de poids sur l’avant, ces tracteurs sont conçus pour pouvoir être copieusement lestés si besoin.

PLUS NERVEUX SUR ROUTE

Au transport, les tracteurs quatre cylin- dres sont très à leur aise avec un outil remorqué. Du fait du gain de poids mort, le quatre cylindres est plus réactif que le six cylindres. Et cela se ressent au niveau de la consommation kilométrique, avec une économie de carburant pouvant atteindre 10 %(1). En revanche, c’est en travail du sol profond que le tracteur six cylin- dres se démarque. D’après les essais réalisés par Fendt, comparativement au 714, le 414 met plus de temps à remonter dans les tours après avoir enfoncé l’outil, malgré un lestage adapté du quatre cylin- dres, des valeurs de couple semblables et un équilibre identique entre les deux tracteurs. « La moins bonne effi- cacité en traction se traduit par une dégra- dation de la consommation, explique Antoine Brissart, chef produits tracteurs Fendt. On obtient même une consomma- tion inférieure avec le six cylindres. » Il en conclut qu’au-delà de 50 % des tâches réalisées en travaux lourds, le six cylin- dres se justifie.

MOINS CHERS

Dernier point, les deux catégories de trac- teurs se distinguent au niveau du tarif. Les quatre cylindres sont moins chers à équipements équivalents. Ils embarquent fréquemment, souvent de série et à coup sûr en option : circuit hydraulique, distri- buteurs électrohydrauliques, automa- tismes de bout de champ, cabine et pont avant suspendus... Chez Valtra, un modèle N121 Advance (4 cylindres) est environ 5 000 euros moins cher qu’un T121 Hitech (6 cylin- dres). Tandis que l’économie se chiffre autour de 8 % pour un Fendt Vario 414 par rapport à un 714, à dotations sembla- bles.

Ludovic Vimond

(1) Source : Fendt.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures