Aller au contenu principal

« Les apports diversifiés de matière organique remplacent les amendements minéraux PK tout en augmentant mon potentiel »

Dominique Gaborieau cultive 400 hectares de grandes cultures à Genouillé dans la Vienne. Pour remonter la teneur en matière organique de ses sols, il procède à des échanges avec des éleveurs et fait pâturer ses couverts. Le potentiel de ses sols sont en constante augmentation.

« Tous les ans, j’apporte 20 tonnes de fumier par hectare sur la moitié de ma sole pour en améliorer la teneur en matière organique.  Je ne l’achète pas : je les échange avec des éleveurs contre de la paille, du maïs ou de la luzerne.  Chaque année, j’épands ainsi entre 1 800 et 2 300 tonnes de fumier. J’utilise aussi des fientes de poules, du compost avicole, du compost de déchets verts et du lisier de porcherie.

Objectif : être entre 2,5 et 3 % dans les parcelles de limon argileux

Avec cette diversité, je ne mets pas deux matières organiques identiques de suite dans la même parcelle. Grâce à ces apports, je n’effectue pas d’apport P et K en minéral et le potentiel de mes sols est en constante augmentation. J’implante des couverts diversifiés sur l’autre moitié de la ferme, et j’en fais pâturer 50 à 70 hectares par des moutons. Ils produisent une matière organique rapidement assimilable, idéale avant un maïs ou un tournesol et j’essaye de trouver d’autres éleveurs pour compléter ce système.

rgc355_mo_avis2_2

En quinze ans, le recours à ces leviers – matière organique et couverts diversifiés – associés à un allongement de la rotation et à une réduction du travail du sol m’a permis d’augmenter le taux de matière organique de 0,5 à 0,8 %. L’objectif est d’être entre 2,5 et 3 % dans les parcelles de limon argileux. Les économies de charges de mécanisation et de main d’œuvre générées par ce système nous rendent plus robustes vis-à-vis de la fluctuation des marchés. En plus, désormais, je vends du crédit carbone sur le marché. »

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Apport de solution azotée sur colza. Pour limiter le stress des cultures, mieux vaut suspendre les interventions. © Gutner archives
Retour des gelées : 5 points à connaître pour préserver les cultures et le matériel
Il est urgent de stopper vos interventions en plaine : un épisode de froid s’amorce dans une grande moitié nord de la France, qui…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Le mariage de titans entre InVivo et Soufflet pousserait à l'extrême la logique de restructuration à l’œuvre chez les OS. © N. Ouvrard / J. Nanteuil
[Edito] Fusion InVivo-Soufflet, un rapprochement symbolique à plus d'un titre

Pour les initiés, ce n’était pas un mystère : le groupe Soufflet cherchait un repreneur, à défaut de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures