Aller au contenu principal

L'avis d'un chercheur de l'Inra
La diversification des cultures perturbe le cycle des adventices

Selon Nicolas Munier-Jolain, de l'Inra, les adventices ne sont pas capables de s’adapter à une succession culturales variée en espèces ou en dates de semis.

Ingénieur de recherches à l’Inra de Dijon, Nicolas Munier-Jolain teste des itinéraires culturaux de type agriculture intégrée sur plusieurs années couplés à une rotation où se succèdent diverses cultures : colza - céréale d’hiver - culture de printemps - céréale d’hiver - culture d’été - céréale d’hiver. « La diversification de la rotation empêche certaines adventices de s’installer de façon dominante grâce à la succession de différentes dates de semis et de récolte des cultures qui perturbe leurs cycles de développement, explique le chercheur de l’Inra.
Les mauvaises herbes ont des taux de persistance de leurs graines dans le sol qui varient selon les espèces. Celles à levée automnale typique des cultures céréalières (vulpin, gaillet…) ont en général des durées de vie de leurs semences plus faibles que les espèces printanières (chénopodes, amarantes…), poursuit-il.
Chez les adventices automnales, une année sans production semencière entre deux générations permettra une diminution du potentiel d’infestation beaucoup plus importante que pour les plantes à levée printanière. En constatant cela, on peut se permettre des successions culturales plus riches en culture d’automne qu’en culture de printemps. »

SPECTRE D’ACTION COMPLÉMENTAIRE

La diversification des cultures dans la rotation est donc un moyen agronomique de lutte qui complète l’effet des éventuels herbicides utilisés, et concourt donc à réduire les risques de résistances des mauvaises herbes. « Dans les systèmes que nous testons avec herbicides, l’alternance de cultures d’été de graminées (maïs, sorgho) et de dicotylédones (tournesol, soja) permet d’alterner des herbicides à spectre d’action complémentaire », illustre Nicolas Munier-Jolain. De plus, des cultures facilitent le recours à certaines techniques de désherbage mécanique comme le tournesol avec le binage

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures