Aller au contenu principal

L'avis d'un chercheur de l'Inra
La diversification des cultures perturbe le cycle des adventices

Selon Nicolas Munier-Jolain, de l'Inra, les adventices ne sont pas capables de s’adapter à une succession culturales variée en espèces ou en dates de semis.

Ingénieur de recherches à l’Inra de Dijon, Nicolas Munier-Jolain teste des itinéraires culturaux de type agriculture intégrée sur plusieurs années couplés à une rotation où se succèdent diverses cultures : colza - céréale d’hiver - culture de printemps - céréale d’hiver - culture d’été - céréale d’hiver. « La diversification de la rotation empêche certaines adventices de s’installer de façon dominante grâce à la succession de différentes dates de semis et de récolte des cultures qui perturbe leurs cycles de développement, explique le chercheur de l’Inra.
Les mauvaises herbes ont des taux de persistance de leurs graines dans le sol qui varient selon les espèces. Celles à levée automnale typique des cultures céréalières (vulpin, gaillet…) ont en général des durées de vie de leurs semences plus faibles que les espèces printanières (chénopodes, amarantes…), poursuit-il.
Chez les adventices automnales, une année sans production semencière entre deux générations permettra une diminution du potentiel d’infestation beaucoup plus importante que pour les plantes à levée printanière. En constatant cela, on peut se permettre des successions culturales plus riches en culture d’automne qu’en culture de printemps. »

SPECTRE D’ACTION COMPLÉMENTAIRE

La diversification des cultures dans la rotation est donc un moyen agronomique de lutte qui complète l’effet des éventuels herbicides utilisés, et concourt donc à réduire les risques de résistances des mauvaises herbes. « Dans les systèmes que nous testons avec herbicides, l’alternance de cultures d’été de graminées (maïs, sorgho) et de dicotylédones (tournesol, soja) permet d’alterner des herbicides à spectre d’action complémentaire », illustre Nicolas Munier-Jolain. De plus, des cultures facilitent le recours à certaines techniques de désherbage mécanique comme le tournesol avec le binage

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures