Aller au contenu principal

Faible rentabilité en semences de maïs : les agriculteurs multiplicateurs s’impatientent

Les producteurs de semences de maïs revendiquent une hausse des prix des doses, dénonçant une répartition inéquitable au sein de la filière.

En 2019, la rémunération de la production de maïs semence (main-d’œuvre familiale et amortissement du terrain déduits) est tombée au plus bas, à 300 €/ha.
En 2019, la rémunération de la production de maïs semence (main-d’œuvre familiale et amortissement du terrain déduits) est tombée au plus bas, à 300 €/ha.
© G. Omnès

L’assemblée de la FNPSMS, qui regroupe les familles professionnelles de la production de semences de maïs et de sorgho, s’est tenue le 10 novembre à Tours dans une ambiance houleuse. Les représentants des producteurs et des semenciers ont été interpellés par des congressistes dénonçant une rentabilité en berne depuis plusieurs années pour les agriculteurs multiplicateurs. Pierre Vincens, président AGPM maïs semences, a reconnu « qu’avec une hausse des exportations de 5 % en valeur, la filière n’est pas en difficulté. Le problème se pose au niveau de la répartition de la valeur. On perd des hectares, et souvent les producteurs les plus jeunes et les plus réactifs. »

En 2019, la rémunération (main-d’œuvre familiale et amortissement du terrain déduits) est tombée au plus bas, à 300 €/ha. Face à un « réseau en grande difficulté », les producteurs ont obtenu une hausse structurelle de 1 euro par dose, à laquelle s’ajoute une revalorisation conjoncturelle du même montant, liée à l’indexation sur le prix du maïs. Mais le compte n’y est pas pour Pierre Vincens, qui revendique une revalorisation structurelle supplémentaire de 2 euros par dose.

Xavier Thévenot, président de la section maïs de l’Union française des semenciers, a assuré que ces derniers « n’ont pas de marge de manœuvre », ayant du mal à « répercuter la hausse des coûts de production et des commodités » sur un marché européen très concurrentiel. À plusieurs reprises, la distribution a été pointée du doigt. « La distribution est un sujet depuis longtemps, c’est un maillon dans lequel il y a une grande partie de la valeur, et avec lequel il faut discuter », a affirmé Pierre Pagès, président de la FNPSMS.

L’interprofession va pouvoir s’appuyer sur une enquête menée en 2021 donnant une vision complète de répartition de valeur tout au long de la filière depuis 2007. Selon ce diagnostic, « l’évolution montre que ce ne sont ni les producteurs, ni les semenciers qui en ont profité », a lâché Xavier Thévenot lors de l’assemblée de la section maïs de l’UFS, la veille, appelant à un « équilibre différent dans la chaîne de valeur ». Un sujet qu’il a qualifié de « pas facile mais prioritaire ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Selon une étude d'Arvalis un système bio autonome dégage la meilleure marge nette, devant un système conventionnel avec une forte pression graminée et un système conventionnel classique.
Conversion au bio en grandes cultures : est-ce encore rentable ?
Des prix qui stagnent et de faibles disponibilités en fertilisants organiques interrogent bien des producteurs engagés en…
Avec la nouvelle PAC, les aides dédiées à l'agriculture vont se concentrer sur l'aide à la conversion, mais d'autres subventions, comme la dotation JA, peuvent constituer un levier intéressant.
Agriculture biologique : quel avenir pour les aides à la bio ?
Dans la nouvelle PAC, l'aide au maintien de l'agriculture biologique disparaît, ce qui sera en partie compensé par une hausse des…
Pour l'entreprise Yara, les prix des engrais vont rester fermes, avec des craintes pour la logistique en raison d'usines européennes à l'arrêt.
Engrais azotés : l'industriel Yara s'inquiète de possibles ruptures d'approvisionnement
L’entreprise de fabrication d’engrais norvégienne Yara a souligné la fragilité actuelle des chaînes logistiques dans l'…
Jean-Baptiste Tribut, agriculteur à Tronchoy dans l'Yonne, a réalisé en 2021 un diagnostic Mécagest, afin de connaître précisément ses coûts de mécanisation.
Charges de mécanisation : « Je n’achète que du matériel d’occasion pour limiter les coûts »
Agriculteur dans l’Yonne, Jean-Baptiste Tribut ne travaille qu’avec du matériel d’occasion, parfois vieillissant. Il obtient des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures