Aller au contenu principal

Faible rentabilité en semences de maïs : les agriculteurs multiplicateurs s’impatientent

Les producteurs de semences de maïs revendiquent une hausse des prix des doses, dénonçant une répartition inéquitable au sein de la filière.

En 2019, la rémunération de la production de maïs semence (main-d’œuvre familiale et amortissement du terrain déduits) est tombée au plus bas, à 300 €/ha.
En 2019, la rémunération de la production de maïs semence (main-d’œuvre familiale et amortissement du terrain déduits) est tombée au plus bas, à 300 €/ha.
© G. Omnès

L’assemblée de la FNPSMS, qui regroupe les familles professionnelles de la production de semences de maïs et de sorgho, s’est tenue le 10 novembre à Tours dans une ambiance houleuse. Les représentants des producteurs et des semenciers ont été interpellés par des congressistes dénonçant une rentabilité en berne depuis plusieurs années pour les agriculteurs multiplicateurs. Pierre Vincens, président AGPM maïs semences, a reconnu « qu’avec une hausse des exportations de 5 % en valeur, la filière n’est pas en difficulté. Le problème se pose au niveau de la répartition de la valeur. On perd des hectares, et souvent les producteurs les plus jeunes et les plus réactifs. »

En 2019, la rémunération (main-d’œuvre familiale et amortissement du terrain déduits) est tombée au plus bas, à 300 €/ha. Face à un « réseau en grande difficulté », les producteurs ont obtenu une hausse structurelle de 1 euro par dose, à laquelle s’ajoute une revalorisation conjoncturelle du même montant, liée à l’indexation sur le prix du maïs. Mais le compte n’y est pas pour Pierre Vincens, qui revendique une revalorisation structurelle supplémentaire de 2 euros par dose.

Xavier Thévenot, président de la section maïs de l’Union française des semenciers, a assuré que ces derniers « n’ont pas de marge de manœuvre », ayant du mal à « répercuter la hausse des coûts de production et des commodités » sur un marché européen très concurrentiel. À plusieurs reprises, la distribution a été pointée du doigt. « La distribution est un sujet depuis longtemps, c’est un maillon dans lequel il y a une grande partie de la valeur, et avec lequel il faut discuter », a affirmé Pierre Pagès, président de la FNPSMS.

L’interprofession va pouvoir s’appuyer sur une enquête menée en 2021 donnant une vision complète de répartition de valeur tout au long de la filière depuis 2007. Selon ce diagnostic, « l’évolution montre que ce ne sont ni les producteurs, ni les semenciers qui en ont profité », a lâché Xavier Thévenot lors de l’assemblée de la section maïs de l’UFS, la veille, appelant à un « équilibre différent dans la chaîne de valeur ». Un sujet qu’il a qualifié de « pas facile mais prioritaire ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
Prix du blé record à 300 euros : peut-il encore augmenter ?
Tiré à la hausse par de faibles stocks mondiaux, le coût de l’énergie et une forte demande, le prix du blé à Rouen de la récolte…
Foncier agricole : le contrôle des Safer étendu à toutes les cessions de parts sociales
Le Sénat a adopté le 7 décembre les conclusions de la commission parlementaire sur la proposition de loi initiée par le député…
Démineur. Julián Domínguez a été nommé ministre de l’Agriculture, dix ans après avoir quitté ce poste, pour traiter le dossier explosif du blé OGM.
250 000 tonnes de blé OGM récoltées en Argentine : quelles conséquences pour les marchés mondiaux ?
L’Argentine va récolter en décembre 250 000 tonnes de blé OGM tolérant à la sécheresse, faisant peser des risques énormes pour la…
Grâce à des rendements records, la production française de maïs pourrait se hisser à 15,5 millions de tonnes contre 13,5 Mt il y a un an, malgré le repli de 10 % des surfaces.
Récolte 2021 de maïs : rendements records en vue !
Le rendement moyen du maïs en France devrait avoisiner 11 tonnes à l’hectare, selon l’AGPM, établissant un nouveau record. La…
Les critiques se durcissent contre la HVE, jugée insuffisamment exigeante par les partisans du bio pour accomplir la transition agroécologique.
HVE : vrai progrès environnemental ou écoblanchiment ?
Futur sésame des éco-régimes de la PAC, au même titre que l’AB, la certification HVE cristallise les oppositions. Pas assez…
Les moutons réduisent de 50 % la biomasse de colza en consommant les feuilles, comme on le voit dans la partie pâturée à gauche.
Colza : le pâturage régule le développement sans compromettre le rendement
Des cultures sur pied comme le colza et des couverts d’interculture peuvent être consommés par des troupeaux d’ovins. Sans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures