Aller au contenu principal

Blé dur français : un marché fragile

L'ambiance était tendue lors de la journée blé dur le 23 janvier à Montpellier. La collecte française de blé dur est passée de 2,5 millions à 1,6 million de tonnes en quatre ans. De ce fait, l'exportation pays tiers a chuté de 1,1 à 0,4 million de tonnes sur la même période. Jean-Philippe Everling, président de Durum, la société de négoce filiale d'Arterris et d'Axereal, se dit « très inquiet ». « Nous avons à notre porte un bassin de consommation de 5 millions de tonnes de blé dur dans la zone méditerranéenne. Ne le laissons pas aux Canadiens. Il faut produire suffisamment de blé dur en France ! »
Les agriculteurs, eux, réclament une meilleure rémunération. « Et vous, industriels, ne pourriez-vous pas nous aider à défendre le blé dur en France ? », a ainsi été interpelé Jean-François Mas, responsable des achats de Panzani par un agriculteur dans la salle. « Nous soutenons la filière et nous appuyons les dossiers », assure-t-il. Mais leur marge de manoeuvre est limitée.
Le blé dur sert uniquement à la fabrication de pâtes et de semoule vendues par la grande distribution, qui utilisent ces produits pour « défendre le pouvoir d'achat », comme dit Michel-Edouard Leclerc. « Si les fabricants de pâtes français augmentent leur prix, on verra immédiatement arriver des pâtes turques et espagnoles dans les magasins », souligne Jean-Philippe Everling. Le blé dur est un marché fragile.

 

Voir aussi article de Réussir Grandes Cultures : Gros coup de mou pour le blé dur français.

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Circuler avec les engins agricoles sur les routes très fréquentées requiert des précautions.
Agriculture périurbaine : « Pour accéder à mes parcelles, j’évite les entrées et sorties de bureau »
Circulation difficile, dégâts de lapins, dépôts sauvages… Des agriculteurs situés en zone périurbaine cherchent la parade face à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures