Aller au contenu principal

Blé dur français : un marché fragile

L'ambiance était tendue lors de la journée blé dur le 23 janvier à Montpellier. La collecte française de blé dur est passée de 2,5 millions à 1,6 million de tonnes en quatre ans. De ce fait, l'exportation pays tiers a chuté de 1,1 à 0,4 million de tonnes sur la même période. Jean-Philippe Everling, président de Durum, la société de négoce filiale d'Arterris et d'Axereal, se dit « très inquiet ». « Nous avons à notre porte un bassin de consommation de 5 millions de tonnes de blé dur dans la zone méditerranéenne. Ne le laissons pas aux Canadiens. Il faut produire suffisamment de blé dur en France ! »
Les agriculteurs, eux, réclament une meilleure rémunération. « Et vous, industriels, ne pourriez-vous pas nous aider à défendre le blé dur en France ? », a ainsi été interpelé Jean-François Mas, responsable des achats de Panzani par un agriculteur dans la salle. « Nous soutenons la filière et nous appuyons les dossiers », assure-t-il. Mais leur marge de manoeuvre est limitée.
Le blé dur sert uniquement à la fabrication de pâtes et de semoule vendues par la grande distribution, qui utilisent ces produits pour « défendre le pouvoir d'achat », comme dit Michel-Edouard Leclerc. « Si les fabricants de pâtes français augmentent leur prix, on verra immédiatement arriver des pâtes turques et espagnoles dans les magasins », souligne Jean-Philippe Everling. Le blé dur est un marché fragile.

 

Voir aussi article de Réussir Grandes Cultures : Gros coup de mou pour le blé dur français.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Apport de solution azotée sur colza. Pour limiter le stress des cultures, mieux vaut suspendre les interventions. © Gutner archives
Retour des gelées : 5 points à connaître pour préserver les cultures et le matériel
Il est urgent de stopper vos interventions en plaine : un épisode de froid s’amorce dans une grande moitié nord de la France, qui…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
 © Réussir
Les céréales françaises sur le podium européen en 4 graphiques
Les céréales tricolores conservent une place dominante en Europe, malgré les fluctuations liées aux variations de production et à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures