Aller au contenu principal

Cotations : tendances et perspectives de la semaine 18
Marché du concombre : un commerce équilibré

Quelques tendances et perspectives des prix des légumes pour la semaine 18

concombre vrac
© Pixabay

Tendance : un commerce plutôt équilibré

Le commerce des fruits et légumes de saison, s'il a marqué le pas à la veille du 1er mai , s’est montré globalement plus équilibré sur l’ensemble de la semaine 17, dynamisé par une meilleure météo sur l’Hexagone (qui a activé un peu la consommation) et par des niveaux d’offres jugés encore très modérés pour la saison (en particulier pour l'asperge et pour la fraise). Cela a permis une bonne tenue des cours, même si la pression s'est accentuée avant le week-end. Les produits d’hiver ont été pour leur part moins recherchés par le consommateur, et cela s'est soldé par des réajustements baissiers des prix (en chou-fleur et endive, notamment).

Perspective : sous l'influence de la météo

L'évolution météo sur l'Hexagone, annoncée plus disparate, cette semaine, selon les régions, pourrait être un frein à la consommation des fruits et légumes de printemps. Pour autant, le niveau attendu encore modéré des productions et la reprise scolaire (avec la réouverture des collectivités) seront probablement des facteurs de soutien du marché, susceptibles de limiter le mouvement de recul des prix.

L'intérêt du consommateur pour les fruits et légumes d'hiver va en revanche  continuer de s'estomper. Le chou-fleur et la pomme devraient néanmoins conserver de bons niveaux de prix.

Asperge : de faibles productions

Les volumes ont diminué (75 t, vendredi, dans le Sud-Ouest), et même si la demande est apparue plus prudente à la veille du 1er mai, cela a favorisé le maintien de niveaux de prix très fermes.

Si de plus larges commandes étaient en préparation, pour ce début de semaine 18, les opérateurs craignent que la consommation ne marque le pas, avec le temps attendu très mitigé, cette semaine.

Chou-fleur : retour de la demande export

Le plus large disponible breton, enregistré en semaine 17 (1,88 million de têtes), a pesé sur les prix, les rendant plus attractifs pour la demande export qui, de ce fait, est revenue aux achats.

Le déclin probablement plus marqué de la production bretonne et le maintien d'une bonne demande export sont des facteurs susceptibles de maintenir les niveaux de prix, dans les jours à venir.

Concombre : un commerce équilibré

Bien que logiquement plus prudents à la veille du 1er mai, les acheteurs se sont montrés bien présents, en semaine 17, face à une offre plus modérée, se soldant par une très bonne tenue des cours.

Le recul de la production, liée au développement des arrachages des 1res plantations, pourrait permettre l'équilibre commercial, malgré une demande qui risque d'être plus timide, avec le temps pluvieux.

Courgette : une production encore mesurée

La demande a progressé, avant de ralentir, à l'approche du 1er mai. Les apports se sont avérés également plus faibles, freinés par les pluies dans le Sud-Est. Cela a favorisé le maintien de prix plus fermes.

La météo s'annonce peu propice à la montée en consommation du produit français, cette semaine. Le développement encore très progressif de l'offre pourrait toutefois limiter la pression.

Échalote : stabilité des tarifs

La bonne demande export et les programmes en GMS portent les cours, globalement reconduits (3,60 euros/kg, pour la longue de tradition bretonne, à l'expédition), face à une offre de plus en plus réduite.

Endive : déclin

Les plus faibles apports des Haut de France (2.360 t, en semaine 17) ont largement suffi à approvisionner la filière dont les besoins ont également diminué. Les cours ont été réajustés à la baisse.

Le déclin des volumes va s'amplifier, tout au long du mois de mai, avec les arrêts de stations. Cela devrait favoriser la tenue des cours, même si le désintérêt de la demande va aussi s'accroître.

Oignon : des besoins plus timides

La clientèle s'est montrée plus prudente à l'achat, en fin de semaine 17, avec le samedi férié du 1 er mai, synonyme de fermeture des commerces. Les cours ont été globalement reconduits.

Pomme de terre : une fin de mois calme

Le marché s'est montré plus calme, à l'approche du férié. La qualité est plus hétérogène, en cette fin de campagne, et les opérations de tri et de prélavage se multiplient. Les cours sont restés inchangés.

Le temps prévu plus maussade et la baisse des températures, cette semaine, ainsi que la réouverture des collectivités et RHD sont de nature à soutenir davantage la consommation.

Tomate : prudence

La demande s'est sensiblement relâchée, en fin de mois et veille de férié, avec des concessions de tarifs, en particulier sur la grappe, malgré un léger recul de l'offre (800 t, vendredi, en Bretagne).

Les conditions météo s'annoncent peu propices au commerce. Si celles-ci sont de nature à freiner le développement des volumes, elles auront aussi probablement un impact négatif sur la consommation.

 

Les plus lus

Le capteur Burkard permet une détection et un dénombrementdes spores de mildiou dans l’air.
Comment mieux contrôler le mildiou de l'oignon
Le pro­jet Orion a permis de tester plusieurs leviers pour contrôler le mildiou de l’oignon. Les adjuvants jouent un rôle…
« Contre toute attente j’ai rejoint l’aventure familiale dans la pomme de terre et j’y ai découvert un métier riche dont je partage les valeurs »

Joanny Dussurgey, dirigeant de l’entreprise de négoce Select’up, est depuis le 14 mai président du CNIPT pour 18 mois. Pour…

Artichaut : pourquoi l’ouverture prochaine d’une usine de transformation par Prince de Bretagne est une bonne nouvelle pour les producteurs bretons ?

Prince de Bretagne va ouvrir son usine de transformation de l’artichaut breton, à Calmez dans les Côtes d’Armor. A ce jour, il…

« Il n’y aura pas de dérogation pour ces molécules », a confirmé la ministre déléguée, malgré l'insistance des professionnels.
Endive : « il n’y aura pas de dérogation » pour les trois molécules qui vont être retirées, prévient la ministre Agnès Pannier-Runacher

Les producteurs d’endives restent sans solution, ni espoir de dérogation, pour désherber et lutter contre les pucerons, suite…

À la reprise de l'exploitation, Simon Mermet a fait une étude économique avec les conseillers de Sicoly et a été accompagné dans ses choix.
« J'ai repris une exploitation fruitière hors cadre familial »

Depuis quatre ans, Simon Mermet s’est installé, en hors cadre familial, dans les monts du Lyonnais. Une transmission bien…

Pomme : la nouvelle variété Soluna, petite sœur de Pink Lady, et sa robe bordeaux à la conquête du marché français ?

Soluna est une nouvelle variété de pomme sous marque par TopStar. Les Australiens ont réalisé une première saison commerciale…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes