Aller au contenu principal
Font Size

Légumes bio sous serres chauffées: le retour du produit français

Les produits bio cultivées sous serres chauffées sont autorisés à la vente depuis le 1er mai. Interfel demande plus d’harmonisation dans les décisions, plus d’information pour le consommateur.

serre bio chauffée
Depuis, le 1er mai, les tomates bio françaises produites sous serres chauffées ont retrouvé le chemin des linéaires.
© Adrien Lasnier - RFL

Depuis le 1er mai, les tomates, concombres, courgettes, aubergines et poivrons bio français cultivés sous serres chauffées peuvent de nouveau être commercialisés. Pour rappel, en juillet 2019, l’encadrement de la commercialisation de ces produits, décidé par le Comité national de l'agriculture biologique, avait très fortement agité toute la filière.

Interfel avait pris acte de cette réglementation mais entendait bien étudier l’impact sur la consommation. L'interprofession l’avait annoncé dès la décision prise en juillet 2019 :  elle a lancé une étude consommateur en février 2020 afin de s'assurer de la bonne perception par les consommateurs sur la valeur ajoutée de cette décision. L’étude a été réalisée on-line par le cabinet CSA.

Plusieurs points sont à relever :

- Seulement 13% des français déclarent avoir connaissance de la règlementation interdisant la commercialisation des produits bio français issus de serres chauffées entre le 21 décembre et le 30 avril, et savoir précisément de quoi il s'agit.

- 43 % des personnes interrogées ne savent pas ou n'ont pas fait attention au fait que les produits concernés par la mesure n'étaient pas disponibles en bio d'origine France en points de vente à cette période.

- 30% des consommateurs déclarés des produits bio d'origine France concernés par la mesure au cours du dernier mois auraient orientés leurs achats vers des produits non bio,

- 9% vers des produits bio non français,

- 8% auraient limité leur consommation de fruits et légumes frais.

Les inquiétudes d’Interfel confirmées

Les résultats confirment certaines inquiétudes d’Interfel : « La décision est largement ignorée des français et qu'elle a partiellement profité au bio non français. Elle a contribué également à la baisse de consommation de F&L qui est pourtant un enjeu de santé publique. » précise-t-elle dans un communiqué de presse.

« Toute mesure notamment règlementaire concernant ce secteur doit faire l'objet d'une large information des consommateur, réclame l’interprofession,  De plus, lorsqu'elle ne fait pas l'objet d'une concertation, nous demandons à ce que la communication collective puisse être autorisée à communiquer sur les spécificités françaises. » 

L’interprofession appelle aussi à une harmonisation des décisions au niveau européen afin d’éviter les distorsions de concurrence : « La France est à nouveau à égalité pour quelques mois avec les autres pays de l'Union Européenne. Cette harmonisation s’inscrirait dans une optique à la fois de cohérence entre les opérateurs et de transparence vis-à-vis du citoyen. Ce qui n'est en l'occurrence pas le cas ! » souligne-t-elle.  

Lire aussi : la filière prend position sur le dossier du chauffage des serres bio

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« On ne dessine pas un arbre en commençant par les feuilles, mais par le tronc : c’est que nous avons fait avec cette nouvelle offre pour les fruits et légumes en vrac », souligne Stefano Volpi, cofondateur de Connecting Food.  © Connecting Food
La blockchain adaptée aux fruits et légumes en vrac
Garantir l’origine tout au long de la chaîne d’approvisionnement n’est pas aisé avec des fruits et légumes en vrac. Connecting…
 © RFL
Moins travailler les sols agricoles pour une meilleure fertilité
La conservation des sols fait des émules. De plus en plus de producteurs, chercheurs et conseillers préconisent de ne pas…
L'installation du bambou nécessite 4 à 5 ans puis les pousses sont ramassées à 25-30 cm pour être vendues en frais.
Du bambou alimentaire planté en Normandie
Matthieu Lerdu et ses deux fils, Rodolphe et Baptiste, ont planté 6 ha de bambou alimentaire, en contrat avec Onlymoso, société…
En ail blanc, les calibres sont plutôt moyens cette année.  © Archives FLD
« On va avoir besoin de l’ail français »
C’est le début de la campagne de l’ail français. Une année plutôt bonne, sans stock dans les frigos avec moins d’ail espagnol.…
La future organisation de producteurs  légumes d’Eureden sera centrée sur les légumes surgelés et appertisés.  © Claire Tillier - FLD
Une nouvelle grande organisation de producteurs pour les légumes transformés

Au 1er janvier 2021, les deux organisations de producteurs (OP) de légumes des coopératives Cecab/d’aucy et…

Jean Castex annonce la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis pour le transport des fruits et légumes
En déplacement à sur la plate-forme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), le Premier ministre a déclaré la réouverture dans un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes