Aller au contenu principal

Coronavirus
[ Chronique de chevriers confinés 5 ] Confinés mais solidaires

L’élevage caprin est aussi impacté par le Covid-19 et le confinement. Troisième témoignage d'un éleveur de chèvres fromager fermier.

Jean-Philippe Bonnefoy : " Il y a eu un mouvement des consommateurs pour se tourner vers les produits locaux. J'espère que l'on gardera cette nouvelle clientèle."
Jean-Philippe Bonnefoy : " Il y a eu un mouvement des consommateurs pour se tourner vers les produits locaux. J'espère que l'on gardera cette nouvelle clientèle."
© B. Morel

Jean-Philippe Bonnefoy, producteur fermier en Saône-et-Loire

« La situation s’améliore… Nous assurons désormais deux marchés contre trois habituellement et le troisième devrait reprendre la semaine prochaine. Avec une part de notre clientèle plutôt âgée, il y a cependant moins de clients. Nous avons mis en place des systèmes de livraison avec l’aide d’une cousine qui nous aide à faire le relais. La solidarité familiale est bien activée puisqu’une sœur de Valérie nous a cousu des masques en tissu pour la vente directe. Ces masques ne sont pas une obligation mais une recommandation de plus en plus pressante. Certains clients qui viennent à la ferme demandent qu’on en mette.

Les livraisons demandent pas mal de temps pour préparer les commandes et c’est moins convivial d’être devant sa feuille Excell que de discuter avec le client. Cela nous dépanne cependant bien et chacun des deux points de livraison représente environ les deux tiers du chiffre d’affaires d’un marché. Nous livrons chez un boulanger qui récupère les paiements par carte, chèque ou espèces avec l’appoint dans une enveloppe. Il se garde un petit pourcentage mais cela nous aide bien.

Nous étions partis pour fabriquer beaucoup de tomme pour reporter du lait. Avec la perspective du déconfinement, nous ralentissons cette fabrication pour privilégier les charolais. Nous envisagions aussi le report de tomme ou de lactique sous-vide. Cela dépend si nous arrivons à acheter une machine à vide avec d’autres agriculteurs.

L’affineur, qui avait divisé par deux ses commandes au début du confinement, nous reprend maintenant davantage de fromages. Par solidarité, nous allons cependant laisser aussi de la place pour les jeunes fromagers fermiers du département qui, nouvellement installés, n’ont pas eu le temps de se créer une clientèle. De même, nous continuons à donner des chèvres frais au Restos du Cœur. Cette solidarité est importante pour nous car notre ferme avait brûlé en 2015. Nous avions bénéficié de nombreux soutiens à cette époque et c’est normal d’aider à notre tour.

Finalement, les choses se détendent et s’organisent petit à petit. J’ai eu très peur au début, surtout que nous étions en plein pic de production laitière, mais heureusement je crois que, dans le département, personne n’a eu à jeter du lait ou des fromages. Maintenant, l’inquiétude est aussi météorologique car cela fait un mois qu’il n’a pas plu… »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Contrôle technique du chargeur frontal ou du télescopique : une opération à réaliser soi-même
Machinisme
La vérification générale périodique (VGP) des chargeurs frontaux, télescopiques et valets de ferme est obligatoire dans les…
Quand le caillé est visuellement de qualité et que l'acidité est optimale, le fromager peut garder de côté du lactosérum qui servira à réensemencer du lait plus tard. © B. Morel
« Garder le meilleur de son lactosérum pour redémarrer la fabrication »
« Pour démarrer une nouvelle saison de production, ou en cas d’accident technologique, il est préférable d’avoir en stock du…
Lidl permet une valorisation à 790 euros les mille litres pour environ cinq millions de litres. © D. Hardy
Lidl et Soignon passent un accord pour du lait de chèvre à 790 euros les mille litres
L’enseigne Lidl et la coopérative Eurial poursuivent leur engagement pour la revalorisation du lait de chèvre. Quelques jours…
Franck Moreau, président de la section caprine d'Interbev. « La filière chevreau avance sur tous les fronts pour enrayer la crise : pratiques d'élevage, charte d'engraissement, présentation du produit dans la grande distribution... » © D. Hardy
Les équilibristes de la filière chevreau
La crise du confinement du printemps 2020 a cristallisé les tensions autour de la production de chevreau. Depuis, chevriers,…
Engraisseurs de chevreaux, naisseurs et abatteurs tentent de trouver une issue à cette crise.
Chevreau : la Fnec appelle les engraisseurs et abatteurs à trouver un accord rapidement
Pour faire pression sur les trois abatteurs de chevreaux, la Fédération nationale des engraisseurs de chevreaux (Fnenc) a appelé…
Le maintien des aides couplées est vitale pour les élevages de ruminants. C'est les signal fort qu’attendent les éleveurs de la part des pouvoirs publics qui reconnaissent ainsi l’importance de l’élevage tant dans la gestion agroécologique des territoires que dans la souveraineté alimentaire de la France. © D. Hardy
Les enjeux de la réforme de la PAC pour les éleveurs caprins
Dans la nouvelle PAC en cours de définition, les éleveurs caprins ont intérêt à défendre le maintien des aides couplées, une ICHN…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre