Aller au contenu principal

Engrais de ferme
Une mine d'or dans votre étable

Avec la hausse du prix des engrais minéraux, les engrais de ferme reviennent sur le devant de la scène. Reste à savoir comment les utiliser au mieux afin de couvrir les besoins des prairies et des cultures.

Ls engrais de ferme ont un impact positif sur les propriétés physiques, biologiques et chimiques des sols.
Ls engrais de ferme ont un impact positif sur les propriétés physiques, biologiques et chimiques des sols.
© S. Leitenberger

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques, l’indice du prix d’achat des engrais et amendements a augmenté de 55 % en 2008. La hausse avoisine les 46 % pour les engrais azotés, les 60 % pour les engrais phosphatés et dépasse les 92 % pour les engrais potassiques. « Les prix élevés risquent de se prolonger durant au moins trois ou quatre ans » avait annoncé l’Union des industries de la fertilisation, lors d’une conférence de presse. La demande ne cesse de croître et l’offre en éléments fertilisants est limitée. Elle progresse moins vite que la demande du fait d’investissements insuffisants de la part des industriels ces vingt dernières années. Acheter des engrais de synthèse laisse donc perplexe plus d’un éleveur. Comment faire alors pour obtenir ses performances habituelles ? La réponse est sur l’exploitation elle-même. Les engrais de ferme reviennent effectivement dans les esprits de chacun. Canada, Grande- Bretagne… plus d’un pays se retourne vers ces engrais qui ont déjà participé il y a plus d’un siècle à une vraie révolution agricole. Si certains éleveurs reconnaissent qu’avant la hausse du coût des engrais, le but de leur épandage était tout simplement de s’en débarrasser, aujourd’hui la donne change. L’épandage doit se raisonner au plus juste pour concerner le maximum de parcelles et rentabiliser cet « or » présent en abondance dans les étables. Riches en phosphate et potasse, les engrais de ferme, s’ils sont judicieusement épandus, permettent de faire de sérieuses économies, tout en améliorant la structure et la vie des sols. Pour autant, tout n’est pas gagné d’avance car connaître les valeurs fertilisantes des fumiers, lisiers ou composts n’est pas toujours facile. Le laboratoire offre la meilleure solution en termes de précision. Mais les références Corpen (Comité d’orientation pour des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement) se révèlent aussi intéressantes et non dénuées de réalité. Par ailleurs, des logiciels existent et facilitent grandement les calculs, parcelle par parcelle. Si l’épandage était autrefois très imprécis, le matériel s’est aujourd’hui amélioré. Il répartit de manière plus équilibrée les apports de fumier, lisier ou compost au niveau du sol. Reste un défaut majeur, celui de ne pas permettre une maîtrise complète du débit par l’utilisateur. « Un épandage de qualité doit limiter au mieux les risques sanitaires, les pertes d’azote dans le milieu et les odeurs », résume un document réalisé par la chambre d’agriculture des Pays de la Loire. La solution est donc à portée de main mais nécessite un minimum de technique et de réflexion. Il restera à investir dans quelques engrais de synthèse pour rééquilibrer les apports d’azote.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Une rémunération possible des éleveurs pour les efforts fournis en matière de réduction de l’empreinte carbone
Les webinaires d’automne de l’Institut de l’élevage ont été l’occasion de faire un point sur le plan carbone de la filière viande…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande