Aller au contenu principal

Récolte des fourrages
Une méthode précise et simple pour estimer les stocks

Une évaluation précise n´est pas facile, surtout pour les ensilages. Voici quelques éléments fournis par l´institut de l´élevage pour approcher au mieux les quantités en matière sèche de fourrages dont vous disposez pour cet hiver.


Pour évaluer précisément les stocks fourragers, il faut arriver à les exprimer en tonnes de matière sèche, pour ensuite les comparer aux besoins des animaux. Si le poids des balles de foin ou de paille ou le volume des silos est assez facilement estimable, il faut aussi avoir la meilleure approche possible de la densité des différents fourrages : une erreur de 8 % sur les quantités disponibles est vite faite et peut représenter l´alimentation de plusieurs semaines pour le troupeau en hivernage. Il faut aussi tenir compte des pertes liées à l´évolution normale du fourrage après récolte - le foin et l´ensilage continuent de perdre de l´eau et donc du poids pendant plusieurs semaines - et des pertes éventuelles mais fréquentes dues à une mauvaise conservation.
Une erreur de 8 % sur les quantités disponibles peut représenter plusieurs semaines de stocks. ©S. Roupnel

Cuber les silos d´ensilage
Calculer le volume d´ensilage se fait en ramenant le silo à une forme géométrique simple. C´est simple pour les silos couloir. Pour les silos taupinières, on estime une largeur moyenne en mesurant la largeur à mi-hauteur tous les cinq pas. Les estimations sont moins précises et il faut faire un nombre important de mesures. « Attention, lorsque le cubage est réalisé 10 jours après la fermeture du silo, il faut soustraire au volume calculé 5 % pour un ensilage fait à plus de 26 % de MS (10 % pour un ensilage à moins de 22 %). Si le cubage est fait 20 jours après l´ensilage, il faut retirer 3 % (6 % pour un ensilage à moins de 22 %). Si une pourriture du silo apparaît en surface, il faut déduire cette couche de la hauteur du silo. »


Évaluer la densité de l´ensilage
Des tables donnent la densité moyenne de l´ensilage en fonction de la hauteur du silo et du taux de matière sèche.
On peut aussi pour une grande précision, mesurer la densité du silo par la technique du carottage horizontal sur le front d´attaque.
Les prélèvements se font avec une sonde cylindrique à extrémité coupante, souvent disponible auprès des organismes de développement.
Pour un silo de plus de 2,40 m de haut, on réalise des mesures sur deux lignes verticales en cinq points par ligne. Si le silo est plus haut, dix mesures sur une seule ligne verticale conviennent.
La méthode du carottage permet une évaluation précise de la densité de l´ensilage. ©J. Danin

La profondeur des carottages doit être régulière et supérieure à 30 cm.
Après chaque prélèvement on mesure la profondeur de chaque trou avec une règle graduée. On pèse la totalité des prélèvements. La densité brute en kilo/m3 s´obtient en faisant : poids total des prélèvements/(longueur totale des prélèvements x volume de la sonde(1)). On détermine la teneur en MS de l´ensilage à partir des échantillons et on en déduit la densité en kilo MS.
En multipliant la densité par le volume, on obtient la quantité de matière sèche. Il faut en retirer les pertes.
« Les pertes normales en cours d´utilisation sont de 5 % en période hivernale en bonnes conditions et de 10 à 15 % si le tas continue de chauffer, ou pendant l´été. »

(1) volume de la sonde : pi r2, où r est le rayon de la sonde en mètre.

Pour les balles de foin et paille
Pour le foin ou la paille, il peut y avoir des différences importantes d´une année à l´autre, d´une culture à l´autre. On a tout intérêt à peser une demi-douzaine de balles provenant de parcelles différentes et prises au hasard, et en faisant la moyenne, de calculer un poids moyen.
Pour obtenir la quantité en matière sèche, on retire 15 % du poids brut. Le poids de la balle varie en fonction du type de presse (chambre fixe ou variable) et de la coupe : les bottes de regain sont souvent plus denses que celles de première coupe.
Les fourchettes classiques sont données dans le tableau ci-dessous.
Le poids des balles dépend du type de presse et de la coupe. ©S. Randé


Le cas des balles enrubannées
Pour les balles enrubannées, il faut déterminer de la même manière un poids moyen pour chaque sorte de fourrage récolté, et appliquer le taux de matière sèche qui était celui du moment de la récolte.
Pour avoir un point de repère, on peut retenir qu´une balle ronde de 1,20 m de diamètre réalisée avec une presse à chambre variable, peut représenter de 180 kg de matière sèche (poids brut de 523 kg à 35 % de matière sèche) à 250 kg de matière sèche (poids brut de 383 kg à 65 % de matière sèche). La densité des balles enrubannées cubiques est supérieure, d´environ 10 %, à celle des balles rondes enrubannées.
Peser une demi-douzaine de balles par sorte de fourrage et provenant de parcelles différentes permet de calculer un poids moyen. ©F. d´Alteroche
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande