Aller au contenu principal

Un nouveau cahier des charges « préparation sanitaire des broutards » est lancé par Interbev

Dans l’optique de lutter contre l’antibiorésistance en limitant l’usage des antibiotiques en élevages, l’interprofession du bétail et des viandes met à disposition de la filière un nouveau cahier des charges pour la préparation sanitaire des broutards, définissant un socle commun.

Des fiches techniques ont été élaborées afin d’accompagner les naisseurs dans la mise en place de la préparation sanitaire et de sensibiliser les engraisseurs aux bonnes pratiques pour optimiser la valorisation des broutards préparés.
© C. Delisle

Inscrite dans le plan de filière élaboré fin 2017 lors des Etats généraux de l’alimentation, la lutte contre l’antibiorésistance fait partie intégrante de la stratégie mise en place par la section bovine d’Interbev pour accompagner la filière dans la mise en œuvre d’une préparation sanitaire des broutards. Pour crédibiliser la démarche, un cahier des charges interprofessionnel, définissant un socle commun volontaire a été construit. Désormais disponible, « il apporte plusieurs garanties, notamment que le broutard préparé est valablement vacciné contre les principaux agents infectieux rencontrés en engraissement (le virus respiratoire syncytial bovin, le virus para influenza de type 3, la bactérie mannheimia haemolytica) afin de prévenir et réduire les risques sanitaires grâce à la vaccination », note Matthieu Repplinger, animateur à la section bovine d’Interbev. Le cahier des charges repose sur un porteur de démarche qui organise la commercialisation des broutards.

Lire aussi : Prévention et détection précoce, deux paramètres pour lutter contre les maladies respiratoires

Deux protocoles de vaccination sont possibles, une vaccination précoce (protocole de vaccination complet réalisé dès le plus jeune âge, avant 4 mois, avec un rappel entre un mois et 15 jours avant le départ) ou une vaccination tardive (1 mois à 15 jours avant le départ). Pour crédibiliser la démarche, des contrôles seront réalisés par un organisme tiers.

 

Une sécurisation économique assurée pour le naisseur

D’un côté, le cahier des charges assure à l’engraisseur une préparation de qualité grâce à des attestations signées par le porteur de démarche. De l’autre, il sécurise le naisseur par le paiement d’un coût de préparation pour les broutards commandés. « Le cahier des charges impose que le coût de préparation facturé au premier acheteur soit présenté sur une ligne de facturation spécifique, dont la présence sera contrôlée par l’Organisme Tiers. Le coût supplémentaire facturé sera le fruit de la libre négociation entre les différentes parties prenantes », souligne Matthieu Repplinger. Pour favoriser les négociations, Interbev s’est engagé à fournir un indicateur spécifique, mis à jour annuellement.

Trois fiches de bonnes pratiques à destination des naisseurs et des engraisseurs ont également été élaborées par Interbev avec l’Institut de l’élevage. Ces fiches tout comme le cahier des charges sont disponibles sur le site d’Interbev.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande