Aller au contenu principal

Le plan de relance accélère la modernisation de l’abattoir de Vichy

© S. Carriat-Les Marchés/Archives

"Un important programme de modernisation est engagé à l’abattoir multiespèce de Vichy", a expliqué Thierry Saint Saens, directeur de Sicaba lors d’une conférence de presse organisée par La coopération agricole Auvergne-Rhône-Alpes en novembre. L’investissement total porte sur 4,2 millions d’euros et est soutenu par le volet "modernisation des abattoirs" du plan France relance. "Un investissement aussi important n’aurait pas été possible dans ce timing sans le plan de relance", commente Thierry Saint Saens.

Les travaux portent sur la bouverie, avec notamment une porcherie sur caillebotis haut de gamme, un nouveau piège, et finalement pour les quatre espèces (porcs, bœufs, veaux, ovins) la refonte des locaux et du matériel. D’autres travaux visent à minorer la pénibilité des collaborateurs et à renforcer la sécurité, avec la mécanisation de la chaîne d’abattage, un quai d’expédition, et une aire de réception des animaux complètement fermée. Un steam vacuum (procédé pour le nettoyage de carcasses) est installé et la décarbonisation du site est engagée.

"C’est une volonté forte de la coopérative - 344 éleveurs - de maintenir des structures d’abattage locales mais aussi d’améliorer la productivité et la rentabilité des installations." La société Hassenforder, filiale à 100 % de la coopérative Sicaba, avait acheté en juin 2020 l’abattoir public de Vichy. Près de 85 % de l’activité de Sicaba sont réalisés sous signes officiels de qualité : bio (50 %), label rouge, et IGP du Bourbonnais en bœuf et agneau.

Les plus lus

Pour toucher le bonus haies, il faut faire certifier la gestion durable des haies.
PAC 2023 : un bonus haies de 7 euros l’hectare
Le bonus haies et le nouveau barème pour les infrastructures agroécologiques sont les deux nouveautés de la PAC 2023-2027…
Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Le point le plus important concernant les producteurs bio dans la nouvelle PAC est la conditionnalité des aides et les BCAE renforcées.
La PAC 2023 favorise-t-elle la viande bovine bio ?
Pour certains éleveurs bio, la nouvelle PAC sera peut-être synonyme de perte d’aides. Malgré tout, la dernière version du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande