Aller au contenu principal

Le pacte pour un engagement sociétal et le plan de filière vont de pair

logo pacte sociétal Interbev

Plus de 1 000 professionnels ont déjà signé le manifeste du pacte pour un engagement sociétal (à retrouver sur www.interbev.fr). « Le pacte permet aux professionnels d’être acteurs et parties prenantes des débats, de mieux valoriser leurs pratiques et leur métier ainsi que de s’impliquer dans une véritable démarche de progrès, a rappelé Bruno Dufayet, président de la commision enjeux sociétaux d’Interbev lors d’un colloque au Sommet de l’élevage. Et les deux piliers de l’interprofession viande bovine que sont le pacte pour un engagement sociétal et le plan de filière viande bovine vont de pair. » La filière mise en effet sur la montée en gamme de ses produits pour répondre à la demande des citoyens. Le choix du label rouge, et de l’objectif d’atteindre 40 % du marché dans cinq ans a été réexpliqué. "Le potentiel de production existe déjà aujourd’hui : un tiers des exploitations allaitantes sont déjà certifiées, seulement moins de quatre animaux par élevage sont labellisés chaque année en moyenne, et les organismes de défense et gestion existent déjà », a rappelé Paul Grelier, responsable de la section bovins d’Interbev. En parallèle, la production bio a l’objectif de doubler en cinq ans. À ceci s’ajoute tout le travail sur la qualité gustative de la viande bovine figurant dans le plan de filière. Une révision de la Charte des bonnes pratiques d’élevage a été annoncée pour 2019.

Une démarche d’amélioration continue

Le pacte est une démarche d’amélioration continue, ce qu’a bien illustré le témoignage d’Arnaud Blandin, éleveur de Charolaises dans l’Allier ayant mis en place un diagnostic environnemental (CAP2ER) et un diagnostic bien-être animal (Boviwell). « Mon élevage est classé supérieur dans la démarche Boviwell. J’ai cependant suite à ce diagnostic ajouté quelques points d’eau et augmenté le débit dans les bâtiments pour faciliter l’accès à abreuvement. J’ai aussi un peu diminué le nombre d’animaux par case, et supprimé les quelques places entravées QUI restait pour les remplacer par une nouvelle aire paillée. » L’éleveur observe sobrement que les retombées économiques de ces nouveaux efforts ne sont pas encore parvenues jusqu’à lui. C’est tout l’enjeu de faire avancer, en parallèle du pacte, le plan de filière. « Il est signé depuis décembre par l’ensemble des familles professionnelles, et il est essentiel d’avancer pour que les actions portent leurs fruits », a insisté Bruno Dufayet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande