Aller au contenu principal

Le pacte pour un engagement sociétal et le plan de filière vont de pair

logo pacte sociétal Interbev

Plus de 1 000 professionnels ont déjà signé le manifeste du pacte pour un engagement sociétal (à retrouver sur www.interbev.fr). « Le pacte permet aux professionnels d’être acteurs et parties prenantes des débats, de mieux valoriser leurs pratiques et leur métier ainsi que de s’impliquer dans une véritable démarche de progrès, a rappelé Bruno Dufayet, président de la commision enjeux sociétaux d’Interbev lors d’un colloque au Sommet de l’élevage. Et les deux piliers de l’interprofession viande bovine que sont le pacte pour un engagement sociétal et le plan de filière viande bovine vont de pair. » La filière mise en effet sur la montée en gamme de ses produits pour répondre à la demande des citoyens. Le choix du label rouge, et de l’objectif d’atteindre 40 % du marché dans cinq ans a été réexpliqué. "Le potentiel de production existe déjà aujourd’hui : un tiers des exploitations allaitantes sont déjà certifiées, seulement moins de quatre animaux par élevage sont labellisés chaque année en moyenne, et les organismes de défense et gestion existent déjà », a rappelé Paul Grelier, responsable de la section bovins d’Interbev. En parallèle, la production bio a l’objectif de doubler en cinq ans. À ceci s’ajoute tout le travail sur la qualité gustative de la viande bovine figurant dans le plan de filière. Une révision de la Charte des bonnes pratiques d’élevage a été annoncée pour 2019.

Une démarche d’amélioration continue

Le pacte est une démarche d’amélioration continue, ce qu’a bien illustré le témoignage d’Arnaud Blandin, éleveur de Charolaises dans l’Allier ayant mis en place un diagnostic environnemental (CAP2ER) et un diagnostic bien-être animal (Boviwell). « Mon élevage est classé supérieur dans la démarche Boviwell. J’ai cependant suite à ce diagnostic ajouté quelques points d’eau et augmenté le débit dans les bâtiments pour faciliter l’accès à abreuvement. J’ai aussi un peu diminué le nombre d’animaux par case, et supprimé les quelques places entravées QUI restait pour les remplacer par une nouvelle aire paillée. » L’éleveur observe sobrement que les retombées économiques de ces nouveaux efforts ne sont pas encore parvenues jusqu’à lui. C’est tout l’enjeu de faire avancer, en parallèle du pacte, le plan de filière. « Il est signé depuis décembre par l’ensemble des familles professionnelles, et il est essentiel d’avancer pour que les actions portent leurs fruits », a insisté Bruno Dufayet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande