Aller au contenu principal

Viandes Label rouge
Le coût de la certification pèse sur les volumes


Les tonnages de viande bovine Label rouge ont été en recul de 7,9 % l´an dernier et confirment la tendance initiée en 2003. Les chiffres de l´année écoulée font état de 30 125 tonnes de viande labellisée produites par 24 023 éleveurs et écoulées dans 1919 points de vente. Ces deux derniers chiffres sont eux aussi sur la pente descendante. Les points de vente restent majoritairement des boucheries. Toutefois leur nombre diminue de manière importante alors que celui des GMS reste pratiquement stable.
Côté tonnages écoulés, les boucheries commercialisent plus de la moitié des volumes et la baisse des tonnages est plus conséquente dans la grande distribution. La part tenue par la restauration reste faible.

« Le fait que le réglementaire se trouve dans les cahiers des charges et soit contrôlé par nos organismes certificateurs (payés par les opérateurs des démarches qualité) alourdi considérablement les coûts de certification de nos filières, qui ne sont donc plus concurrentielles par rapport au marché de la viande, mais aussi par rapport aux autres pays européens », a expliqué Henri Baladier, président de la Fédération interprofessionnelle des Labels rouges (Fil rouge).
Et ce dernier de mettre également en avant les avantages comparatifs dont bénéficient les viandes importées bénéficiant d´une Indication géographique de provenance (IGP) comparativement aux viandes françaises également commercialisées sous IGP. « Une IGP française en viande reçoit au minimum un contrôle par an et par point de vente alors qu´il n´y en a pas pour les autres IGP européennes, et pourtant elles seront dans le même linéaire. Nous ne pouvons pas lutter si avec le même logo IGP, nous n´avons pas les mêmes obligations, et donc des coûts de certification totalement différents. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande