Aller au contenu principal

Le collectif facilite la vente directe

Les volumes de viande bovine commercialisés en vente directe ont été en progression régulière ces dernières années. Les éleveurs s’organisent et se professionnalisent. Les démarches collectives affichent des résultats encourageants.

vente directe Charolaise magasin multi-produit
© Le pré d'union

Depuis 2011, l’Institut de l’élevage réalise à intervalle régulier une étude intitulée Où va le Bœuf ? Ce travail a été réactualisé cet hiver à la demande de l’interprofession. Il vise à connaître l’évolution quantitative des principaux débouchés. L’objectif est ensuite d’analyser quelle est la contribution des différentes catégories de gros bovins produits sur le territoire français dans ces volumes. Il est également de répertorier quels sont les différents créneaux utilisateurs de viande importée. Les principales conclusions relatives à la réactualisation de ce travail à partir des données statistiques de l’année 2017 et d’informations recueillies auprès des principaux opérateurs de l’aval ont été dévoilées en avril dernier (lire Réussir Bovins Viande de mai 2019, n° 270, pages 6 à 8). Parmi les principaux résultats, citons la progression continue de la viande hachée (57 % du bœuf consommé en France en 2017) ; la tendance à l’approvisionnement de la distribution au plus près de ses besoins, reléguant la gestion de l’équilibre carcasse aux industriels de l’abattage et de la transformation et l’essor du débouché de la restauration hors domicile qui, en 2017, semblait renforcer son approvisionnement national.

8 % des vaches, 3 % des JB, 6 % des génisses et 17 % des bœufs allaitants

Pour sa dernière livraison et contrairement à ses précédentes versions, ce travail a également cherché à mettre en évidence la part de la vente directe dans le total des ventes de viande de gros bovins. Les résultats sont très intéressants. En 2017, les tonnages de viande bovine vendus en circuits courts (vente directe et autoconsommation) pour les animaux issus de cheptels allaitants auraient largement franchi le cap des 50 000 tonnes équivalent carcasse. Toujours ramené en tonnes équivalent carcasse, ce mode de commercialisation aurait concerné 8 % des vaches, 3 % des JB, 6 % des génisses et 17 % des bœufs allaitants abattus sur le territoire français cette même année. Le pourcentage n’est pas précisé pour les veaux sous la mère et les veaux rosés type veau d’Aveyron dans la mesure où cette étude se cantonne aux gros bovins. Ces tonnages, longtemps analysés comme anecdotiques, sont certes modestes si on les compare à des créneaux comme ceux de la grande distribution ou de la restauration hors foyer. Pour autant ils sont loin d’être négligeables si l’échelle de comparaison est celle des tonnages vendus sous signes officiels de qualité. D’après les statistiques de l’Inao les tonnages de gros bovins abattus dans ce cadre (label rouge, IGP et AOP) totalisaient quelque 20 000 tonnes en 2016.

Fixer soi-même son prix de vente

Cette part non négligeable des tonnages écoulés en vente directe atteste que ce mode de commercialisation fait peu à peu sa place. Forcément balbutiant au départ, il avait émergé au début des années 2000. Le rôle des différentes crises sanitaires a souvent été le facteur déclenchant. Quand on interroge des éleveurs pour connaître leurs principales motivations pour vendre en circuit court, c’est encore et toujours la question du prix qui revient comme leitmotiv.

Fatigués de brader leurs bovins en deçà de leurs coûts de production, ils cherchaient de façon légitime à mieux les valoriser et tentaient d’échapper à la tyrannie imposée par bien des acteurs de l’aval, sans être en mesure de fixer eux-mêmes leur prix de vente, mais devant se contenter de ce que l’acheteur consent à laisser une fois que tous les autres acteurs de l’aval se sont servis. « Quand on vend en circuit traditionnel, on ne sait plus trop pourquoi on se lève le matin. Le prix, c’est au bon vouloir de l’acheteur, souligne Jean-Luc Bouchot, un des éleveurs rencontrés pour ce dossier. Savoir qui va manger notre viande. Avoir les commentaires et les encouragements des consommateurs après que ces derniers aient consommé notre produit. C’est à la fois énorme et extrêmement réconfortant. »

L’arrivée d’internet et des réseaux sociaux est un plus important pour favoriser le développement de la vente directe. Mais à l’inverse, la concentration des acteurs de l’abattage et la fermeture progressive de bien des petits outils publics ne vont pas dans le sens du développement de cette activité. À se demander si cette restructuration n’est pas une évolution souhaitée par les leaders de l’abattage et de la distribution qui ne voient pas forcément d’un très bon œil ce développement des circuits courts dans la mesure où c’est autant de viande qui ne sera pas achetée dans leurs circuits.

Écho favorable d’une partie des consommateurs

Pour autant, le développement des circuits courts n’aurait pu avoir lieu si en face, il n’avait pas trouvé un écho favorable chez une partie des consommateurs. Tous ne sont pas forcément obnubilés par la seule quête du prix le plus bas telle qu’elle leur est en permanence proposée par les différents cadors de la grande distribution qui, dans leurs publicités, semblent n’avoir que cet argument pour attirer du monde dans leurs rayons ou sur leurs sites de vente en ligne.

Même si elle est difficile à quantifier, une fraction des consommateurs français sont sensibles à la qualité des produits qu’ils vont mettre dans leur assiette et à leur provenance. Ils veulent savoir d’où viennent leurs aliments et comment ils ont été produits. La certitude de savoir que l’essentiel du prix acquitté pour un aliment ira dans la poche du producteur et non dans celle des intermédiaires et surtout des distributeurs devient un argument important pour certains consommateurs soucieux de faire vivre producteurs et artisans locaux par leurs actes d’achat. En achetant en circuit court, leur volonté est aussi parfois d’avoir la certitude de pouvoir consommer une viande non halal, de façon à ne pas cautionner un mode d’abattage qu’ils analysent comme une pratique barbare et d’une autre époque dans la mesure où elle est bien peu respectueuse du bien-être animal.

Mais commercialiser une part importante de sa production par le biais de la vente directe est aussi un défi. C’est une évolution du métier et de sa façon de travailler. Pour y arriver certains choisissent le collectif. C’est aussi ce que nous vous proposons de découvrir dans ce dossier.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Vignette
Voyage au centre de la bouse de vache
La bouse de vache est un écosystème fascinant. Elle intéresse depuis longtemps les entomologistes, scientifiques spécialisés dans…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande