Aller au contenu principal

La race Wagyu dans les règles de l'art

À l'EARL Miyabi, à Brielles en Ille-et-Vilaine, un troupeau de race japonaise prend son essor. Les premiers boeufs arrivent à l'heure de l'abattage.

Masami Kanaoka, Jean-Yves Renard (président du Festival d'Evron) et Sébastien Cherel.
Masami Kanaoka, Jean-Yves Renard (président du Festival d'Evron) et Sébastien Cherel.
© S. Bourgeois

De petits bovins noirs pâturent les parcelles voisines de celles des Limousines : ce sont des animaux de race Wagyu, la race japonaise plus connue en France sous la dénomination Boeuf de Kobé. Sébastien Cherel et sa femme Masami Kanaoka, éleveurs à l'EARL Miyabi de Brielles en Ille-et-Vilaine, ont monté un troupeau qui est le fruit de leur histoire familiale. En effet, après son BTS productions animales, Sébastien Cherel a quitté la Bretagne avec en poche un billet d'avion. Il a passé plusieurs années à voyager et a rencontré - en Australie - celle qui allait devenir sa femme. Il a suivi Masami dans son pays le Japon, où ils ont passé plusieurs années. Puis en 2008, ils ont repris l'élevage des parents de Sébastien avec le projet de monter un troupeau Wagyu.
Sébastien Cherel et Masami Kanaoka ont étudié au Japon la génétique et la conduite des animaux avec M. Takeda, qui fait référence dans le monde entier. Les Japonais sont très attachés à ce que les élevages Wagyu qui se montent en dehors de leur pays respectent la tradition japonaise. Il est d'ailleurs interdit d'importer directement en France des animaux vivants de cette race. C'est donc via les États-Unis que des embryons ont été acheminés jusqu'en Ille-et-Vilaine et ont été implantés avec succès sur les génisses limousines. « Nous avons obtenu un taux de réussite de 65 % pour le transfert d'embryons. La conduite des animaux ne présente pas de particularités. Ils sont élevés au foin l'hiver et au pâturage le reste de l'année. » L'objectif est d'atteindre dans un premier temps l'effectif d'une vingtaine de mères à la reproduction. Les premières génisses wagyu nées sur l'élevage vont vêler cet automne. Et dans quelques semaines, les premiers boeufs vont être abattus. C'est une étape très importante pour Masami Kanaoka et Sébastien Cherel qui vont pouvoir enfin évaluer la qualité de la viande qu'ils obtiennent après cinq ans de travail.



Des débouchés pour la carcasse entière


Le persillé extrême de la viande est pour une grande part lié à la génétique, mais aussi à la conduite de l'alimentation. La finition dure un an et demi avec une ration sèche à volonté et du foin. « La ration de finition est beaucoup plus riche en amidon et beaucoup plus basse en protéines qu'une ration classique pour jeunes bovins. On joue aussi sur la teneur en certaines vitamines pour contrôler la couleur du gras », informe Sébastien Cherel, sans dévoiler davantage la technique très particulière de finition de ces animaux. Il innove par rapport aux pratiques japonaises en introduisant des graines de lin extrudées, et d'ailleurs il cultive lui-même du lin pour la première fois cette année. L'un des boeufs de 3 ans qui est pratiquement prêt à être abattu gagne 1,5 kilo par jour. Un autre, qui est d'une lignée très différente, réalise seulement 500 grammes de GMQ. Ces animaux atteignent un poids vif de 700 à 750 kilos. Le taureau de 20 mois Gourmet mesure 1,45 mètre au garrot. Les animaux sont extrêmement calmes, un héritage de leur passé d'animal de travail.
L'idée des éleveurs est de trouver des débouchés à la carcasse entière, et pas seulement au train de côtes et à l'aloyau. La viande sera vendue à un prix sept à huit fois plus élevé que celui d'un animal de concours de viande. La viande de « boeuf de Kobé » que l'on trouve en France aujourd'hui est importée en morceau essentiellement d'Amérique du Sud ou d'Australie. Un seul autre élevage existe pour l'instant en France, dans l'Aisne, et un autre est en phase de lancement dans l'Ain. Le troupeau de Masami Kanaoka et Sébastien Cherel suscite beaucoup d'intérêt et les éleveurs ont créé l'association France Wagyu.
www.miyabi-farm.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
Quand arrive l’heure du vêlage
Différents facteurs influencent la durée de gestation, mais c’est bien le veau qui déclenche lui-même le moment de la mise bas…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Vignette
Voyage au centre de la bouse de vache
La bouse de vache est un écosystème fascinant. Elle intéresse depuis longtemps les entomologistes, scientifiques spécialisés dans…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande