Aller au contenu principal

« Je complète mes stocks fourragers avec des coproduits »

Dans le Cher, Thomas Rondier associe sur 160 hectares, 110 mères charolaises inscrites à un atelier d’où sortent 450 JB/an. Nourrir ce cheptel passe par une utilisation optimale des surfaces et des achats de sous-produits. Rien n’est remis en cause dans l’immédiat malgré le contexte.

« À côté des vaches et génisses issues de mon cheptel de 110 mères, j’engraisse une moyenne de 450 JB/an dont près de 400 sont achetés à l’extérieur », explique Thomas Rondier, éleveur à Saint-Hilaire-en-Lignières, dans le sud-ouest du Cher en limite de l’Indre. L’atelier d’engraissement se compose de 260 places avec des départs et des arrivées pratiquement tous les mois. « Je travaille avec le groupe Feder tant pour l’appro en maigre que la revente du gras. »

Les animaux proviennent du Cher et des départements voisins avec une dominante de charolais complétés par quelques blonds, aubracs et croisés. « Ce sont des broutards qui ne convenaient pas pour l’Italie (poids, vaccination…) avec à l’arrivée des lots forcément un peu hétérogènes. » Ils font de 250 à 500 kg selon les opportunités et sont pesés tous les 45 à 60 jours. La plupart sont destinés à l’abattoir Bigard de Villefranche d’Allier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

bovins feedlots Etats-Unis
Des milliers de bovins meurent de stress thermique dans des feedlots aux Etats-Unis
Suite à une vague de chaleur associée à de l’humidité et à l’absence de vent des milliers de bovins sont morts cette semaine dans…
« L’Europe est en quasi-pénurie de viande bovine »
Depuis 2021, la faiblesse de la production des grands pays exportateurs mondiaux fait face à la vigueur de la demande. Le point…
Le plafond de 120 UGB primables par travailleur avec transparence, couplé à un écrêtement au-delà de 1,4 UGB de plus de seize mois par hectare SFP -— la SFP étant calculée ici de la même façon que pour l’ICHN, vont concerner beaucoup d'élevages.
Première approche de la nouvelle PAC sur des cas-types bovins viande
La réforme du premier pilier de la PAC flèche les systèmes allaitants vers l’engraissement. Dans bien des cas, les élevages…
Emmanuel Marcel, directeur des sections Auvergne et Centre de Sicarev.coop. "La production a nettement reculé en Allemagne et contribue à tirer le marché."
Pourquoi le prix des bovins mâles progresse depuis fin 2021
Depuis la fin de l’été 2021, le prix des jeunes bovins affiche une progression ininterrompue. Elle a fini par se transmettre aux…
[Ventes de Lanaud] Le top price à 26 100 euros pour un reproducteur limousin
Fin de saison sur un record, pour les bovins reproducteurs de race Limousine issus de la station de qualification de Lanaud. La…
Feder annonce la mise en place de contrats jeunes bovins et expérimente l’agriphotovoltaïsme
Issu de la fusion de plusieurs coopératives, le groupe Feder fête ses 10 ans et s’impose comme un des principaux acteurs français…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande