Aller au contenu principal

[Covid-19] Point de situation en semaine 14 sur le secteur bovin viande

Le confinement généralisé pour lutter contre l’épidémie du coronavirus a un impact fort sur le marché de la viande bovine qui dispose de peu de lisibilité.

Augmentation des envois français de bovins vivants vers l'Italie, baisse vers l'Espagne
© Idele

En semaine 13 (du 23 au 29 mars), les abattages de femelles continuent de se replier (- 19 % par rapport à 2019 d’après l’indicateur hebdomadaire de Normabev) et ce notamment pour les races à viande. Les cours des réformes ont légèrement régressé, hormis pour les meilleures conformations. La cotation des vaches R a perdu 3 centimes par kg de carcasse. Seule la vache U s’est appréciée de 2 centimes. La vache R cotait ainsi 3,75 €/kg éc (-2% /2019) et la vache U 4,40 €/kg éc (= /2019).

Après une forte hausse en semaine 12, les abattages de jeunes bovins de type viande ont reculé de 16 % en semaine 13. « Les à-coups dans les commandes des grossistes italiens et grecs notamment compliquent la lisibilité du marché. Les aloyaux restent par ailleurs difficiles à valoriser. La cotation du JB U poursuit sa baisse saisonnière marquée. Elle a de nouveau perdu 2 centimes en semaine 13 pour tomber à 3,93 €/kg de carcasse (-2% /2019 ; -3% /2018). Celle du JR R, davantage connectée à un marché allemand actuellement dégradé, s’est stabilisée à 3,77 €/kg (-2% /2019 ; -3% /2018) après avoir perdu 5 centimes en semaine 12 », note l’Institut de l’élevage dans son point de situation du 2 avril.

Broutards : des cours reconduits

Du côté des broutards, les prix se maintiennent globalement mais à des niveaux inférieurs à ceux de 2018 et 2019. Les envois vers l’Italie continuent de manière presque normale. « Sur quatre semaines du 1er au 28 mars, les envois en vif auraient globalement augmenté de 3% vers l’Italie et reculé de 6% vers l’Espagne par rapport à 2019. Si les achats italiens en broutards se maintiennent dans l’ensemble, la demande espagnole en vif semble céder, en premier lieu pour les petits veaux laitiers qui représentent la majeure partie de leurs achats. La manque de personnel en particulier pour le transport reste la principale source d’inquiétude des exportateurs avec un impact limité car l’offre est à l’étiage. »

Les exportations vers l’Algérie, où le confinement s’étend, se réduisent et la Tunisie, également confinée, n’est plus à l’achat.

« Après une semaine 12 relativement dynamique en termes de commandes par les GMS, la semaine 13 a marqué un coup d’arrêt brutal pour les veaux de boucherie. Les abatteurs français évoquent des commandes en chute de 30 à 40%, probablement en contrecoup des achats en hausse en début de confinement. »

Point européen

En Italie, les achats des ménages favorisent les viandes de jeunes bovins mâles et femelles et notamment, celles issues de broutards français. Les imports de Pologne et d’Irlande sont à l’inverse à l’arrêt et ceux d’Allemagne très fortement impactés.

« Le marché allemand, très ouvert sur les marchés extérieurs, pâtit toujours de la situation de confinement généralisée dans toute l’Europe. Les cotations des jeunes bovins ont stoppé leur chute mais celles des vaches restent à la baisse. »

En Irlande, le marché est sous pression. Des mesures de soutien ont été demandées. La demande en vaches de réforme et en autres bovins écoulés habituellement en RHD et à l’export sont en baisse.

La Pologne voit la poursuite de l’effondrement de ses cours car elle est très dépendante de l’exportation et de la RHD  et de nombreux abatteurs préfèrent freiner la production. « En semaine 12, les abattages ont fortement ralenti en Pologne. Tous bovins confondus, ils étaient en baisse de 36% par rapport à la semaine précédente d’après les données du Ministère de l’Agriculture polonais, dont -42% pour les taurillons, -39% pour les génisses et -25% pour les vaches de réforme. »

En Espagne, l’export de bovins finis vers le bassin méditerranéen se maintient à l’approche du Ramadan d’après Business France et compense le report incomplet de la RHD vers la consommation à domicile ainsi que la baisse des ventes vers l’Italie.

 

Une consommation française reconfigurée

Juste avant l’annonce du confinement, les Français s’étaient précipités dans les différents points de vente de commerce de détail. « Depuis et malgré le sur-stockage lié à l’annonce du confinement, les achats de produits de grande consommation ont progressé de façon très dynamique sans atteindre le niveau historique de la semaine de pré-confinement » indique l’Institut de l’élevage et ce d’après les données de l’IRi (institut spécialisé dans l’analyse du marché des produits de grande consommation à partir des sorties caisse des magasins). Ce confinement pousse les Français à reconfigurer leur consommation. Les achats de surgelés (parmi lesquels les viandes congelées) et de produits frais non laitiers (parmi lesquels les viandes réfrigérées) croissent.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande