Aller au contenu principal

Aller vers des relations plus suivies entre France et Italie

Pour pallier la tendance baissière du flux des broutards vers l'Italie, des relations plus suivies doivent être mises en place.

« On ne sait rien du passé sanitaire de vos broutards quand ils descendent des camions. » remarque Daniele Bonfante.
« On ne sait rien du passé sanitaire de vos broutards quand ils descendent des camions. » remarque Daniele Bonfante.
© F. d'Alteroche / archives

2012 a vu un recul des exportations françaises d'animaux maigres sur l'Italie. Pour la campagne à venir, le volume des échanges continue à être menacé par une consommation italienne mal orientée. Avec des broutards achetés à des tarifs conséquents entre juillet et octobre, les marges ont été négatives sur certains lots. Les pertes peuvent aller jusqu'à 200 EUR par tête. « Les comptabilités de certaines exploitations sont dans le rouge », reconnaissait d'ailleurs Daniele Bonfante, directeur d'Azove, coopérative du Veneto commercialisant 50 000 animaux finis/an. Il s'exprimait à l'occasion de l'AG de Socaviac - Feder. Pas de catastrophisme pour autant. Oui, la production italienne diminue, mais elle ne va évidemment pas cesser du jour au lendemain.

Connaître le passé sanitaire des broutards


À une époque, considérées comme concurrentes de l'engraissement pour l'utilisation du maïs, les nombreuses unités de méthanisation mises en place dans la plaine du Pô sont désormais analysées comme autant d'atouts. Elles diversifient les activités et sécurisent les rentrées financières, d'autant que contrairement aux jeunes bovins, le prix de rachat de l'électricité est contractualisé et sur une longue durée. De plus, un méthaniseur ne fonctionne pas uniquement avec de l'ensilage. Il gagne à être associé au fumier et/ou au lisier.
Pour autant, Azove souhaiterait travailler de façon plus étroite avec ses fournisseurs. « On ne sait rien du passé sanitaire de vos broutards quand ils descendent des camions. » Les mêmes traitements sont donc le plus souvent réalisés deux fois à quelques semaines d'intervalle chez le naisseur puis chez l'engraisseur.
Mieux répondre à la demande passerait aussi par davantage de broutards écornés. Les cornes cassées compliquent la gestion des lots avec des risques accrus d'atteintes sur les muscles lors du transport vers l'abattoir. Un nouveau service qui pourrait aussi sécuriser les débouchés comme ce fut à une époque le cas pour le broutard non OGM. Difficile d'inciter les naisseurs à écorner sans carotte financière. « Elle pourrait avoisiner une quinzaine d'euros par tête », avançait Raphaël Colas, responsable du site de Villefranche d'Allier pour le groupe Feder.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande