Aller au contenu principal
Font Size

François Mellon, ardent défenseur d'une bio novatrice

François Mellon, agriculteur dans l'Oise sur 125 hectares.
© V. Noël

Agriculteur dans l’Oise sur 125 hectares, François Mellon est un pionnier… qui a pris son temps. C’est en 2000, grâce aux Contrats territoriaux d’exploitation (CTE) qu’il découvre le bio, mais ce n’est qu’en 2010 qu’il convertit toute sa ferme. « Il faut avoir le temps de faire évoluer son esprit, car le bio, ça demande de changer son organisation », explique-t-il. Pragmatique avant tout, l’agriculteur a fait le pas quand il a vu qu’il pouvait sécuriser sa rotation avec la luzerne grâce à la mise en place d’une filière biologique au sein de la coopérative de déshydratation voisine. Au fil des années, François Mellon est devenu un ardent défenseur de ce mode de production, qu’il soutient sans idéologie mais avec des arguments très terrain et qu’il pousse au sein de la chambre d’agriculture, en tant que membre du bureau.

Aujourd’hui, l’agriculteur a quasiment abandonné la luzerne et les productions fourragères au profit de cultures destinées à l’alimentation humaine. La cameline, qu’il transforme en huile, les lentilles qu’il vend en direct, mais également la rhubarbe font partie de ses productions phares, les plus rentables. « Je vends de plus en plus, la demande explose, les sollicitations n’arrêtent pas ! », se réjouit le producteur. Pour François Mellon, les besoins sont largement inassouvis et le bio a très clairement de beaux jours devant lui.

Les plus lus

Magasin BIO
La filière bio parie sur une dynamique renforcée par la crise du Covid-19
La consommation de produits bio a connu un fort dynamisme lors de la crise du Covid-19. Comment expliquer cette croissance ? Est-…
Le lait bio face au Covid-19 : Quatre laiteries témoignent
Lait
Sodiaal, Lactalis, Agrial-Eurial et Danone témoignent des difficultés et des opportunités liées aux mesures de confinement pour…
Le sucre de betterave bio français connait des débuts prometteurs
Grandes Cultures
Que ce soit chez Tereos ou Cristal Union, le marché du sucre bio confirme son potentiel, avec des surfaces qui progressent…
Jardin Bio Etic cherche à se différencier
Les Marchés
La marque alimentaire de Léa Nature, anciennement Jardin Bio, poursuit sa stratégie RSE pour répondre à l’essor et à la…
Fertilité des sols : le phosphore, un défi pour la conversion à grande échelle en bio
Grandes Cultures
Plus que l’azote, le phosphore pose question dans les sols des exploitations en agriculture biologique. Il a tendance à diminuer…
La Famille Zouari en négociations exclusives pour reprendre Bio c’ Bon
Les Marchés
La Famille Zouari, qui a déjà récemment repris Picard Surgelés, vient d’entrer en négociations exclusives pour prendre une…
Publicité