Aller au contenu principal

Réussir Bio : le média des professionnels du bio

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

François Mellon, ardent défenseur d'une bio novatrice

François Mellon, agriculteur dans l'Oise sur 125 hectares.
© V. Noël

Agriculteur dans l’Oise sur 125 hectares, François Mellon est un pionnier… qui a pris son temps. C’est en 2000, grâce aux Contrats territoriaux d’exploitation (CTE) qu’il découvre le bio, mais ce n’est qu’en 2010 qu’il convertit toute sa ferme. « Il faut avoir le temps de faire évoluer son esprit, car le bio, ça demande de changer son organisation », explique-t-il. Pragmatique avant tout, l’agriculteur a fait le pas quand il a vu qu’il pouvait sécuriser sa rotation avec la luzerne grâce à la mise en place d’une filière biologique au sein de la coopérative de déshydratation voisine. Au fil des années, François Mellon est devenu un ardent défenseur de ce mode de production, qu’il soutient sans idéologie mais avec des arguments très terrain et qu’il pousse au sein de la chambre d’agriculture, en tant que membre du bureau.

Aujourd’hui, l’agriculteur a quasiment abandonné la luzerne et les productions fourragères au profit de cultures destinées à l’alimentation humaine. La cameline, qu’il transforme en huile, les lentilles qu’il vend en direct, mais également la rhubarbe font partie de ses productions phares, les plus rentables. « Je vends de plus en plus, la demande explose, les sollicitations n’arrêtent pas ! », se réjouit le producteur. Pour François Mellon, les besoins sont largement inassouvis et le bio a très clairement de beaux jours devant lui.

Les plus lus

Les vins nature bousculent les codes de la communication
Vigne
Les vins nature construisent peu à peu leur notoriété, et s’appuient pour cela sur des stratégies de communication fortement…
À la recherche du lait bio
La chèvre
Le nombre d’éleveurs biologiques ne cesse de croître et, aujourd’hui, 9 % des chèvres sont bio. Une centaine de livreurs…
Moins de lait chez les éleveurs caprins bio mais une génétique similaire
La chèvre
La productivité par animal dans les élevages bio est en moyenne moins élevée qu’en conventionnel. C’est surtout lié à la conduite…
Les principaux points du cahier des charges bio pour l’élevage caprin
La chèvre
Général Les conditions de logements sont de 1,5 m² minimum par tête et une aire d’exercice de 2,5 m² par tête. L’élevage hors…
Les freins réels et imaginés du passage en bio
La chèvre
Parasitisme, cultures, insémination, revenus… Les freins au passage au bio sont parfois fondés, parfois moins. Étude en Pays de…
Pour bien démarrer en bio
La chèvre
La gestion du pâturage et du parasitisme sont à bien appréhender pour se lancer en bio. L’allaitement des chevrettes aussi.
Publicité