Aller au contenu principal

Les Pays-Bas passent à l’alimentation précoce des poussins de chair

D’ici septembre 2024, tous les poussins de chair nés aux Pays-Bas devront avoir accès à l’alimentation dans les 36 heures qui suit l’éclosion. Deux méthodes sont possibles : l’alimentation précoce au couvoir et l’éclosion à la ferme.

Eclosion à la ferme (concept X-Treck)
Eclosion à la ferme (concept X-Treck)
© P. Le Douarin

Il reste tout juste trois ans aux couvoirs néerlandais pour généraliser l’alimentation précoce à tous les poussins de chair. Elle représenterait aujourd’hui environ 20 % de la production. Cette obligation, prise sous la pression de l’ONG welfariste Wakker Dier, porte sur l’accès des poussins à l’alimentation et à l’eau dans les 36 heures après l’éclosion. Pour accompagner cette transition, les fournisseurs d’équipements de couvoir ont développé deux types de solutions :

 

  • L’alimentation dans l’éclosoir au couvoir. Après le mirage, les œufs à couver sont placés sur des plateaux posés sur des paniers. Une fois éclos, les poussins tombent dans l’étage inférieur et ont accès immédiatement à l’aliment et à l’eau (système Hatchcare de Hatchtech) ou à un aliment humidifié (système Smartstart de Pas Reform)

 

 

  • L’éclosion à la ferme. À 18 jours d’incubation, les œufs sont transportés à la ferme. Les premières éclosions démarrent dès le lendemain et les poussins accèdent aux dispositifs d’eau et d’aliment du poulailler. Plusieurs solutions existent : système de plateaux sur rails X-Treck de Vencomatic, dépôt des œufs sur un lit de litière par le robot Nesborn, plateaux alvéolés posés au sol One2Born

 

De récents travaux de l’Université de Wageningen ont montré un impact significatif de l’alimentation précoce au couvoir (système HatchCare) et à l’élevage (X-Treck) sur la réduction de la prévalence des pododermatites, par rapport à un couvoir traditionnel. L’impact sur les autres indicateurs de bien-être était par ailleurs mineur.

Les plus lus

Passé du lait à la volaille, Emmanuel Rochelle n'envisageait pas de faire le saut vers une production de poulet conventionnel.
"Je suis passé du lait à la volaille, avec mon poulailler statique équipé d'un jardin d'hiver"

Après avoir hésité entre la pondeuse plein air et la volaille Label rouge, Emmanuel Rochelle a finalement choisi un poulailler…

Baptiste Combréas (Ets Braud) avec Yannick Lardeux (Gaec de l'Erdre) en Loire-Atlantique.
Volailles différenciées : Le jardin d’hiver prend racine dans le groupe Michel

Lancé voici cinq années par le groupe de nutrition animale Michel, le poulailler Terre-Neuve d’élevage de poulet et dinde avec…

Volailles label rouge : Comment mieux occuper les bâtiments

Lorsque l’offre de poulets label rouge ne peut être résorbée par un accroissement de la demande ou par un élargissement du…

Pascal Laurent accompagné de son technicien Guillaume Gannat (à gauche) : « Poser le diagnostic et trouver l’agent responsable a été un premier soulagement. Je ...
« Le virus variant Gumboro a été vraiment insidieux sur mes poulets lourds »

Chez Pascal Laurent, un virus réassortant de la maladie de Gumboro, responsable d’immunodépression sur ses poulets lourds…

Poulets label à cou nu élevés en liberté dans la forêt landaise.
Volailles label rouge : la filière sud-ouest traumatisée par l’influenza aviaire

Chamboulée par l’influenza aviaire depuis 2016, la filière Label rouge de Maïsadour reprend espoir, mais avec un éventail…

Yannick Lardeux est un adepte de la ventilation dynamique.
"Mon élevage s'est renforcé avec un poulailler dynamique à jardin d'hiver"

 

Aux Vallons-de-L’Erdre en Loire-Atlantique, le Gaec de l’Erdre compte trois associés, Yannick et Michel Lardeux,…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)