Aller au contenu principal

Virtualisation accélérée pour le Vinitech-Sifel

Le contexte sanitaire contraint le salon bordelais Vinitech-Sifel à organiser une édition 100% digitale du 1er au 3 décembre prochain. Les organisateurs espèrent toucher de nouveaux exposants, notamment des PME.

Espérée pour l'automne, la reprise des salons professionnels vitivinicoles n'aura pas lieu puisque le coronavirus continue de sévir. Ces lieux d'information et de mise en relation sont confrontés à une crise sans précédent et doivent se réinventer. © CEB-Artiste-associé
Espérée pour l'automne, la reprise des salons professionnels vitivinicoles n'aura pas lieu puisque le coronavirus continue de sévir. Ces lieux d'information et de mise en relation sont confrontés à une crise sans précédent et doivent se réinventer.
© CEB-Artiste-associé

Afin de maintenir tout de même un rendez-vous à la date initiale du salon, du 1er au 3 décembre, le Vinitech-Sifel prépare un Vinitch-Sifel Virtual, soit un salon 100 % digital. Il propose aux exposants un « pavillon » virtuel, c’est-à-dire une page dédiée sur le site pour présenter l’entreprise et ses produits. Au-delà des classiques prises de contact par mail, le salon rend possible des rendez-vous en visioconférence sur l’un des jours du salon digital, grâce à une plateforme de « networking ». L’exposant peut contacter lui-même des visiteurs selon le profil qu’ils ont indiqué lors de l’inscription. Durant le salon, « il peut aussi organiser une présentation en live avec possibilité d’interagir avec l’audience », explique Delphine Demade, directrice du Vinitech-Sifel.

Lire aussi " Une année presque sans salons "

Une audience au-delà des dates du salon

Delphine Demade, directrice du Vinitech-Sifel © Vinitech-Sifel

Un « auditorium » donnera accès en live puis en replay, à la cinquantaine de colloques, conférences, présentations qui sont habituellement organisées lors de ce salon. « Nous aurons probablement plus d’audience », espère Delphine Demade, en comptant sur le replay qui restera accessible après la fermeture du salon virtuel. Le site sera actif dès l’ouverture de la plateforme, le 16 novembre, avec la possibilité de prendre rendez-vous et de consulter les « pavillons » des différents exposants. Delphine Demade espère toucher des exposants nouveaux, notamment des PME, qui n’auraient pas exposé dans le salon réel, ainsi que des visiteurs qui ne se seraient de toute façon pas déplacés à Bordeaux. La directrice du salon se refuse toutefois à annoncer un objectif d’e-exposants et d’e-visiteurs. Pour elle, le salons réel et le salon virtuel sont deux produits complémentaires. Ils sont d’ailleurs comptablement bien séparés. Le pack de base est commercialisé à 960 euros HT. S’y ajoutent différents outils de visibilité ou les démonstrations en live « qui nécessitent une technologie particulière ». Pour les visiteurs, l’accès est gratuit. L’édition 2018 avait accueilli plus de 800 exposants et près de 45 000 visiteurs.

Un séisme économique pour l’événementiel

L’événementiel fait parti des secteurs les plus touchés par les conséquences de la Covid-19. À ce jour, les salons ne bénéficient pas d’un protocole spécifique. Comexposium, l’organisateur du Salon de l’agriculture et du Sial prévoit que son chiffre d’affaires se contractera de 440 millions d’euros en 2019 à 80 millions d’euros cette année. Le 22 septembre, l’entreprise annonçait avoir sollicité « l’ouverture d’une procédure de sauvegarde » pour une partie de ses sociétés. Sa filiale Vinexposium, société organisatrice de Wine Paris & Vinexpo Paris, n’est pas concernée. Le bordelais CEB, organisateur du Vinitech-Sifel programme normalement sur le dernier trimestre de l’année 130 à 150 événements. « Aujourd’hui, nous en avons 45 », confiait Éric Dulong, le président de CEB sur la chaîne TV7. Il s’attend à un chiffre d’affaires 2020 autour de 10 millions d’euros, au lieu des 40 millions prévus. Le groupe lyonnais GL Events, a annoncé un résultat en retrait de 55,2 % au premier semestre 2020 par rapport au premier semestre 2019.

A lire aussi : Le salon de l'agriculture 2021 n'aura pas lieu

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Au-delà de 10 % d'amadou dans le cep, la vigne exprime des symptômes d'esca. Les ceps atteints changent de microbiote, et le champignon Fomitiporia mediterranea devient majoritaire. © X. Delbecque
Un nouvel espoir contre l’esca
Des chercheurs bordelais ont récemment découvert que l’apparition des symptômes d’esca était associée à un changement du…
Des essais de désherbage électrique prometteurs
Un prototype de l’outil de désherbage électrique intercep XPower a été testé cette année à Gaillac par l’IFV, sur toute la saison…
Les députés ont validé le crédit d’impôt Haute valeur environnementale
Les amendements prévoyant un crédit de 2 500 euros d’impôts pour les exploitations certifiées Haute valeur environnementale (HVE…
[Vidéo] Grégoire présente la GL 6.4, une machine à vendanger compacte

Grégoire continue de renouveler ses machines à vendanger et vient de présenter le GL 6.4, qui remplace la G7.200. Cette…

Les méthodes agroécologiques seront au cœur de la mise en place des itinéraires de culture de la vigne sans produits de synthèse, ni cuivre, ni soufre. © C. Dupraz/Inra Montpellier
Vitae, un pas vers une viticulture nouvelle
Mettre au point un itinéraire technique de rupture pour se passer de produits phytosanitaires dans la culture de la vigne. C’est…
Les semoirs à dents disposent souvent de socs en T inversé. © Simtech Aitchison
Les bons outils pour implanter ses couverts
Le marché regorge de solutions de semis de couverts végétaux à sélectionner en fonction de l’état de l’enherbement en place, des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole